Apprentissages - Henri Duvernois - E-Book

Apprentissages E-Book

Henri Duvernois

0,0
1,99 €

oder
Beschreibung

"Apprentissages", de Henri Duvernois. Publié par Good Press. Good Press publie un large éventail d'ouvrages, où sont inclus tous les genres littéraires. Les choix éditoriaux des éditions Good Press ne se limitent pas aux grands classiques, à la fiction et à la non-fiction littéraire. Ils englobent également les trésors, oubliés ou à découvrir, de la littérature mondiale. Nous publions les livres qu'il faut avoir lu. Chaque ouvrage publié par Good Press a été édité et mis en forme avec soin, afin d'optimiser le confort de lecture, sur liseuse ou tablette. Notre mission est d'élaborer des e-books faciles à utiliser, accessibles au plus grand nombre, dans un format numérique de qualité supérieure.

Das E-Book können Sie in Legimi-Apps oder einer beliebigen App lesen, die das folgende Format unterstützen:

EPUB
Bewertungen
0,0
0
0
0
0
0



Henri Duvernois

Apprentissages

Souvenirs des années 1885-1900
Publié par Good Press, 2022
EAN 4064066302153

Table des matières

PREMIÈRE PARTIE ENFANCE
I
II
III
IV
V
VI
VII
CHEZ L’ÉDITEUR
I
II
III
JOURNALISME
I
II
III
IV
V
VI
VII
VIII
IX
X
XI
XII
XIII
XIV
XV
QUATRIÈME PARTIE THÉATRE
I
II
II
III
CONTES ET CHOSES VUES
I

PREMIÈRE PARTIEENFANCE

Table des matières

I

Table des matières

IL y a des points de sensibilité par lesquels les enfants heureux finissent par ressembler aux enfants malheureux. Les uns soufflent de ce qu’ils voient et de ce qu’ils entendent, les autres de ce qu’ils devinent. C’est une question de nature: aux cœurs rudes tout est joie et plaisirs; aux cœurs tendres, tout est peine et misère. J’ai connu un bohème qui offrait des jouets d’un sou aux bébés riches, alourdis de fourrure et de soie. «Je suis le seul, déclarait-il, à les prendre en pitié. Ce sont de futurs pauvres....» Il leur parlait avec la déférence que les Fils du Ciel marquent aux tout-petits, les amusait d’une grimace, les éblouis sait d’un cadeau et disparaissait après avoir doré d’un peu de féerie ces mornes aurores... Le fait est qu’ils le suivaient d’un regard étonné et reconnaissant. Un salut de la petite main gantée, le pauvre jouet serré sur le cœur, comme un trésor. «Rendez-moi cette horreur, tout de suite! Vous êtes fou, glapissait la gouvernante. J’en rendrai compte à votre papa....»

«Il va recevoir une gifle, déclarait l’autre, qu’impirte: je lui aurai fourni les notions essentielles de la générosité, de la gratitude et de l’injustce. Il se souviendra de moi....»

Certes, mais plus tard, beaucoup plus tard, quand le souvenir devient un dédoublement, quand l’homme appesanti de jours cherche dans les endroits où il a vécu jadis le parfum évanoui de son enfance....

«J’ai voulu revoir, m’expliquait un quinquagénaire, la rue de mes premières années.... Je retrouvai l’immeuble à peine un peu plus noir, le balcon défendu et où je me glissais par fraude. Rien n’était changé, pas même au rez-de-chaussée, la boutique de quincaillerie. Stupeur: je lus le même nom sur la porte. J’entrai. Je retrouvai, à quarante ans de distance, le fils de la maison, toujours timide, toujours bégayant, mais chauve et soufflé de mauvaise graisse. C’était mon compagnon préféré. Il m’admettait parfois aux honneurs de la voiture à bras paternelle qui stationnait dans la cour et où nous faisions de si beaux voyages immobiles. Je me fis reconnaître. J’étais très ému. Le quincaillier l’était moins. Il appela son père et sa mère comme autrefois quand il avait assez joué. Seigneur! Ils étaient toujours là, voûtés, chenus, couverts d’algues et de mousse, comme les barques abandonnées, mais l’œil vif parmi ces ruines. «Papa! Maman! Le fils Un tel!» Le vieux ferma son tiroir-caisse d’un tour de clef resté énergique, alla quérir un livre de comptabilité à la couverture moisie, l’ouvrit d’une main tremblante et me rappela une dette contractée par mes parents en1881. «Deux cent quarante-trois francs vingt-cinq. Ça n’a jamais été payé.» Je soldai la dette. «C’est bien, conclut l’ancêtre, d’être revenu pour ça. Votre père n’était pas un mauvais homme, mais un rêveur, que voulez-vous, soit dit sans vous vexer, un rêveur...» Je partis, mélancolique.... Le dernier lien avec le passé, coupé: «Pour acquit!» Je n’ai pas voulu revoir notre appartement, au cinquième.... D’ailleurs, je n’ai qu’à fermer les yeux....»

Moment d’étrange lucidité, en effet, que celui où les souvenirs, brouillés jusque-là dans l’activité quotidienne, se dégagent et reparaissent un à un. C’est un mot entendu, oublié, qui résonne tout à coup avec une violence singulière, une vérité hallucinante. Ce sont les visages, tous les visages, les chers, les familiers et les passagers aussi, les visages que l’on a aimés et ceux qui vous ont fait peur.... Comme ils surgissent, ces fantômes! Les voiles se déchirent par une grâce soudaine, celle qui permet aux mourants de résumer en quelques secondes toute une’ vie....

Pour un écrivain surtout, las d’observer ses contemporains au moment où ceux-ci lui deviennent incompréhensibles, quel délicieux et torturant voyage à rebours! Quelle tristesse et quel rafraîchissement! Tous ceux qui l’approchèrent l’intéressent. Lui seul, sans doute, mais il s’en moque: il ne s’agit plus de savoir si tel personnage est «juteux», c’est-à-dire susceptible d’être transposé littérairement avec fruit. Il ne voit plus le lecteur comme un juge, mais comme un confident. Et si le hasard le mit en présence d’êtres pittoresques....

Je ferme donc les yeux à mon tour. Je n’entends plus le hurlement antipathique des féroces automobiles, mais les chants candides qui montent de la rue: «Avez-vous des habits à vendre?–Cresson de fontaine, la santé du corps!–Harengs qui glacent, qui glacent! Harengs nouveaux!», le martellement tour à tour clair et assourdi que font sur le pavé les sabots d’un cheval de fiacre toujours boiteux ou déferré; l’annonce d’un crieur de journaux: «Demandez le discours de Gambetta. La démission du ministère Freycinet.» J’entends un refrain qui n’emprunte rien aux nègres: Quand on est deux, mam’zell’ Thérèse.–Qu’il est beau, le chapeau de la Marguerite! Je respire une douce odeur où se combinent l’iris et le bouillon mijoté, la cire des parquets et la violette fraîche, le relent funèbre de la bougie soufflée à l’heure de la solitude et des épouvantes nocturnes....

J’évoque mon professeur et la bonne préposée à ma surveillance.

Le professeur s’appelait Mlle Joséphine Perrenaud. Elle enseignait à quelques gamins les rudiments de l’écriture et de la lecture. Fort âgée,–elle avait dû naître avec le XIXe siècle,– elle se rendait à domicile, immuablement vêtue d’une jupe de cette moire mauve dont on retrouve les échantillons dans les intérieurs de vieux coffrets, et d’un grand châle noir croisé à la façon de1830. L’épingle qui fermait le châle changeait de tête selon la saison: améthyste au printemps, elle devenait émeraude en été, topaze en automne et de jais noir en hiver. C’était la seule recherche coquette de Mlle Perrenaud qui gardait en toute saison, avec une insouciance déplorable, un chapeau de forme dite capote aux brides de velours chauve et portait aux pieds d’informes chaussons. Ayant acquis dans sa profession une sorte de célébrité, elle se faisait payer un franc la leçon d’une heure. Gagnant vingt-cinq centimes à ses débuts, elle s’estimait parvenue au faîte des richesses et répétait avec un orgueil qui me faisait trembler: «Maintenant je n’accepte plus tous les élèves et j’abandonne ceux qui ne me donnent pas satisfaction.» Confuse de se voir si chèrement payée, elle restituait en nature une partie de ses honoraires: le samedi, après addition des notes de la semaine, elle distribuait des récompenses. Le prix d’honneur consistait en une tartelette aux pommes; le premier prix un triangle de flan au fromage; le deuxième prix un feuilleté et l’accessit une demi-douzaine de croquignoles. A écrire ces mots, je retrouve le goût plâtreux des croquignoles et la fadeur glacée du flan au fromage. Je n’en sais pas davantage, n’ayant jamais été admis à la tartelette. Mlle Perrenaud enfouissait ces friandises à cru, au fond d’un cabas d’où elle tirait aussi des porte-plumes, des crayons, des morceaux de craie, un mouchoir à carreaux, la queue-de-rat de sa poudre à priser, quelques reliefs de son déjeuner et une topette de rhum dont elle se ragaillardissait, sous prétexte de potion. Grâce à elle, je mesurai très vite la vanité des récompenses. Je n’en aurais d’ailleurs mérité aucune si je n’avais manifesté, le long de ces cours, l’attention inutile et touchante, l’immobilité à la fois respectueuse et rêveuse d’un bon petit élève consciencieux et mal doué que la musique des mots endort et qui lutte héroïquement contre le sommeil. Mlle Perrenaud prônait Florian au détriment de La Fontaine qu’elle haïssait. Rancune de cigale, peut-être. La séance se terminait par une conversation. Beaucoup de personnes se sont étonnées de mon penchant pour la gastronomie. Je le dois à Mlle Perrenaud. Elle avait son péché, capital et mignon à la fois: elle était gourmande. Dès neuf heures du matin, elle répandait un parfum d’alcool qui me rappelait les «canards» dont on me régalait parfois. Mlle Perrenaud, professeur de français et officier d’Académie, tuait le ver. Trop distinguée, selon sa propre expression, pour boire sans manger, elle accompagnait le rhum d’un vigoureux saucisson à l’ail. Vivre, c’est choisir: philosophiquement, je choisissais le rhum et j’en arrivais à oublier l’ail....

Donc, nous causions....

«Eh! bien, mon petit ami, me demandait Mlle Perrenaud, j’espère que vous avez bien dîné, hier? Qu’avez-vous mangé? N’oubliez rien. Nous faisons là un exercice de mnémotechnie: de même, mémoire....»

J’avais été, à plusieurs reprises, sincère et concis dans ma réponse. Mais le menu véritable, sans intérêt, ne prêtait pas au développement. J’y avais gagné une conférence supplémentaire sur Jean-Pierre Claris de Florian et un enseignement: à savoir que les personnes ne vous sont pas toujours reconnaissantes d’écourter les histoires qu’on leur raconte. Dans sa quatre-vingtième année, Mlle Perrenaud restait semblable à ces mioches qui trouvent toujours les récits trop brefs. «Pas si vite! Et ne passe rien, s’il te plaît!» Dès lors, je me plus à broder, à enjoliver, à inventer. Je m’aidais de quelques livres: Brillat-Savarin, la Cuisinière bourgeoise, ce qui faisait soupirer à ma mère: «Ce petit a des lectures de vieux magistrat», et de quelques réminiscences aussi: déjeuners de noces, dîners de gala servis chez mon aïeule, avec quatorze plats au programme et des sorbets au milieu! Mlle Perrenaud, âme candide, m’écoutait avec une volupté sans mélange, c’est-à-dire sans la moindre méfiance. Elle avalait en imagination toutes ces succulences. Elle essayait d’en retrouver dans l’air un vestige embaumé, «l’odorant souvenir» du poète. L’ambition de mon professeur, abreuvée d’aigre piquette, nourrie de viandes coriaces et de légumes fermentés, était de se faire inviter une fois, une seule fois, mais inoubliable, à déjeuner chez ma mère. Elle était impatiente de goûter enfin à ces merveilles que je lui dépeignais. «Vous disiez, mon jeune ami: de l’estouffade de sanglier? C’est un mets qui, m’a-t-on affirmé, demande à être mijoté de telle sorte que la sauce présente l’aspect, sinon la saveur, d’une crème au chocolat bien épaisse!» Chaque jour, en partant, elle s’attardait dans l’antichambre, faisait en marchant tout le bruit que lui permettaient ses chaussons de feutre, toussotait et, ma mère survenant enfin, se plaignait auprès d’elle de la pluie, du froid, de l’éloignement du cabaret: «Le meilleur ne vaut pas une bonne petite cuisine de famille, chère madame.» Si bien que la mère l’invita un jour, à la fortune du pot! J’étais aplati de terreur. Mes mensonges ne tarderaient pas à être dévoilés. J’avais compté sans l’excellente éducation de Mlle Perrenaud qui répétait souvent l’antique conseil: «Ne parle ni des gladiateurs, ni des courses de chevaux, ni des athlètes, ni de boire ou de manger, ni de ces choses qui sont la matière banale des conversations ordinaires.» Il ne fut pas question de cuisine. Je n’irai pas jusqu’à prétendre que mon professeur n’éprouva point une légère désillusion. A son extase, quand elle avait déplié sa serviette, succéda un bonheur plus modéré. Je lui avais parlé de quenelles de brochet, et on lui servait des sardines à l’huile; de perdreaux flanqués de cailles, et on lui donnait une côtelette; de meringues glacées, et elle devait se contenter d’une humble confiture. Mais elle mit, sans doute, cette mésaventure sur le compte de la fatalité et pensa: «Je suis mal tombée!» Elle se rattrapa sur le bourgogne et sur la chartreuse, dont elle accepta trois larmes qui emplirent trois petits verres. A deux heures, comme Mlle Perrenaud s’obstinait à lichotter une dernière goutte de chartreuse en fredonnant une chanson de sa jeunesse, ma mère pria une domestique de reconduire mon professeur jusqu’à son omnibus, car mon professeur était pompette!

Ma préférence allait à ma bonne, ou, si vous préférez, à ma gouvernante. Ce titre lui seyait d’ailleurs beaucoup mieux. Rien ne saurait exprimer ce qu’était la coiffure d’Aurélie. Tel était son prénom. Pour son nom, il semblait emprunté à une héroïne d’Octave Feuillet. Sur le tard, elle avait, en effet, épousé un monsieur très bien qui, d’avatar en avatar, en était arrivé à ouvrir des huîtres à la porte d’un restaurant fameux. Le ménage avait eu sa période flamboyante: un commerce de mercerie: «Mais nous étions trop bons. Personne ne nous payait. Des promesses, oui! Nous ne touchions que des paroles d’honneur. Ça n’arrange pas les échéances.» En ces temps fastueux, Aurélie, telle Amanda dont elle me chantait les splendeurs, s’offrait des fritures au Point-du-Jour et des excursions en fiacre.. «Si nous avions eu notre voiture, nous aurions eu droit au galon d’or sur le chapeau du cocher! C’est pour te prouver que nous n’étions pas n’importe qui.»

De ce merveilleux passé, elle n’avait conservé que sa coiffure, qui devait bien lui prendre une heure chaque matin et la forcer à se lever dans les ténèbres. On eût dit que sur cette pauvre tête dix apprentis s’étaient exercés, l’un esquissant une raie en zig-zag, l’autre coupant une frange de travers, un troisième essayant une frisure importée des Caraïbes. Il y avait, dans cet amas incohérent, des copeaux, des mèches gommées, d’autres folles et voltigeantes; c’était ici comme un nid d’oiseau, abandonné; plus loin, on découvrait un peigne qui avait gardé une perle de faux corail sur les six qu’il comportait à l’origine, puis un ruban bleu, délicatement fané, semblable à ceux qui lient d’anciennes lettres d’amour. Et quand on croyait avoir tout vu, l’on avait encore la surprise d’un léger papillon de strass fixé au-dessus de la nuque, les ailes engluées par la pommade. Pour que rien ne fût dérangé dans cet édifice, ma gouvernante portait haut la tête et marchait avec précaution, telle une grande dame affublée, sous Louis le Bien-Aimé, d’une perruque à la Belle-Poule. Tout petit, comme elle me prenait souvent dans ses bras, je fis, grâce à cette coiffure-jardin, mes premières explorations de badaud. J’avais–car Aurélie m’aimait jusqu’à la faiblesse–l’autorisation de toucher du doigt le léger papillon. Je ne m’y risquais que rarement, avec la crainte qu’il s’envolât tout à coup et s’en fût rejoindre la verte campagne, à tire-d’aile en strass!

Nous devions, en principe, Aurélie et moi, nous promener aux Champs-Élysées. Mais les chevaux de bois étaient tenus par un bonisseur jovial dont les plaisanteries m’étaient, insupportables. La voiture aux chèvres restait pour moi sans attrait. Le prestidigitateur Antonin qui faisait disparaître un petit garçon en un clin d’œil m’inspirait une certaine crainte. Prenant au tragique le vaudeville de Guignol, je sanglotais dans les rires des autres, ce qui m’établissait, parmi les habitués, une solide réputation d’imbécile. Enfin, je n’arrivais pas à comprendre qu’il fût interdit de cueillir les fleurs, de grimper aux arbres et de se rouler sur les pelouses. Nous préférions les passages. Aurélie m’y conduisait quotidiennement. Passage des Princes, passage des Panoramas, passage Véro-Dodat, passage Brady, etc. On y était à l’abri du vent, de la pluie, du soleil et de l’air, par-dessus le marché. Mais il est des grâces particulières aux petits Parisiens, et je ne m’en portais pas plus mal. Nous faisions une station prolongée devant la boutique d’un parfumeur, à ce sombre endroit où l’on voit aujourd’hui des coffre-forts en location. Hissé par ma gouvernante qui restait, pour la plus grande joie des passants, tête nue, car son édifice capillaire n’aurait jamais pu supporter un chapeau, je mettais mon mouchoir sous le petit robinet d’une fontaine qui distribuait toutes les deux minutes une goutte d’eau de Cologne. Seule cette eau de Cologne me plaisait, car elle était rare et il fallait la mériter.

Après quoi, Aurélie travaillait pour son propre compte. Elle avait dû tenir dans les environs ce fameux commerce dont elle parlait avec emphase. Et elle guettait ses débiteurs: «Qu’il m’en tombe un sous la patte, me confiait-elle, et je ne le lâche pas! Ce sont de malhonnêtes gens qui s’enrichissent à force de ne pas payer le pauvre monde. Le crédit nous a tués. Il faut croire que notre exemple a servi. Nous avons été dans les journaux, aux liquidations judiciaires. Depuis nous, Crédit est mort....»

De loin en loin, Amélie apercevait un de ses débiteurs.

«Lâche-moi la main une seconde, mon chéri! suppliait-elle. Je reviens. J’en tiens un! Et un beau!»

Accoté contre une boutique, le cœur palpitant, je prenais un intérêt passionné à la chasse. Intérêt était le mot, car Aurélie, connaissant les hommes et les enfants d’hommes, m’avait dit: «Au premier qui se décide à me rembourser, je t’offre des lacets en réglisse.» C’était, effilé en cordon, un abominable réglisse à goût de savon que ma mère m’interdisait et dont je raffolais....

Suivait une scène, toujours la même: Aurélie trottait après l’homme qui filait prestement; elle arrivait à sa hauteur, le dépassait et lui coupait le chemin. Il essayait de fuir encore, feignait de ne pas la reconnaître, mais elle lui prenait le bras. Ils étaient face à face, Aurélie rouge d’émoi, l’autre baissant la tête et bredouillant de vagues excuses. L’entretien commençait sur le mode aigu de la part de la créancière. Puis elle écoutait les explications, avec hauteur d’abord, et avec intérêt, enfin avec compassion. Cela se terminait par une poignée de mains sans rancune. Et Aurélie me revenait. Je demandais:

«Il ne t’a rien donné?

–Tu sauras qu’il n’avait rien à me donner, mais à me rendre!... Eh! non... Son petit vient d’avoir la scarlatine; sa femme est au lit avec des douleurs et sa belle-mère vient de mourir en les déshéritant. Tu ne me vois pas insister, dans des conditions pareilles! Mais il a notre adresse. C’est déjà un point, tu comprends. Ils ont quelquefois de bonnes intentions, mais ils supposent que l’on a déménagé ou que l’on a fait fortune. Je n’ai pas perdu ma journée: il a juré de nous écrire bientôt.

Une fois, elle revint en murmurant: «Quarante sous!... Tu me feras penser à inscrire»... C’était quarante sous qu’elle avait non pas touchés, mais remis, parce que l’ancien client avait bien mauvaise mine et aussi parce que cela faisait «un chiffre rond!»

Pauvre créature, restée si bonne et si tendre, malgré les coups dont la destinée s’était montrée prodigue à son égard! Par exemple, elle s’affirmait cuirassée contre l’ingratitude humaine.

«Quand tu seras grand, prédisait-elle, quand tu seras un jeune homme qui va au collège avec une serviette en vrai cuir sous ton bras, tu feras, toi aussi, celui qui ne me reconnaît pas!»

Je protestais avec indignation. Parmi tous les drames que pouvait comporter l’avenir, je n’en concevais pas de plus sinistre que celui-ci: Aurélie avec ses doux yeux pleins de reproches, restant toute pâle devant l’indifférence d’un potache vaniteux qui serait moi! Je dois dire que plus tard, élève d’un lycée et n’en étant pas plus fier, il m’arriva de rencontrer mon ex-gouvernante qui, avec son port de tête royal, ses copeaux, son nid abandonné, son peigne et son papillon, menait par la main un autre petit garçon. Je la saluai. J’esquissai un geste affectueux pour la retenir, mais elle passa, hiératique, sans ciller. Elle voulait se donner raison et pouvoir dire le soir à son ouvreur d’huîtres: «Tous les mêmes! Maintenant qu’il a une serviette en vrai cuir sous le bras!...» J’ai pu vérifier par la suite que bien des pessimismes cherchent des confirmations de ce genre...

II

Table des matières

Premières études. Un pensionnat, rue Richer. Une cour en puits plantée d’un arbre. Vous pouvez imaginer la vie de cet arbre, rue Richer! Un seul souvenir: celui d’une institutrice de vingt ans qui nous enseignait surtout de jolies rondes, comme: «La terre nourrit tout,–les fous comme les sages,–les sages comme les fous», et si rose et si blonde et si jolie que nous la prenions en pitié d’être parmi nous. Mais elle riait de si bon coeur! Et, un matin, elle nous apparaît livide, avec, dans les yeux, une expression que je n’oublierai jamais. Quelle tragédie obscure avait pu faucher cette jeune gaieté? Pourtant, notre petite maîtresse essayait encore de nous sourire. J’ai retrouvé ce sourire-là sur la bouche de Réjane quand elle jouait Germinie Lacerteux, la servante enceinte et tordue de douleur, servant le goûter des petites filles. «J’ai la migraine, soyez bien sages!» Et ce regard traqué, suppliant, à la porte ouverte livrant passage à la directrice. «Mademoiselle, vous êtes souffrante; vous pouvez vous retirer; je ferai la classe à votre place.» Nous n’avons jamais revu cette victime. Elle seule assurait la paix. Après son départ, la classe tomba sous la dictature d’un affreux gamin qui avait repéré le pupitre où l’on cachait les croix et les distribuait lui-même à ses favoris, ceux qui le fournissaient de billes et de bonbons. Il a d’ailleurs évolué: il est devenu philanthrope.

Puis, le collège. L’horreur du réfectoire. Deux clans: celui des Beni-bouffe-toujours, les boulimiques qui engloutissaient tout, et les délicats qui restaient à jeun, le cœur soulevé. En guise de dessert, d’étranges friandises mises à la mode par des amateurs sans dégoût, tels ces sucres d’orge de glace arrachés dans les endroits où, l’hiver, l’eau s’arrête en stalactites!... Un maître d’études nous témoignait quelque intérêt; nous respections sa tristesse, nous attribuions son air méditatif à de graves études. Dans une crise de jalousie, il jeta sa femme par la fenêtre et se fit justice ensuite, d’un coup de revolver en plein cœur. Les «récréations»’ sauvages, d’où l’on sort le visage en sang et l’âme endolorie.... Le supplice des engelures. Apprentissage? Oui, si l’on doit apprendre la vie par ses laideurs. Un mauvais moment à passer? Un mauvais moment d’une dizaine d’années. Tout ce que la société la plus hideuse peut offrir d’ignominies en miniature: le camarade plus fort qui vous soufflette; le camarade plus faible qui vous trahit. On reste stupéfait de ce que deviennent la plupart des hommes. On serait moins stupéfait si l’on scrutait leur enfance. J’ai vu dans ma vie de journaliste d’abominables visages de criminels; je n’en ai jamais vu de plus monstrueux que celui d’un collégien de douze ans tentant d’éborgner son adversaire avec la pointe d’une toupie. J’ajoute que la règle établie par quelques tyranneaux était la saleté, une saleté complète, définitive. Comme pendant les révolutions, les mains blanches paraissaient suspectes. Les gants n’étaient admis que durant les périodes de froid excessif, et il fallait encore qu’ils fussent de laine tricotée. Une loi somptuaire n’admettait que le béret. Tout autre couvre-chef, arraché par la violence à son propriétaire, passait de mains en mains et ne lui revenait que transformé en loque.

C’est vous dire le succès que j’obtins quand j’arrivai habillé selon la mode d’Eton: souliers vernis, pantalon gris-perle, veste courte, chapeau melon. J’avais émis quelques objections:

«Jamais ça ne passera.... Ils me traiteront de gommeux et ils me battront.

–Tu as peur? me demanda ma mère.

–Pas pour moi, mais pour mon pantalon gris-perle.

–Il ferait beau voir qu’ils osent te toucher! D’ailleurs, j’irai te chercher.»

Je m’inclinai, mais dévoré d’appréhensions que la suite ne devait pas tarder à justifier. Mon arrivée eut lieu sans incident notable. Mes condisciples’ manifestaient soit une stupeur, soit une curiosité qui me tranquillisèrent. Ma sortie s’effectua dans une houle. On appréciait sans indulgence les divers éléments de ce costume, alors à peu près inconnu et que je devais à la mégalomanie anglophile du tailleur familial. J’espérai un instant franchir sans encombre les quelques mètres qui me séparaient de la rue Bochart-de-Saron où j’étais attendu, mais un premier coup de poing, bravement lancé par derrière, écrasa mon chapeau melon. J’essayai de me dégager et de sauver le reste. En vain! Je dus accepter la bataille à un contre dix, contre vingt, contre cent. J’en sortis le nez tuméfié et l’uniforme d’Eton en lambeaux. Mes premiers mots, quand je me présentai à ma mère, furent: «Je te l’avais bien dit!»

«Allons chez le pharmacien, repartit ma mère, mais retiens bien ceci: même quand on a raison, il y a une phrase qu’il ne faut jamais prononcer, et c’est: «Je te l’avais bien dit». Quels sont les voyous qui t’ont mis dans cet état?»

Le préfet des études, prévenu un peu trop tard, arrivait.

«Vous avez là, madame, dit-il, un bon petit garçon qui, pour un empire, ne dénoncerait pas un camarade. Néanmoins, je prendrai des sanctions. Une autre fois, ne l’envoyez pas déguisé en groom. Dans un bal, rien de plus gracieux, mais ici!...»