Une imagination éveillée et la recherche - Neville Goddard - E-Book

Une imagination éveillée et la recherche E-Book

Neville Goddard

0,0

Beschreibung

- Cette édition est unique;

- La traduction est entièrement originale et a été réalisée pour l'Ale. Mar. SAS;
- Tous droits réservés.

​​​​​​​Un petit livre d'auto-assistance avec un penchant chrétien. Les chapitres comprennent : Who Is Your Imagination? ; Sealed Instructions ; Highways Of The Inner World ; The Pruning Shears Of Revision ; The Coin Of Heaven ; It Is Within ; Creation Is Finished ; The Apple Of God's Eye ; and, The Search.

Sie lesen das E-Book in den Legimi-Apps auf:

Android
iOS
von Legimi
zertifizierten E-Readern
Kindle™-E-Readern
(für ausgewählte Pakete)

Seitenzahl: 89

Das E-Book (TTS) können Sie hören im Abo „Legimi Premium” in Legimi-Apps auf:

Android
iOS
Bewertungen
0,0
0
0
0
0
0



Table des matières

Chapitre 1. Qui est votre imagination ?

Chapitre deux. Instructions scellées

Chapitre trois. Les autoroutes du monde intérieur

Chapitre quatre. Les ciseaux de la révision

Chapitre cinq. La Pièce du Ciel

Chapitre six. Il est à l'intérieur

Chapitre sept. La création est achevée

Chapitre 8. La pomme de l'œil de Dieu

La recherche

Une imagination éveillée et la recherche

NEVILLE GODDARD

Traduction et édition 2021 Ale. Mar. sas

Chapitre 1. Qui est votre imagination ?

Je ne me repose pas de ma grande tâche d'ouvrir les mondes éternels, d'ouvrir les yeux immortels de l'homme vers les mondes de la pensée, vers l'éternité qui s'étend toujours dans le sein de Dieu, l'imagination humaine. Blake, Jérusalem 5:18-20

CERTAINS MOTS, au cours d'un long usage, acquièrent tant de connotations étranges qu'ils cessent presque de signifier quoi que ce soit. Un tel mot est l'imagination. Ce mot est mis au service de toutes sortes d'idées, dont certaines sont directement opposées les unes aux autres. La fantaisie, la pensée, l'hallucination, le soupçon : en effet, tant son usage est large et tant ses significations sont variées, le mot imagination n'a ni statut ni signification fixe.

Par exemple, nous demandons à un homme d'"utiliser son imagination", ce qui signifie que sa vision actuelle est trop restreinte et donc pas à la hauteur de la tâche. Dans la foulée, nous lui disons que ses idées sont "de la pure imagination", ce qui implique que ses idées ne sont pas fondées. Nous parlons d'une personne jalouse ou méfiante comme d'une "victime de sa propre imagination", ce qui signifie que ses pensées sont fausses. Une minute plus tard, nous rendons à un homme le plus grand hommage en le décrivant comme un "homme d'imagination".

Le mot "imagination" n'a donc pas de signification précise. Même le dictionnaire ne nous aide pas. Il définit l'imagination comme (1) le pouvoir ou l'acte de représentation de l'esprit, le principe constructif ou créatif ; (2) un fantasme ; (3) une notion ou une croyance irrationnelle ; (4) la planification, le complot ou l'intrigue comme impliquant une construction mentale.

J'identifie la figure centrale des évangiles avec l'imagination humaine, la puissance qui rend inévitable le pardon des péchés, la réalisation de nos objectifs.

Toutes choses ont été faites par lui, et rien de ce qui a été fait n'a été fait sans lui. Jean 1:3

Il n'y a qu'une seule chose au monde, l'imagination, et toutes nos déformations de celle-ci.

Il est méprisé et rejeté par les hommes ; il est un homme de douleur et il a connu la souffrance. Isaïe 53:3

L'imagination est la porte même de la réalité.

"L'homme", dit Blake, "est soit l'arche de Dieu, soit un fantôme de la terre et de l'eau". "Naturellement, il n'est qu'un organe naturel soumis au Sens". "Le corps éternel de l'homme est l'imagination : c'est Dieu lui-même, le corps divin. [yod, shin, ayin ; de droite à gauche] : Jésus : nous sommes ses membres".

Je ne connais pas de définition plus grande et plus vraie de l'imagination que celle de Blake. Par l'imagination, nous avons le pouvoir d'être tout ce que nous désirons être.

Grâce à l'imagination, nous désarmons et transformons la violence du monde. Nos relations les plus intimes comme les plus informelles deviennent imaginatives, à mesure que nous nous éveillons au "mystère caché depuis des siècles" [Colossiens 1:26], à savoir que le Christ en nous est notre imagination.

Nous nous rendons alors compte que ce n'est que lorsque nous vivons par l'imagination que l'on peut vraiment dire que nous vivons tout court.

Je veux que ce livre soit l'ouvrage le plus simple, le plus clair, le plus franc que j'aie le pouvoir de faire, afin de vous encourager à fonctionner de manière imaginative, afin que vous puissiez ouvrir vos "Yeux immortels vers l'intérieur, dans les Mondes de la Pensée" [William Blake], où vous contemplez chaque désir de votre cœur comme du grain mûr "déjà blanc pour la moisson" [Jean 4:35].

Je suis venu pour qu'ils aient la vie, et qu'ils l'aient en abondance. Jean 10:10

La vie abondante que le Christ nous a promise, nous pouvons l'expérimenter maintenant, mais ce n'est que lorsque nous avons le sens du Christ comme imagination que nous pouvons en faire l'expérience.

Le mystère caché depuis des siècles... Christ en vous, l'espérance de la gloire, Colossiens 1:26,27, est votre imagination.

C'est le mystère que je m'efforce toujours de réaliser plus profondément moi-même et d'inciter les autres à le faire.

L'imagination est notre rédempteur, "le Seigneur du Ciel" né de l'homme mais non engendré par l'homme [Le Credo de Nicée-Constantinople ou le Symbole de la Foi, 325/381 A.D.].

Chaque homme est Marie et la naissance au Christ doit donner.

Si l'histoire de l'immaculée conception1 et de la naissance du Christ semble irrationnelle à l'homme, c'est uniquement parce qu'elle est mal interprétée en tant que biographie, histoire et cosmologie, et les explorateurs modernes de l'imagination n'aident pas en l'appelant l'inconscient ou le subconscient.

La naissance et la croissance de l'imagination sont le passage progressif d'un Dieu de la tradition à un Dieu de l'expérience. Si la naissance du Christ en l'homme semble lente, c'est uniquement parce que l'homme ne veut pas lâcher l'ancrage confortable mais faux de la tradition.

Lorsque l'imagination sera découverte comme le premier principe de la religion, la pierre de l'entendement littéral aura senti le bâton de Moïse et, comme le rocher de Sion [Isaïe 28:16 ; Romains 9:33], sortira l'eau de la signification psychologique pour étancher la soif de l'humanité ; et tous ceux qui prendront la coupe offerte et vivront une vie selon cette vérité transformeront l'eau de la signification psychologique en vin du pardon. Puis, comme le bon Samaritain [Luc 10, 33-35], ils le verseront sur les plaies de tous.

Le Fils de Dieu ne se trouve pas dans l'histoire, ni sous une forme extérieure. Il ne peut être trouvé que comme l'imagination de celui en qui Sa présence se manifeste.

Oh, si ton cœur n'était qu'une crèche pour sa naissance ! Dieu deviendrait une fois de plus un enfant sur la terre. [Angelus Silesius, poète du XVIIe siècle].

L'homme est le jardin dans lequel dort ce Fils unique de Dieu. Il réveille ce Fils en élevant son imagination jusqu'au ciel et en revêtant les hommes d'une stature divine. Nous devons continuer à imaginer mieux que ce que nous connaissons le mieux.

L'homme, au moment où il s'éveille à la vie imaginative, doit répondre au test de la filiation.

"Père, révèle ton Fils en moi" [James Montgomery]

et "Il a plu à Dieu de révéler son Fils en moi". Galates 1:15,16

Le test suprême de la filiation est le pardon des péchés. Le test que votre imagination est le Christ Jésus, le Fils de Dieu, est votre capacité à pardonner le péché. Le péché, c'est manquer sa cible dans la vie, ne pas atteindre son idéal, ne pas parvenir à son but. Le pardon signifie l'identification de l'homme avec son idéal ou son but dans la vie. C'est le travail de l'imagination éveillée, le travail suprême, car il teste la capacité de l'homme à entrer dans la nature de son opposé et à y participer.

Que l'homme faible dise : Je suis fort. Joël 3:10

Raisonnablement, c'est impossible. Seule l'imagination éveillée peut entrer dans la nature de son opposé et y prendre part.

Cette conception du Christ Jésus comme imagination humaine soulève ces questions fondamentales : L'imagination est-elle un pouvoir suffisant, non seulement pour me permettre de supposer que je suis fort, mais est-elle aussi capable par elle-même d'exécuter cette idée ?

Supposons que je désire être dans un autre lieu ou une autre situation. Pourrais-je, en m'imaginant dans un tel état et un tel lieu, en provoquer la réalisation physique ? Supposons que je n'aie pas les moyens de faire le voyage et que mon statut social et financier actuel s'oppose à l'idée que je veux réaliser. L'imagination serait-elle suffisante en soi pour incarner ces désirs ? L'imagination comprend-elle la raison ? Par raison, j'entends les déductions tirées des observations des sens.

Reconnaît-elle le monde extérieur des faits ? Dans la pratique de la vie quotidienne, l'imagination est-elle un guide complet du comportement ?

Supposons que je sois capable d'agir avec une imagination continue, c'est-à-dire que je sois capable de soutenir le sentiment de mon souhait réalisé, mon hypothèse se durcira-t-elle en fait ?

Et, s'il se concrétise, trouverai-je, à la réflexion, que mes actions pendant la période d'incubation ont été raisonnables ? Mon imagination a-t-elle un pouvoir suffisant, non seulement pour assumer le sentiment du souhait réalisé, mais aussi pour incarner l'idée ?

Après avoir supposé que je suis déjà ce que je veux être, dois-je continuellement me guider par des idées et des actions raisonnables afin d'obtenir la réalisation de mon hypothèse ?

L'expérience m'a convaincu qu'une hypothèse, bien que fausse, si l'on persiste, se durcit en fait, que l'imagination continue est suffisante pour toutes choses, et que tous mes plans et actions raisonnables ne compenseront jamais mon manque d'imagination continue.

N'est-il pas vrai que les enseignements des Évangiles ne peuvent être reçus qu'en termes de foi et que le Fils de Dieu est constamment à la recherche de signes de foi chez les gens, c'est-à-dire de foi dans leur propre imagination ?

La promesse n'est-elle pas

Croyez que vous recevez et vous recevrez, Marc 11:24,

la même chose que "Imagine que tu es et tu seras" ? N'était-ce pas un état imaginaire dans lequel Moïse "endurait, comme voyant Celui qui est invisible" [Hébreux 11:27] ?

N'est-ce pas par le pouvoir de sa propre imagination qu'il a enduré ?

La vérité dépend de l'intensité de l'imagination, et non des faits extérieurs. Les faits sont les fruits qui témoignent de l'usage ou du mauvais usage de l'imagination.

L'homme devient ce qu'il imagine. Il a une histoire autodéterminée. L'imagination est le chemin, la vérité, la vie révélée.

Nous ne pouvons pas saisir la vérité avec l'esprit logique. Là où l'homme naturel des sens voit un bourgeon, l'imagination voit une rose épanouie.

La vérité ne peut être englobée dans les faits.

En nous éveillant à la vie imaginative, nous découvrons qu'imaginer une chose, c'est la rendre telle, qu'un jugement vrai ne doit pas nécessairement se conformer à la réalité extérieure à laquelle il se rapporte.

L'homme imaginatif ne nie pas la réalité du monde extérieur sensuel du Devenir, mais il sait que c'est le monde intérieur de l'Imagination continue qui est la force par laquelle le monde extérieur sensuel du Devenir est amené à se réaliser. Il voit le monde extérieur et tous ses événements comme des projections du monde intérieur de l'imagination.

Pour lui, tout est une manifestation de l'activité mentale qui se déroule dans l'imagination de l'homme, sans que l'homme raisonnable sensuel en soit conscient.

Mais il se rend compte que tout homme doit prendre conscience de cette activité intérieure et voir la relation entre le monde causal intérieur de l'imagination et le monde extérieur sensuel des effets.