Les histoires d'Hector - Patrick Lagneau - E-Book

Les histoires d'Hector E-Book

Patrick Lagneau

0,0
4,49 €

Beschreibung

Hector est un gamin plein de vie qui fait des bêtises et à qui il arrive des aventures drôles, émouvantes, parfois dramatiques, mais qui se terminent toujours par une belle leçon de morale. Parfois seul dans ses aventures, souvent accompagné par son cousin Phil, Hector offrent aux enfants qui s'identifient à lui quelques pages de bonheur, de sourires, de rires, mais aussi d'émotions. Juste ce qu'il faut pour s'endormir paisiblement le soir avec de belles images dans la tête... En puisant dans ses souvenirs d'enfance, l'auteur a écrit et raconté "Les histoires d'Hector" à ses petits enfants. Cet album leur est dédié.

Das E-Book können Sie in Legimi-Apps oder einer beliebigen App lesen, die das folgende Format unterstützen:

EPUB
MOBI

Seitenzahl: 45

Bewertungen
0,0
0
0
0
0
0



À Ewan, Youri, Kiara, Nina, Élize, Yalisse et Maëlie…

LES HISTOIRES D’HECTOR

Tables des matières

Hector et la glace

Hector et le jogging rouge

Hector et la grenouille

Hector, le cheval et le clown

Hector et le wagon

Hector et le tunnel

Hector et le cirage

Hector et l’abreuvoir

Hector et la flèche polynésienne

Hector et les carottes

HECTOR ET LA GLACE

C’était un dimanche ensoleillé.

Hector, Maman, Grand-père et Grand-mère décident d’aller se promener en ville.

Il faisait beau ! Il y avait du monde ! Et il faisait chaud.

— Maman, dit Hector, tu peux m’acheter une glace, s’il te plaît ?

— Bon, d’accord ! Tu as été sage, je vais t’acheter une glace…

— Tu veux une boule à la vanille ou une boule à la fraise ?

— Oh ! Une boule à la vanille, Maman, c’est meilleur…

Et Maman lui achète un cornet de glace à une boule, à la vanille.

Et la promenade continue.

À un moment donné, un peu en dehors de la ville, Hector se met à courir avec sa glace.

Grand-père, Grand-mère et Maman marchent sur le trottoir, mais Hector a vu qu’il y avait un talus sur le bord, et il commence à courir, à courir, à monter, à descendre, avec sa glace à la main.

— Hector ! dit Maman, ne cours pas, ne saute pas avec ta glace, tu vas la faire tomber…

— Mais non, Maman, je l’ai déjà bien léchée, elle tient bien sur le cornet…

Et Hector continue à courir, à courir, à sauter, à monter, à descendre. Et à un moment, quand il saute à pieds joints au-dessus d’une branche d’arbre couchée par terre, la boule de glace sort du cornet, et monte en l’air, monte en l’air, monte en l’air et redescend, redescend, redescend et s’écrase sur… le crâne chauve de Grand-père.

Oh, là, là, mon Dieu, qu’est-ce que j’ai fait ?pense Hector affolé.

Et comme Grand-père avait chaud sur le crâne, la glace à la vanille commence à fondre et à couler lentement de tous les côtés, sur l’oreille… droite, sur l’oreille… gauche, sur le front, sur les yeux…

Maman et Grand-mère auraient dû gronder Hector. Au lieu de cela, en regardant la tête de Grand-père avec cette glace à la vanille qui lui coule partout, elles pouffent de rire, mais elles se retiennent pour ne pas rire trop fort. Grand-père se fâcherait. Elles mettent une main devant leur bouche et rigolent, rigolent tant, qu’il leur est impossible de gronder Hector dans ces conditions.

En les voyant rire ainsi, Hector pense qu’il a dû faire une bonne farce à Grand-père.

Mais lui ne riait pas.

Et Hector, cette fois-là, ne s’est pas fait gronder.

Sa glace a vite disparu.

Cependant, il n’en a pas eu une autre.

HECTOR ET LE JOGGING ROUGE

Un jour, la Maman d’Hector rentre du marché, et va dans sa chambre, alors qu’il dort encore.

— Hector… réveille-toi !... J’ai une surprise pour toi…

Hector ouvre les paupières, saute du lit, enfile les pieds dans ses pantoufles, et descend voir Maman qui est en bas.

— Regarde Hector c’est pour toi…

C’est un carton… fermé… qu’est-ce que cela peut être ?

Hector ouvre le carton, lentement, et à l’intérieur, il découvre un jogging. Rouge.

— Wouah ! Le beau jogging rouge comme j’en rêvais… Maman, comme il est beau !

Vite, il enlève son pyjama, il saute dans son slip, enfile un tee-shirt, le pantalon de jogging, rouge, la veste de jogging, rouge. Le pantalon est magnifique, il est tout rouge avec une bande blanche de chaque côté des jambes, et une belle fermeture dorée pour fermer la veste du jogging.

Il se regarde dans le miroir. Il rit.

— Oh ! On dirait le petit chaperon rouge !

— Mais non, Hector ! Le petit chaperon rouge était une petite fille…

— Oui, mais je suis habillé en rouge. Comme elle. Bon, Maman, je vais dehors avec mon jogging pour voir comment il me permet de courir vite. Sans doute plus vite que d’habitude…

Hector saute dans ses baskets et, tout heureux, part courir dans les rues du quartier où il habite.

À un certain moment, il passe devant son école, et comme aujourd’hui, c’est mercredi, il n’y a pas classe.

Mais le portail de la cour est ouvert…

Hector, de loin, voit le préau où les élèves s’abritent habituellement quand il pleut, et sous le préau, il aperçoit la corde qui sert pour faire de la gymnastique avec le maître. Et cette corde pend d’une poutre jusque sur le sol.

Il regarde autour de lui…

Personne…

Il entre dans la cour de l’école et court jusqu’à la corde.

Toujours personne.

Il attrape la corde dans ses mains, prend de l’élan et se dit : « Avec mon jogging rouge, je suis comme Tarzan, je vais pouvoir me balancer. »

Avec la corde en main, il commence à courir, courir, sauuuuuuuute, s’envole très, très haut et bien sûr, son poids le fait redescendre vers le sol et là, il sait bien que ses jambes vont toucher par terre et l’empêcher de se balancer. Alors, il les replie, mais… raaaac !... son genou racle le sol…

Il lâche la corde, se redresse, regarde sa jambe et se met à pleurer parce que… le… le beau jogging rouge… il… il est… il est troué au niveau du genou…