Dangereux Milliardaire - Mila Leduc - E-Book

Dangereux Milliardaire E-Book

Mila Leduc

0,0
2,99 €

oder
Beschreibung

Il y a 12 ans, je l'ai perdue.
Maintenant, seule Chloé peut faire fondre mon coeur.
J'ai fait des milliards, puis je me suis construit ma forteresse, triste et seul.

J'étais seul sur ma montagne. Jusqu'à ce qu'elle vienne !
Son passé, elle veut l'oublier, mais je ne peux pas oublier le mien.
La tempête nous a piégé tous les deux.

Mais je ferai tout pour la garder en sécurité et au chaud.
À chaque caresse, je vais montrer à son corps ce dont il a envie.

À chaque baiser, je la marquerai comme ma femme.
Je sais que quelqu'un l'a blessée. Mais ce batard ne l'aura pas. Il ne sait pas avec qui il joue.
Chloé est à moi maintenant !

Das E-Book können Sie in Legimi-Apps oder einer beliebigen App lesen, die das folgende Format unterstützen:

EPUB
Bewertungen
0,0
0
0
0
0
0



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DANGEREUX MILLIARDAIRE

Mila Leduc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il lui arrivait encore de rêver d’elle, parfois le fantôme de leurs ébats venait troubler le calme de son sommeil, parfois il laissait son esprit dériver jusqu’au souvenir de son corps... Leur première fois se rejouait souvent derrière ses yeux clos, il s’en souvenait très clairement. Peut-être n’était-ce plus qu’un souvenir qui hantait ses nuits d’insomnie, mais il pouvait encore voir le contour de ses seins. Il pouvait même se rappeler la douceur de sa peau et de sa chaleur contre ses doigts alors qu’il traçait les contours de ses formes en une caresse. Dans l’immobilisme et le silence nocturne, il la voyait onduler sous lui alors qu’il était plongé en elle, et il entendait ses gémissements de plaisir.

Il se réveillait toujours en sueur, excité et seul.

Elle l’avait aimé il y a des années de cela. Aujourd’hui, il l’aimait encore.

 

Derek se retrouvait à une soirée guindée, à plusieurs centaines de kilomètres de chez lui. Il avait presque envie de se demander pourquoi, alors qu’il sirotait un verre de vin blanc et observait avidement un plateau de canapés. Une silhouette familière ne lui laissa pas davantage le temps de s’interroger.

« Je ne pensais pas que tu viendrais, merci.

- Je t’en prie, répondit Derek.

- Je sais que tu penses que ta présence ici ne va pas changer grand-chose, commença Tom, mais écoutes, ce soir on a invité plein de clients potentiels. L’entreprise n’est pas vraiment dans la semoule, mais quelques bons contrats ne peuvent faire que du bien, alors tu veux bien…

- M’éloigner du buffet et aller vendre de la salade, c’est ce que tu voulais dire ? compléta Derek.

- Exactement ! »

Tom était un ami, avant tout. Avant d’avoir racheté son entreprise et de lui avoir laissé gracieusement un poste au conseil d’administration, alors qu’il ne faisait rien pour. Derek avait gagné quelques milliards grâce à ses brevets, aux profits de l’entreprise et à sa vente. Il avait donc bien évidemment du mal à prendre Tom pour son patron.

Celui-ci lui envoya d’ailleurs son sourire commercial classique n°5 et partit serrer des mains. Derek allait faire de même lorsqu’il la vit. Elle était splendide, dans une robe longue et blanche simple, mais qui laissait deviner ses courbes. Elle était en pleine discussion avec une autre femme, il s’approcha d’elles.

« Bonsoir, Mesdames. Derek Devereux, fondateur d’Actio Home, dit-il en tendant la main vers la seconde femme. »

Il se permit de détailler un moment du regard celle qui savait toujours si bien attirer son regard, avant de lui serrer main.

« Bonsoir Chloé, je ne pensais pas te voir ici ce soir.

- Bonsoir Derek, répondit-elle. Est-ce que tu peux nous laisser, Émilie ? »

Derek aimait ces mots. Seuls. Ils étaient seuls, tous les deux, parmi cette foule d’inconnus aux visages familiers.

« Ça faisait longtemps, commença-t-il. Qu’est-ce que tu deviens ?

- Oh, tu sais, le boulot. Je travaille pour un cabinet d’architecture, spécialisé dans les maisons écologiques, l’énergie, tout ça. On est entre deux contrats en ce moment, alors j’ai enfin un peu de temps pour moi, gloussa-t-elle.

- Tu es toujours avec Marco ? »

Il ne manqua pas de remarquer la grimaça qui resta un instant sur son visage.