Souvenirs de Saint-Cyr - Diverse Auteurs - E-Book

Souvenirs de Saint-Cyr E-Book

Diverse auteurs

0,0
1,99 €

oder
Beschreibung

"Souvenirs de Saint-Cyr", de Diverse Auteurs. Publié par Good Press. Good Press publie un large éventail d'ouvrages, où sont inclus tous les genres littéraires. Les choix éditoriaux des éditions Good Press ne se limitent pas aux grands classiques, à la fiction et à la non-fiction littéraire. Ils englobent également les trésors, oubliés ou à découvrir, de la littérature mondiale. Nous publions les livres qu'il faut avoir lu. Chaque ouvrage publié par Good Press a été édité et mis en forme avec soin, afin d'optimiser le confort de lecture, sur liseuse ou tablette. Notre mission est d'élaborer des e-books faciles à utiliser, accessibles au plus grand nombre, dans un format numérique de qualité supérieure.

Das E-Book können Sie in Legimi-Apps oder einer beliebigen App lesen, die das folgende Format unterstützen:

EPUB
Bewertungen
0,0
0
0
0
0
0



Diverse Auteurs

Souvenirs de Saint-Cyr

Publié par Good Press, 2022
EAN 4064066335922

Table des matières

AU LECTEUR.
A LA MUSE DE SAINT-CYR.
DOUZE JOURNÉES DE PRISON.
PREMIÈRE JOURNÉE.
DEUXIÈME JOURNÉE.
TROISIÈME JOURNÉE.
QUATRIÈME JOURNÉE.
CINQUIÈME JOURNÉE
SIXIÈME JOURNÉE.
SEPTIÈME JOURNÉE.
HUITIÈME JOURNÉE.
NEUVIÈME JOURNÉE.
DIXIÈME JOURNÉE.
ONZIÈME JOURNÉE.
DOUZIÈME JOURNÉE.
POUR ELLE!
ODE.
JADIS ET MAINTENANT.
JADIS ET MAINTENANT
L’ÉPIDÉMIE,
CHANT I er .
CHANT II.
CHANT III.
LE BONNET DE POLICE .
LE MANTEAU
L’ÉPAULETTE D’OR.
LE PAUVRE VÉTÉRAN.
LE FUSIL DU VÉTÉRAN.
A MA PIPE.
LA SALLE DES VISITES .
L’INFIRMERIE .
L’INFIRMERIE ET L’ÉCOLE .
UN CARNAVAL A SAINT-CYR.
LE CIMETIÈRE.
NOMS DES PROMOTIONS
LES NOMS DE GUERRE ,
ADIEUX
RETOUR
RESTAURATION
L’ÉPAULETTE D’OR.
OFFICIER!
LA PRISON.
LES PLANS.
LA PREMIÈRE SORTIE.
L’OFFICIER MALHEUREUX.
LE FRUIT SEC AU HOLLANDAIS.
LE DÉPART DES OFFICIERS.
CHANT DE TRIOMPHE.
LA GALETTE.
CHANT DE TRIOMPHE (DJEMMA) .
CHANT DE TRIOMPHE.
CHANT DE TRIOMPHE.
CHANT DE TRIOMPHE.
CHANT DE TRIOMPHE.
CHANT DE TRIOMPHE.
L’ANCIEN .
LE CONSCRIT.
LES DIX-HUIT COMMANDEMENTS
AUX RECRUES.
LA JOURNÉE DU CONSCRIT.
PATER DU CONSCRIT
PRIÈRE DU CONSCRIT.

AU LECTEUR.

Table des matières

C’EST aux anciens élèves de l’École militaire que ce volume est adressé. La Muse de Saint-Cyr, publiée en 1829, initiait déjà le public à quelques-unes des scènes de la vie intime du saint-cyrien. Depuis cette époque, bien des promotions se sont succédé et bien des chansons ont été faites; chaque année, de nouvelles productions sont venues s’ajouter aux anciennes et se sont transmises de main en main avec un religieux scrupule, comme un précieux héritage.

Plus de vingt années nous séparent aujourd’hui de l’époque où parut le premier recueil des souvenirs poétiques de l’École militaire; le nombre des officiers sortis de Saint-Cyr s’est beaucoup accru, il n’est pas un régiment dans l’armée qui ne compte dans son sein quelques anciens élèves de l’École; on les trouve partout, à tous les degrés de la hiérarchie militaire, depuis les plus hautes dignités jusqu’aux derniers grades; et dans cette foule d’officiers, pas un n’a oublié d’où il sort, tous se rappellent leur commune origine, et s’il est vrai de dire que l’épaulette établit entre ceux qui la portent un lien de confraternité, combien encore n’est-ce pas plus vrai pour les anciens élèves de Saint-Cyr!

Enfants d’une même mère, quel que soit le rang, quel que soit l’âge, tous se retrouvent avec plaisir, tous aiment à revenir en arrière; les plus anciens évoquent le passé et se rajeunissent au contact de leurs jeunes camarades, tandis que l’officier qui débute cherche dans les traditions de l’École quelque souvenir qui le vieillisse, pour ainsi dire, et le reporte au temps de ses devanciers.

Peu importe donc la valeur littéraire des pièces que nous publions; si leur style laisse quelque chose à désirer, qu’on se souvienne, en les lisant, des circonstances auxquelles elles doivent le jour. Ce n’est pas pour l’Académie que Saint-Cyr fait ses chansons; c’est pour passer quelques heures d’une longue captivité, c’est pour élever à chaque événement qui vient rompre la triste monotonie de la vie intérieure de l’École un monument dans la mémoire de ceux qui en furent les contemporains. Et lorsqu’un jour on se retrouve hors de cette enceinte, n’est-on pas heureux de pouvoir répéter entre soi quelques-uns de ces vieux refrains qu’on a tant de fois chantés tous ensemble?

Ce recueil n’est destiné d’ailleurs, nous le répétons, qu’aux anciens élèves de l’École; il n’est pas entré dans notre pensée de faire un livre pour le public. Si toutefois quelque exemplaire tombait sous ses yeux, qu’il n’oublie pas ce que sont nos poésies, comment elles ont été faites et le but tout spécial dans lequel on les a imprimées.

Outre les pièces publiées en 1829, dont nous donnons ici une deuxième édition, notre volume contient encore un grand nombre de nouveaux morceaux. Parmi les nombreuses inspirations de notre muse, nous avons choisi avec soin les plus capables de désarmer la critique, si prompte à s’éveiller, et dont les rigueurs sont toujours à craindre malgré nos efforts pour décliner sa censure.

Notre édition est de plus illustrée de dessins, vignettes, etc., représentant diverses parties ou diverses scènes de l’École, et dus au crayon d’élèves de Saint-Cyr, pour la plupart de la promotion de 1851-1853. Nous avons pensé que c’était un moyen d’aider les souvenirs et d’augmenter encore le petit intérêt que peut offrir cette publication.

Si, en parcourant la Muse de 1853, le lecteur peut s’oublier un instant et rêver au passé, si la lecture de ces pièces, dont beaucoup sont déjà connues de tous, et d’autres de quelques-uns seulement, peut, à quelque titre que ce soit, resserrer les liens d’amitié et de fraternité qui doivent unir à tout jamais les enfants de l’École spéciale militaire, les efforts de ceux qui ont apporté ici leur concours seront largement récompensés et notre but sera atteint.

Aux générations futures appartient le soin de continuer la tâche, et de venir, en nous rappelant l’époque actuelle, nous rajeunir à notre tour.

Saint-Cyr, 1853.

VISITE DE NAPOLÉON A L’ÉCOLE SPÉCIALE MILITAIRE 20 AOUT 1832

A LA MUSE DE SAINT-CYR.

Table des matières

(1853.)

Au sein des champs [tu pris naissance, Aimable Muse, — et ton berceau Jadis gardé par l’Innocence S’abrite aujourd’hui d’un drapeau.

Longtemps, une pure harmonie, D’Ester le rhythme gracieux, Ainsi qu’un parfum de l’Asie, Pour toi s’exhala vers les cieux...

Parfois encore, des charmilles Un écho lointain nous poursuit, Mêlant les chœurs des jeunes filles Aux vagues concerts de la nuit.

Mais de son aile impatiente Le temps nous presse tous les jours, Et tout cède à sa faux tranchante: Grâces, talents, jeunesse, amours!

Ainsi, tourterelles plaintives, Fuyant les serres de l’autour, Vous avez dû, pour d’autres rives, Prendre votre vol sans retour!

Pour perpétuer d’âge en âge, O Muse, ton culte en ces lieux, Nous venons t’apporter l’hommage Du fruit de nos efforts pieux.

Maint critique, à l’humeur chagrine, Pourra, d’un style exagéré, Gémir, en voyant que Racine Nous légua son luth inspiré.

Pardonne-nous, — Mars dès l’aurore, Imposant ses chants à nos voix, Fait qu’elles sont rudes encore Lorsqu’il leur faut chanter les bois.

Si pour embellir ta couronne, Ces fleurs ont trop peu de fraîcheur. Nous aurons du moins à ton trône Inscrit ces mots: Patrie, honneur.

Et plus tard, à la fleur champêtre, Trop fragile aux mains du guerrier, Il nous sera donné peut-être D’unir le rameau de laurier!

DOUZE JOURNÉES DE PRISON.

Table des matières

INTRODUCTION

MA main durant ces jours [d’une peine éphémère N’a tracé pour personne une pensée amère... Aussi je ne crains pas que la sage équité Proscrive ces enfants de la Nécessité.

PREMIÈRE JOURNÉE.

Table des matières

3 octobre

Est-ce le jour enfin, dont la pâle lumière Jette un rayon douteux sur ma faible paupière? Ou de l’astre des nuits quelque reflet menteur Vient-il seul m’apporter sa mourante lueur? Mais je préfère encor la nuit et son silence Aux vains bruits d’un faux jour, sombre et sans espérance. La nuit, on peut rêver plus en paix que le jour... Avec elle la nuit verse un parfum d’amour, Qui d’un cœur de vingt ans sait calmer la tristesse. Ainsi la tendre fleur qu’un doux zéphyr caresse, S’entr’ouvrant aux rayons d’un soleil radieux, Semble braver l’effort de l’autan furieux. C’est la nuit... Le marteau sur le timbre sonore Vient de frapper un coup: il n’est qu’une heure encore! Pour toi seul dans ces murs c’est l’heure du réveil: Tu songeras demain, prisonnier, au sommeil... Le sergent dort en paix, tout est calme et tranquille! Allumons...

Tu dormais aussi, toi, grande ville, Avec tes beaux palais et leurs coupoles d’or, Tu dormais dans la nuit du six de thermidor, Lorsque tes triumvirs préparaient des tempêtes (Insensés! l’ouragan allait courber leurs têtes...); Tu dormais: tel jadis le vieux peuple romain Reposait, attendant les jeux du lendemain. Ton jeu, Paris, c’était alors la guillotine!...

Parmi ceux qu’au bourreau Robespierre destine, Au fond d’un noir cachot veille seul un proscrit. Sur la liste de mort depuis longtemps inscrit, Des maîtres de ses jours il connaît la justice. Dès longtemps il est prêt à marcher au supplice. Il sait qu’il ne lui reste à vivre qu’un instant, Il sait qu’au point du jour la charrette l’attend; Et pourtant il sourit comme à quelque doux rêve, Il est heureux, il songe à ces vers qu’il achève. Il peut donc lui laisser du moins ce souvenir! Il mourra... mais ses vers vivront dans l’avenir! A l’heure du repas, quand la jeune captive Le cherchera demain, inquiète et craintive, Il veut que, pour charmer ses regrets superflus, L’enfant garde ce don de l’ami qui n’est plus.

Puis son front s’assombrit: il va quitter son frère, Il ne recevra plus les baisers de sa mère. Mais de ses yeux voilés semblent couler des pleurs! — Sur sa tombe plus tard jettera-t-on des fleurs? Quel sort attend son nom, la gloire ou le silence? — Va, poëte... reprends ta noble confiance! L’avenir est à toi, car l’immortalité Est acquise au talent, dès qu’il l’a mérité. Au pied de l’échafaud la gloire est ton partage: La France recevra de toi pour héritage Ces vers, ces derniers vers écrits dans ta prison, Beaux épis nouveau-nés au jour de la moisson.

Pour moi, captif aussi, j’ai laissé ma pensée Offrir un saint tribut à ta cendre glacée. De tes vers si touchants sensible admirateur, Dans ma prison je dois à leur charme enchanteur Le reveil de mon âme à dormir condamnée: Heureux par toi, je t’ai consacré ma journée.

DEUXIÈME JOURNÉE.

Table des matières

4 octobre.

Vous qui m’avez privé de la clarté des cieux, Pourquoi vous maudirais-je? ici je suis heureux!...

Car j’aime, prisonnier en mon humble cellule, A l’heure où se reflète un pâle crépuscule Sur mes quatre murs blancs, J’aime à me rappeler souvenirs qui s’effacent, Derniers restes vivants de tous les jours qui passent Ou tristes ou riants.

Le soir, c’est pour toute âme heure de rêverie; C’est l’instant où l’on pleure en silence, où l’on prie Pour ceux qui ne sont plus; L’instant où dans les airs on entend une plainte, L’instant où retentit au loin la cloche sainte Qui sonne l’Angelus!

Et puis quel lieu plus propre à la mélancolie? Que de noms sont ici que le présent oublie Le soir de leur matin! Ils restent près de nous, reliques d’un autre âge, Comme pour inviter à feuilleter leur page Au livre du destin!

Où sont-ils maintenant, nos aînés dans l’arène? Que nous a laissé d’eux le temps qui tout entraîne? Peut-être un souvenir. Et combien ont passé, dont l’horizon prospère Semblait leur réserver au bout de la carrière Place dans l’avenir!...

Mais pourquoi soulever le voile Qui cache leur sort à nos yeux?... Quand une fugitive étoile Fuit et disparaît dans les cieux, Allons-nous sonder le mystère Qui de sa lueur éphémère Prive cet astre passager?... Allons-nous rechercher la cause Qui fait sitôt mourir la rose Au souffle d’un vent si léger?

Si le passé nous intéresse, Cherchons-y souvenir plus doux! N’appelons pas jours de tristesse, Ils luiront assez tôt pour nous! Ne sommes-nous pas de ce monde Où la brise qui ride l’onde Suffit pour éloigner du bord Le voyageur dont le navire Voguant sur l’aile du zéphire Peut-être allait toucher le port!

Laissons reposer sous la pierre Tous ceux que le temps a fauchés, Et n’interrogeons pas la terre Sur les secrets qu’elle a cachés: Car le passé, c’est un abîme; Heureux qui peut gravir la cime Du mont qui borne son chemin, Sans jeter un regard timide Vers la plage où le gouffre avide Peut l’engloutir le lendemain!

Pourtant j’aime à rêver du passé qui s’envole, Mais du passé riant qui charme et qui console, Et ne laisse en nos cœurs que des pensers d’amour. J’aime à rêver de vous à la chute du jour, Anges, qui n’êtes plus, douces, saintes colombes, Qui dormez maintenant, qui dormez sous vos tombes; J’aime à ressusciter pour vous les jours passés Et tous leurs souvenirs déjà presque effacés.

J’aime à revoir ainsi la fraîche jeune fille. Avec sa robe blanche et sa noire mantille, Avec ses longs cheveux Que retenait le peigne ou qui flottaient en tresses, Avec son front si pur et les vagues tristesses Qui voilaient ses beaux yeux.

J’aime à la voir errant, folâtre, insoucieuse, A l’ombre d’un bosquet se pencher gracieuse Pour cueillir une fleur; Puis de ses doigts légers arracher feuille à feuille Pour voir combien d’amour cette fleur qu’elle effeuille Va promettre à son cœur!

J’aime à la voir surtout lorsque, fière et splendide De ses nouveaux atours, la belle enfant timide Pour charmer le grand roi Venait tenter d’Esther le rôle difficile Ou dans les chœurs divins, pieuse jeune fille, Chanter l’hymne de foi.

Pour vous, anges du ciel, brillante était l’aurore!... Sans ennui, sans douleur, vous ne comptiez encore Que de calmes printemps! Fleurs, vous viviez parmi les fleurs du jour écloses, Et la brise apportait le doux parfum des roses A vos cœurs de seize ans!