Code des instituteurs ou - Diverse Auteurs - E-Book

Code des instituteurs ou E-Book

Diverse auteurs

0,0
1,99 €

oder
Beschreibung

"Code des instituteurs ou", de Diverse Auteurs. Publié par Good Press. Good Press publie un large éventail d'ouvrages, où sont inclus tous les genres littéraires. Les choix éditoriaux des éditions Good Press ne se limitent pas aux grands classiques, à la fiction et à la non-fiction littéraire. Ils englobent également les trésors, oubliés ou à découvrir, de la littérature mondiale. Nous publions les livres qu'il faut avoir lu. Chaque ouvrage publié par Good Press a été édité et mis en forme avec soin, afin d'optimiser le confort de lecture, sur liseuse ou tablette. Notre mission est d'élaborer des e-books faciles à utiliser, accessibles au plus grand nombre, dans un format numérique de qualité supérieure.

Das E-Book können Sie in Legimi-Apps oder einer beliebigen App lesen, die das folgende Format unterstützen:

EPUB
Bewertungen
0,0
0
0
0
0
0



Diverse Auteurs

Code des instituteurs ou

Recueil des lois, ordonnances, arrêtés du Conseil de l'Université, circulaires ministérielles
Publié par Good Press, 2022
EAN 4064066337155

Table des matières

LOI SUR L’INSTRUCTION PRIMAIRE.
TITRE PREMIER.
TITRE II.
TITRE III.
TITRE IV.
ORDONNANCE DU ROI.
TITRE PREMIER.
TITRE II.
TITRE III.
TITRE IV.
TITRE V.
INSTRUCTION PRIMAIRE DES FILLES
ORDONNANCE DU ROI.
TITRE PREMIER.
TITRE II.
TITRE III.
TITRE IV.
TITRE V.
ORGANISATION DES CAISSES D’ÉPARGNE ET DE PRÉVOYANCE,
RAPPORT AU ROI.
ORDONNANCE DU ROI.
ARRÊTÉS ET DÉCISIONS
CIRCULAIRE AUX RECTEURS.
SURVEILLANCE DES COMITÉS.
COMITÉS SUPÉRIEURS.
JURIDICTION DES COMITÉS.
CIRCULAIRE DU MINISTRE.
COMITES LOCAUX.
COMMISSIONS D’EXAMEN.
RÉGLEMENT.
Écoles Primaires en général
TITRE PREMIER.
TITRE II.
ADMISSION DES ÉLÈVES.
BREVETS DE CAPACITÉ.
FONCTIONS INCOMPATIBLES.
TRAITEMENT ET RÉTRIBUTION.
TIMBRE ET IMPOSITIONS.
CLASSES D’ADULTES.
CIRCULAIRE DU MINISTRE.
PENSIONNATS PRIMAIRES.
STATUT RELATIF AUX CONFÉRENCES D’INSTITUTEURS.
TITRE I.
TITRE II.
ECOLES SUPÉRIEURES.
SALLES D’ASILE.
TITRE I.
TITRE II.
TITRE III.
TITRE IV.
TITRE V.
RÉGLEMENT DES SALLES D’ASILE.
TITRE 1 er .
TITRE II.
TITRE III.

LOI SUR L’INSTRUCTION PRIMAIRE.

Table des matières

LOUIS-PHILIPPE, ROI DES FRANÇAIS,

A tous présens et à venir, SALUT.

Nous avons proposé, les chambres ont adopté, NOUS AVONS ORDONNÉ et ORDONNONS ce qui suit:

TITRE PREMIER.

Table des matières

DE L’INSTRUCTION PRIMAIRE ET DE SON OBJET.

ART. 1er. L’instruction primaire est élémentaire ou supérieure.

L’instruction primaire élémentaire comprend nécessairement l’instruction morale et religieuse, la lecture, l’écriture, les éléments de la langue française et du calcul, le système des poids et mesures.

L’instruction primaire supérieure comprend nécessairement, en outre, les éléments de la géométrie et ses applications usuelles, spécialement le dessin linéaire et l’arpentage, des notions des sciences physiques et de l’histoire naturelle applicables aux usages de la vie; le chant, les éléments de l’histoire et de la géographie, et surtout de l’histoire et de la géographie de la France.

Selon les besoins et les ressources des localités, l’instruction primaire pourra recevoir les développements qui seront jugés convenables.

2. Le vœu des pères de famille sera toujours consulté et suivi en ce qui concerne la participation de leurs enfants à l’instruction religieuse.

3. L’instruction primaire est privée ou publique.

TITRE II.

Table des matières

DES ÉCOLES PRIMAIRES PRIVÉES.

4. Tout individu âgé de dix-huit ans accomplis pourra exercer la profession d’instituteur primaire et diriger tout établissement quelconque d’instruction primaire, sans autres conditions que de présenter préalablement au maire de la commune où il voudra tenir école:

1°. Un brevet de capacité obtenu, après examen, selon le degré de l’école qu’il veut établir;

2°. Un certificat constatant que l’impétrant est digne, par sa moralité, de se livrer à l’enseignement. Ce certificat sera délivré, sur l’attestation de trois conseillers municipaux, par le maire de la commune ou de chacune des communes où il aura résidé depuis trois ans.

5. Sont incapables de tenir école:

1°. Les condamnés à des peines afflictives ou infamantes;

2°. Les condamnés pour vol, escroquerie, banqueroute, abus de confiance ou attentat aux mœurs, et les individus qui auront été privés par jugement de tout ou partie des droits de famille mentionnés aux paragraphes 5 et 6 de l’article 42 du Code pénal;

3°. Les individus interdits en exécution de l’article 7 de la présente loi.

6. Quiconque aura ouvert une école primaire en contravention à l’article 5, ou sans avoir satisfait aux conditions prescrites par l’article 4 de la présente loi, sera poursuivi devant le tribunal correctionnel du lieu du délit, et condamné à une amende de cinquante à deux cents francs: l’école sera fermée.

En cas de récidive, le délinquant sera condamné à un emprisonnement de quinze à trente jours et à une amende de cent à quatre cents francs.

7. Tout Instituteur privé, sur la demande du comité mentionné dans l’article 19 de la présente loi, ou sur la poursuite d’office du ministère public, pourra être traduit, pour cause d’inconduite ou d’immoralité, devant le tribunal civil de l’arrondissement, et être interdit de l’exercice de sa profession à temps ou à toujours.

Le tribunal entendra les parties, et statuera sommairement en chambre du conseil. Il en sera de même sur l’appel, qui devra être interjeté dans le délai de dix jours, à compter du jour de la notification du jugement, et qui, en aucun cas, ne sera suspensif.

Le tout sans préjudice des poursuites qui pourraient avoir lieu pour crimes, délits ou contraventions prévus par les lois.

TITRE III.

Table des matières

DES ÉCOLES PRIMAIRES PUBLIQUES.

8. Les écoles primaires publiques sont celles qu’entretiennent, en tout ou en partie, les communes, les départements ou l’État.

9. Toute commune est tenue, soit par elle-même, soit en se réunissant à une ou plusieurs communes voisines, d’entretenir au moins une école primaire élémentaire.

Dans le cas où les circonstances locales le permettraient, le ministre de l’instruction publique pourra, après avoir entendu le conseil municipal, autoriser, à titre d’écoles communales, des écoles plus particulièrement affectées à l’un des cultes reconnus par l’État.

10. Les communes, chefs-lieux de département, et celles dont la population excède six mille ames, devront avoir en outre une école primaire supérieure.

11. Tout département sera tenu d’entretenir une école normale primaire, soit par lui-même, soit en se réunissant à un ou plusieurs départements voisins.

Les conseils généraux délibéreront sur les moyens d’assurer l’entretien des écoles normales primaires. Ils délibéreront également sur la réunion de plusieurs départements pour l’entretien d’une seule école normale. Cette réunion devra être autorisée par ordonnance royale.

12. Il sera fourni à tout Instituteur communal:

1°. Un local convenablement disposé, tant pour lui servir d’habitation que pour recevoir les élevés;

2°. Un traitement fixe, qui ne pourra être moindre de deux cents francs pour une école primaire élémentaire, et de quatre cents francs pour une école primaire supérieure.

13. A défaut de donations, fondations ou legs, qui assurent un local et un traitement, conformément à l’article précédent, le conseil municipal délibérera sur les moyens d’y pouvoir.

En cas d’insuffisance des revenus ordinaires pour l’établissement des écoles primaires communales élémentaires et supérieures, il y sera pourvu au moyen d’une imposition spéciale, votée par le conseil municipal, ou, à défaut du vote de ce conseil, établie par ordonnance royale. Cette imposition, qui devra être autorisée chaque année par la loi de finances, ne pourra excéder trois centimes additionnels au principal des contributions foncière, personnelle et mobilière.

Lorsque des communes n’auront pu, soit isolement, soit par la réunion de plusieurs d’entre elles, procurer un local et assurer le traitement au moyen de celte contribution de trois centimes, il sera pourvu aux dépenses reconnues nécessaires à l’instruction primaire, et, en cas d’insuffisance des fonds départementaux, par une imposition spéciale votée par le conseil général du département, ou, à défaut du vote de ce conseil, établie par ordonnance royale. Cette imposition, qui devra être autorisée chaque année par la loi de finances, ne pourra excéder deux centimes additionnels au principal des contributions foncière, personnelle et mobilière.

Si les centimes ainsi imposés aux communes et aux départements ne suffisent pas aux besoins de l’instruction primaire, le ministre de l’instruction publique y pourvoira au moyen d’une subvention prélevée sur le crédit qui sera porté annuellement pour l’instruction primaire au budget de l’Etat.

Chaque année, il sera annexé, à la proposition du budget, un rapport détaillé sur l’emploi des fonds alloués pour l’année précédente.

14. En sus du traitement fixe, l’Instituteur communal recevra une rétribution mensuelle dont le taux sera réglé par le conseil municipal, et qui sera perçue dans la même forme et selon les mêmes règles que les contributions publiques directes. Le rôle en sera recouvrable, mois par mois, sur un état des élèves certifié par l’instituteur, visé par le maire, et rendu exécutoire par le sous-préfet.

Le recouvrement de la rétribution ne donnera lieu qu’au remboursement des frais par la commune, sans aucune remise au profit des agens de la perception.

Seront admis gratuitement, dans l’école communale élémentaire, ceux des éléves de la commune, ou des communes réunies, que les conseils municipaux auront désignés comme ne pouvant payer aucune rétribution.

Dans les écoles primaires supérieures, un nombre de places gratuites, déterminé par le conseil municipal, pourra être réservé pour les enfants qui, après concours, auront été désignés par le comité d’instruction primaire, dans les familles qui seront hors d’état de payer la rétribution.

15. Il sera établi, dans chaque département, une caisse d’épargne et de prévoyance en faveur des Instituteurs primaires communaux.

Les statuts de ces caisses d’épargne seront déterminés par des ordonnances royales.

Cette caisse sera formée par une retenue annuelle d’un vingtième sur le traitement fixe de chaque Instituteur communal. Le montant de la retenue sera placé au compte ouvert au trésor royal pour les caisses d’épargne et de prévoyance; les intérêts de ces fonds seront capitalisés tous les six mois. Le produit total de la retenue exercée sur chaque Instituteur lui sera rendu à l’époque où il se retirera, et, en cas de décès dans l’exercice de ses fonctions, à sa veuve ou à ses héritiers.

Dans aucun cas, il ne pourra être ajouté aucune subvention, sur les fonds de l’Etat, à cette caisse d’épargne et de prévoyance; mais elle pourra, dans les formes et selon les règles prescrites pour les établissements d’utilité publique, recevoir des dons et legs dont l’emploi, à défaut de dispositions des donateurs ou des testateurs, sera réglé par le conseil général.

16. Nul ne pourra être nommé Instituteur communal, s’il ne remplit les conditions de capacité et de moralité prescrites par l’article 4 de la présente loi, ou s’il se trouve dans un des cas prévus par l’article 5.

TITRE IV.

Table des matières

DES AUTORITÉS PRÉPOSÉES A L’INSTRUCTION PRIMAIRE.

17. Il y aura près de chaque école communale un comité local de surveillance composé du maire ou adjoint, président du curé ou pasteur, et d’un ou plusieurs habitants notables désignés par le comité d’arrondissement.

Dans les communes dont la population est répartie entre différents cultes reconnus par l’Etat, le curé ou le plus ancien des curés, et un des ministres de chacun des autres cultes, désigné par son consistoire, feront partie du comité communal de surveillance.

Plusieurs écoles de la même commune pourront être réunies sous la surveillance du même comité.

Lorsqu’on vertu de l’article 9 plusieurs communes se seront réunies pour entretenir une école, le comité d’arrondissement désignera, dans chaque commune, un ou plusieurs habitants notables pour faire partie du comité. Le maire de chacune des communes fera en outre partie du comité.

Sur le rapport du comité d’arrondissement, le ministre de l’instruction publique pourra dissoudre un comité local de surveillance et le remplacer par un comité spécial, dans lequel personne ne sera compris de droit.

18. Il sera formé dans chaque arrondissement de sous-préfecture un comité spécialement chargé de surveiller et d’encourager l’instruction primaire.

Le ministre de l’instruction publique pourra, suivant la population et les besoins des localités, établir dans le même arrondissement plusieurs comités dont il déterminera la circonscription par cantons isolés on agglomérés.

19. Sont membres des comités d’arrondissement

Le maire du chef-lieu ou le plus ancien des maires du chef-lieu de la circonscription

Le juge de paix ou le plus ancien des juges de paix de la circonscription;

Le curé ou le plus ancien des curés de la circonscription;

Un ministre de chacun des autres cultes reconnus par la loi, qui exercera dans la circonscription, et qui aura été désigné comme il est dit au second paragraphe de l’article 17;

Un proviseur, principal de collége, professeur, régent, chef d’institution, ou maître de pension, désigné par le ministre de l’instruction publique, lorsqu’il existera des colléges, institutions ou pensions dans la circonscription du comité ;

Un Instituteur primaire, résidant dans la circonscription du comité , et désigné par le ministre de l’instruction publique

Trois membres du conseil d’arrondissement ou habitants notables désignés par ledit conseil.

Le préfet préside de droit tous les comités du département, et le sous-préfet tous ceux de l’arrondissement; le procureur du roi est membre, de droit, de tous les comités de l’arrondissement.

Le comité choisit tous les ans son vice-président et son secrétaire; il peut prendre celui-ci hors de son sein. Le secrétaire, lorsqu’il est choisi hors du comité, en devient membre par sa nomination.

20 Les comités s’assembleront au moins une fois par mois. Ils pourront être convoqués extraordinairement sur la demande d’un délégué du ministre ce délégué assistera à la délibération.

Les comités ne pourront délibérer s’il n’y a au moins cinq membres présents pour les comités d’arrondissement, et trois pour les comités communaux; en cas de partage, le président aura voix prépondérante.

Les fonctions des notables qui font partie des comités dureront trois ans; ils seront indéfiniment rééligibles.

21. Le comité communal a inspection sur les écoles publiques ou privées de la commune. Il veille à la salubrité des écoles et au maintien de la discipline, sans préjudice des attributions du maire en matière de police municipale.

Il s’assure qu’il a été pourvu à l’enseignement gratuit des enfants pauvres.

Il arrête un état des enfants qui ne reçoivent l’instruction primaire ni à domicile, ni dans les écoles privées ou publiques.

Il fait connaître au comité d’arrondissement les divers besoins de la commune sous le rapport de l’instruction primaire.

En cas d’urgence, et sur la plainte du comité communal, le maire peut ordonner provisoirement que l’Instituteur sera suspendu de ses fonctions, à la charge de rendre compte, dans les vingt-quatre heures, au comité d’arrondissement, de cette suspension et des motifs qui l’ont déterminée.

Le conseil municipal présente au comité d’arrondissement les candidats pour les écoles publiques, après avoir préalablement pris l’avis du comité communal.

22. Le comité d’arrondissement inspecte, et au besoin fait inspecter, par des délégués pris parmi ses membres ou hors de son sein, toutes les écoles primaires de son ressort. Lorsque les délégués ont été choisis par lui hors de son sein, ils ont droit d’assister à ses séances avec voix délibérative.

Lorsqu’il le juge nécessaire, il réunit plusieurs écoles de la même commune sous la surveillance du même comité, ainsi qu’il a été prescrit à l’article 17.

Il envoie chaque année au préfet et au ministre de l’instruction publique l’état du situation de toutes les écoles primaires du ressort.

Il donne son avis sur les secours et les encouragements à accorder à l’instruction primaire.

Il provoque les réformes et les améliorations nécessaires.

Il nomme les Instituteurs communaux sur la présentation du conseil muuicipal, procède à leur installation, et reçoit leur serment.

Les Instituteurs communaux doivent être institués par le ministre de l’instruction publique.

23. En cas de négligence habituelle, ou de faute grave de l’Instituteur communal, le comité d’arrondissement ou sur la plainte adressée par le comité communal, mande l’Instituteur inculpé ; après l’avoir entendu ou dûment appelé il le réprimande ou le suspend pour un mois avec ou sans privation de traitement; ou même le révoque de ses fonctions.

L’Instituteur frappé d’une révocation pourra se pouvoir devant le ministre de l’instruction publique, en conseil royal. Ce pourvoi devra être formé dans le délai d’un mois, à partir de la notification de la décision du comité , de laquelle notification il sera dressé procès-verbal par le maire de la commune. Toutefois, la décision du comité est exécutoire par provision.

Pendant la suspension de l’Instituteur, son traitement, s’il en est privé, sera laissé à la disposition du conseil municipal, pour être alloué , s’il y a lieu, à un Instituteur remplaçant.

24. Les dispositions de l’article 7 de la présente loi, relatives aux Instituteurs privés, sont applicables aux Instituteurs communaux.

25. Il y aura dans chaque département une ou plusieurs commissions d’instruction primaire, chargées d’examiner tous les aspirans aux brevets de capacité, soit pour l’instruction primaire élémentaire, soit pour l’instruction primaire supérieure, et qui délivreront lesdits brevets sous l’autorité du ministre. Ces commissions seront également chargées de faire les examens d’entrée et de sortie des élèves de l’école normale primaire.

Les membres de ces commissions seront nommés par le ministre de l’instruction publique.

Les examens auront lieu publiquement et à des époques déterminées par le ministre de l’instruction publique.

La présente loi, discutée, délibérée et adoptée par la chambre des pairs et par celle des députés, et sanctionnée par nous cejourd’hui, sera exécutée comme loi de l’Etat.

DONNONS EN MANDEMENT à nos cours et tribunaux, préfets, corps administratifs et tous autres, que les présentes ils gardent et maintiennent, fassent garder, observer et maintenir, et, pour les rendre plus notoires à tous, ils les fassent publier et enregistrer partout où besoin sera; et, afin que ce soit chose ferme et stable à toujours, nous y avons fait mettre notre sceau.

Fait à Paris, le vingt huitième jour du mois de juin 1833.

LOUIS-PHILIPPE.

ORDONNANCE DU ROI.

Table des matières

LOUIS-PHILIPPE, roi des Français, etc.

Vu la loi du 28 juin 1833 sur l’instruction primaire;

Sur le rapport de notre ministre secrétaire d’état au département de l’instruction publique;

Notre conseil de l’instruction publique entendu;

Nous avons ordonné et ordonnons ce qui suit:

TITRE PREMIER.

Table des matières

De l’organisation des écoles primaires publiques.

Art. 1er. Les conseils municipaux délibéreront chaque année, dans leur session du mois de mai, sur la création ou l’entretien des écoles primaires communales, élémentaires ou supérieures, sur le taux de la rétribution mensuelle, et du traitement fixe à accorder à chaque Instituteur, et sur les sommes à voter soit pour acquitter cette dernière dépense, soit pour acquérir, construire, réparer ou louer des maisons d’école.

Ils dresseront annuellement, dans leur session du mois d’août, l’état des élèves qui devront être reçus gratuitement à l’école primaire élémentaire.

Ils détermineront, s’il y a lieu, dans cette même session, le nombre des places gratuites qui pourront être mises au concours pour l’école primaire supérieure.

2. Dans le cas où des communes limitrophes ne pourraient entretenir, chacune pour son compte, une école primaire élémentaire, les maires se concerteront pour établir une seule école à l’usage des dites communes.

La réunion des communes à cet effet ne pourra être opérée que du consentement formel des conseils municipaux, et avec l’approbation de notre ministre de l’instruction publique.

A défaut de convention contraire de la part des conseil municipaux, les dépenses auxquelles l’entretien des écoles donnera lieu seront réparties entre les communes réunies, proportionnellement au montant de leurs contributions foncière, personnelle et mobilière. Cette répartition sera faite par le Préfet.

Une réunion de communes ainsi opérée pourra être dissoute par notre ministre de l’instruction publique, sur la demande motivée d’un ou plusieurs conseils municipaux, mais à condition que ces conseils prendront l’engagement de pourvoir sans délai à l’établissement et à l’entretien des écoles de leurs communes respectives.

3. Les maires des communes qui ne possèdent point de locaux convenablement disposés, tant pour servir d’habitation à leurs Instituteurs communaux que pour recevoir les élèves, et qui ne pourraient en acheter ou en faire construire immédiatement, s’occuperont sans délai de louer des bâtiments propres à cette destination. Les conditions du bail seront soumises au conseil municipal et à l’approbation du Préfet.

Pendant la durée du bail, qui ne pourra excéder six années, les conseils municipaux prendront les mesures nécessaires pour se mettre en état d’acheter ou de faire construire des maisons d’école, soit avec leurs propres ressources, soit avec les secours qui pourraient leur être accordés par le département ou par l’état.

4. Lorsqu’une commune, avec ses ressources ordinaires, ainsi qu’avec le produit des fondations, donations ou legs qui pourraient être affectés aux besoins de l’instruction primaire, ne sera pas en état de pourvoir au traitement des Instituteurs, et de procurer le local nécessaire, le conseil municipal sera appelé à voter, jusqu’à concurrence de trois centimes additionnels au principal des contributions foncière, personnelle et mobilière, une imposition spéciale à l’effet de pourvoir à ces dépenses.

5. Les délibérations par lesquelles les conseils municipaux auront réglé le nombre des écoles communales, fixé le traitement des Instituteurs, arrêté les mesures ou les conventions relatives aux maisons d’école, et voté les fonds, seront envoyées avant le 1er juin, pour l’arrondissement chef-lieu au préfet, et pour les autres arrondissements aux sous-préfets, qui les transmettront dans les dix jours au préfet, avec leur avis.

6. Les préfets inséreront sommairement les résultats de ces délibérations sur un tableau dont le modèle leur sera transmis par notre Ministre de l’instruction publique, et qui indiquera les sommes qu’ils jugeront devoir être fournies par le département, pour assurer le traitement des instituteurs communaux, et pour procurer des locaux convenables.

Ces tableaux seront présentés aux conseils généraux dans leur session ordinaire annuelle.

7. Dès que l’ordonnance royale de convocation des conseils généraux et des conseils d’arrondissement, pour leur session ordinaire annuelle, aura été publiée, les préfets enverront à notre ministre de l’instruction publique une copie de ces tableaux.

Ils enverront en même temps l’état des communes qui n’auraient pas encore fixé le traitement de leurs instituteurs communaux, ni assuré un local pour l’école, avec indication des revenus de chaque commune, du produit annuel des fondations ou legs, et de la portion de ce produit et de ces revenus que la commune pourrait affecter à cette dépense.

8. Dans les cas où les votes des communes n’auraient pas pourvu au traitement de l’instituteur et à l’établissement de la maison d’école, une ordonnance royale autorisera, s’il y a lieu, dans les limites fixées par la loi, une imposition spéciale sur ces communes, à l’effet de pourvoir à ces dépenses.

La somme ainsi recouvrée ne pourra sous aucun prétexte être employée à d’autres dépenses qu’a celles de l’instruction primaire.

9. Si des conseils généraux de département ne votaient pas, en cas d’insuffisance de leurs revenus ordinaires, l’imposition spéciale destinée à couvrir, autant qu’il se pourra, les dépenses nécessaires, cette imposition sera établie, s’il y a lieu, par ordonnance royale, dans les limites fixées par la loi.

10. Lorsque, dans le cas d’insuffisance des revenus ordinaires des communes et des départemens, et des impositions spéciales qu’il sont autorisés à voter, l’état devra. concourir au paiement du traitement fixe des instituteurs, ce traitement ne pourra excéder le minimum fixé par l’article 12 de la loi du 28 juin dernier.

11. Au commencement de chaque mois, l’instituteur communal remettra au maire l’état des parens des élèves qui auront fréquenté son école pendant le mois précédent, avec l’indication du montant de la rétribution mensuelle due par chacun d’eux.

Le recouvrement de ce rôle sera poursuivi par les mêmes voies que celui des contributions directes.

Tous les frais, autres que ceux de poursuites, seront remboursés par la commune. Les réclamations auxquelles la confection du rôle pourrait donner lieu seront rédigées sur papier libre, et déposées au secrétariat de la sous-préfecture.

Elles seront jugées par le conseil de préfecture, sur l’avis du comité local et du sous-préfet, lorsqu’il s’agira de décharges ou de réductions; par le préfet, sur l’avis du conseil municipal et du sous-préfet? lorsqu’il sagira de remises et de modérations.

— 12. Les dépenses des écoles primaires et les diverses ressources qui y sont affectées font partie des recettes et-dépenses des communes; elles doivent être comprises dans les budgets annuels et dans les comptes des receveurs municipaux; elles sont soumises à toutes les règles qui régissent la comptabilité communale.

13. Divers plans d’écoles primaires pour les communes rurales accompagnés de devis estimatifs détaillés, seront dressés par les soias de notre ministre de l’instruction publique, et déposés au secrétariat des préfectures, des sous-préfectures, des mairies, des chefs-lieux de canton et des comités d’arrondissement, ainsi qu’au secrétariat de chaque académie.

14. Le tableau de toutes les communes du royaume, avec l’indication de leur population et de leurs revenus ordinaires et extraordinaires, divisé par départemens, arrondissemens et cantons, sera adressé tous les cinq ans par notre ministre du commerce et des travaux publics à notre ministre de l’instruction publique.

15. Chaque année, notre ministre de l’instruction publique fera dresser un état des communes qui ne possèdent point de maisons d’école, de celles qui n’en ont pas en nombre suffisant, à raison de leur population, et enfin de celles qui n’en ont point de convenablement disposées.

Cet état fera connaître les sommes votées par les communes et par les départemens, en exécution des art. 1er et suivans de la présente ordonnance, soit pour les instituteurs, soit pour les maisons d’école. Il indiquera généralement tous les besoins de l’instruction primaire, et sera distribué aux chambres.

TITRE II.

Table des matières

Des écoles primaires privées.

16. Aussitôt que le maire d’une commune aura reçu la déclaration à lui faite, aux termes de l’art. 4 de la loi, par un individu qui remplira les conditions prescrites et qui voudra tenir une école, soit élémentaire, soit supérieure, il inscrira cette déclaration sur un registre spécial, et en délivrera récépissé au déclarant.

Il enverra au comité de l’arrondissement et au recteur de l’académie des copies de cette déclaration, ainsi que du certificat de moralité que doit présenter l’instituteur.

17. Est considérée comme école primaire toute réunion habituelle d’enfans de différentes familles, qui a pour but l’étude de tout ou partie des objets compris dans l’enseignement primaire.

18. Tout local destiné à une école primaire privée sera préalablement visité par le maire de la commune ou par un des membres du comité communal, qui en constatera la convenance et la salubrité.

19. Les instituteurs privés qui auront bien mérité de l’instruction primaire seront admis, comme les instituteurs communaux, sur le rapport des préfets et des recteurs, à participer aux encouragemens et aux récompenses que notre ministre de l’instruction publique distribue annuellement.