Petits cahiers - Léon Cladel - E-Book

Petits cahiers E-Book

Léon Cladel

0,0
1,99 €

oder
Beschreibung

"Petits cahiers", de Léon Cladel. Publié par Good Press. Good Press publie un large éventail d'ouvrages, où sont inclus tous les genres littéraires. Les choix éditoriaux des éditions Good Press ne se limitent pas aux grands classiques, à la fiction et à la non-fiction littéraire. Ils englobent également les trésors, oubliés ou à découvrir, de la littérature mondiale. Nous publions les livres qu'il faut avoir lu. Chaque ouvrage publié par Good Press a été édité et mis en forme avec soin, afin d'optimiser le confort de lecture, sur liseuse ou tablette. Notre mission est d'élaborer des e-books faciles à utiliser, accessibles au plus grand nombre, dans un format numérique de qualité supérieure.

Das E-Book können Sie in Legimi-Apps oder einer beliebigen App lesen, die das folgende Format unterstützen:

EPUB
Bewertungen
0,0
0
0
0
0
0



Léon Cladel

Petits cahiers

Publié par Good Press, 2021
EAN 4064066303389

Table des matières

A MON AMI Camille LEMONNIER l’honneur des Lettres françaises en Belgique. L. CL.
Paul–des-Blés
L’ANCÊTRE
L’Ancêtre.
UNE MAUDITE
Une Maudite.
CHEZ LES MORTS
Chez les Morts
LA GÉNÉRALE A LA JAMBE DE BOIS
La Générale à la Jambe de Bois
BÊTES&GENS
Bêtes&Gens
BIBLIOGRAPHIE

A MON AMICamille LEMONNIERl’honneur des Lettres françaises en Belgique.L. CL.

Table des matières

Paul–des-Blés

Table des matières

Surpris de nuit, en plein été, non loin d’Issoire, au beau milieu de la Limagne, par un orage épouvantable qui découronnait les chaumes et couchait les noires futaies d’alentour aussi facilement que les blondes céréales entamées déjà par ja par les faucilles des moissonneurs suburbains, un marchand for du XVIIIe arrondissement, en train de battre depuis quelques mois les campagnes de la Basse-Auvergne, allait se réfugier dans une hutte sise au sein d’une grasse prairie limitrophe de la grand route, lorsque, de l’un des fossés qui bordent cette dernière et qu’il avait franchi, jaillirent d’étranges gémissements, assez semblables aux grêles bêlements d’une ouaille en détresse.

–Hé! qui vive?

Aussitôt une voix d’enfant, très longue et plaintive, répondit dans l’idiome du pays:

–Une âme en peine qui, de faiblesse, a roulé tantôt dans ce trou; passant, tire-moi d’ici, pour l’amour de Dieu! j’ai faim, j’ai soif, j’ai froid.

On t’oit, mon gros, et tu vas être servi; nom d’une pipe! attends un peu; tu mangeras, tu boiras et tu te réchaufferas à ton gré, parole d’honneur!

Et, déposant à terre sa ruisselante pacotille d’images et de cotonnades, le sensible colporteur de la rue des Rosiers se coula sans tergiverser dans le bas-fond herbu d’où bientôt il sortit avec force précautions, pressant très doucement entre ses mains enduites de glaise siliceuse un petit rousseau blême et transi, mais joli comme un coeur et ne pesant peut-être point trente livres, tout mouillé.

–Merci, soupirait la frêle créature en se roulant frissonnante dans les deux méchants morceaux de serpillière qui lui tenaient lieu de chemise, l’un, et l’autre, de jupon; oh, merci, chrétien!

–Halte-là, ma belle, halte-là! ne me traite pas, je te prie! de calotin en récompense de ma gentillesse et fais-moi le plaisir d’endosser illico mon burnous; il est chaud comme un bédouin et te séchera, car, pour humide, oh! vrai, tu l’es, ma pauv’e fille.

–On est mâle et non femelle, estimable monsieur, vous à qui je dois un cierge.

–Hein?

–Oui.

–Bigre!... Et depuis quand en-cotillonne-t-on ici ceux qui sont nés pour porter culottes?

–Il faut bien se vêtir de ce qu’on a.

–C’est juste!... Eh! dis-moi donc, crapaud de mon âme, où gîtes-tu?

–Partout.

–Ta niche est grande, en ce cas; sapristi! quel domaine! et tes père et mère?

–En haut, tout là-haut.

–Triste habitation que le Paradis! Alors tu vis seul sur le plancher des vaches?

–Seul.

–Et quel âge as-tu?

–Treize ans.

–On t’en donnerait bien huit en forçant un peu; tu badines, sans doute, mignon?

–Nenni.

Fort ému, le faubourien de la capitale se mordit la moustache, et, pensif, ayant ramassé sa balle, enveloppée d’une toile cirée où l’eau du ciel fluait à torrents, il entraîna l’enjuponné vers la cabane qui bossuait la prairie; une fois là, bien abrités tous les deux:

–Si nous cassions une croûte, petiot?

–Ah! je veux.

–On n’est pas trop mal, après tout, en ce château de berger, et tu vas voir, aimable gringalet, que, grâce à nos industries, la table y sera bientôt mise.

Et l’ambulant chez qui, comme chez la plupart de ses compatriotes, la gaieté revenait toujours au galop, ôta de ses épaules un sac de soldat, en déboucla les sangles, y puisa quelques fouaces, un fromage de chèvre, huit à dix figues sèches, autant de pruneaux, et, finalement, une bouteille de vin...

–Y sommes-nous?

–A coup sûr.

–Eh bien! allons-y sans façons et, quand nous nous serons régalés, on verra! Va, mon fils, ne te gêne point, attaque.