Recettes et menus pour les coliques néphrétiques oxaliques - Cédric Menard - E-Book

Recettes et menus pour les coliques néphrétiques oxaliques E-Book

Cedric Menard

0,0

Beschreibung

Cet ouvrage est dédié à toutes les personnes souffrant de coliques néphrétiques d'origine oxalique, et il offre aux détenteurs de l'ouvrage du même auteur : " Quelle alimentation pour les coliques néphrétiques oxaliques ? " un ouvrage totalement complémentaire. De nombreuses recettes vont sont proposées, toutes très simples à mettre en pratique, vous permettant ainsi de mieux gérer votre alimentation spécifique associée à vos coliques néphrétiques. Le but de cet ouvrage étant de vous permettre d'apprendre très rapidement à ajuster parfaitement toutes vos recettes traditionnelles, et lutter ainsi efficacement contre votre lithiase en toute quiétude. L'auteur vous propose également un mois de menus totalement inédits, idéalement adaptés à vos coliques néphrétiques oxaliques, complétant ainsi votre apprentissage nutritionnel.

Sie lesen das E-Book in den Legimi-Apps auf:

Android
iOS
von Legimi
zertifizierten E-Readern
Kindle™-E-Readern
(für ausgewählte Pakete)

Seitenzahl: 111

Das E-Book (TTS) können Sie hören im Abo „Legimi Premium” in Legimi-Apps auf:

Android
iOS
Bewertungen
0,0
0
0
0
0
0



Bonjour et merci infiniment de votre confiance.

Vous avez acheté cet ouvrage afin de vous accompagner sur un plan diététique face à vos coliques néphrétiques oxaliques, et sachez que j’ai tout fait, dans l’écriture de celui-ci, pour vous apporter un maximum de confort et de réconfort sur le plan diététique, mais également de satisfaction. Lisez et suivez attentivement les conseils de cet ouvrage et vous obtiendrez satisfaction. Je vous conseille de vous procurer également mon ouvrage « Quelle alimentation pour les coliques néphrétiques oxaliques ? » afin d’optimiser fortement vos chances de réussite. Vous êtes important(e) à mes yeux. J’ai écrit ces ouvrages pour vous aider du mieux de mes capacités. Merci.

Je m’appelle MENARD Cédric, et je suis diététicien-nutritionniste diplômé d’Etat. J’ai effectué une partie de mes études de diététique au sein de l’hôpital psychiatrique de Picauville, ainsi qu’aux services de néphrologie et de gastro-entérologie au C.H.U de Rennes. Une fois diplômé, je me suis installé comme diététicien-nutritionniste en profession libérale en 2008. J’ai profité de mes premiers mois d’installation pour me spécialiser en micronutrition, et fus diplômé du Collège Européen Nutrition Traitement Obésité (CENTO) en 2009.

Attention : cet ouvrage n’est pas adapté à la perte de poids. Il fut élaboré pour vous apporter une réponse diététique adaptée à chacune et à chacun d’entre vous, en cas de coliques néphrétiques oxaliques. Cet ouvrage est parfaitement adapté à l’ouvrage de référence du même auteur : « Quelle alimentation pour les coliques néphrétiques oxaliques ? » Cet ouvrage n’est cependant pas adapté à de quelconques intolérances ou allergies alimentaires : il vous appartiendra donc d’être vigilant(e) dans l’application des menus de proposés, et d’y faire, le cas échéant, une sélection alimentaire appropriée, notamment, par exemple, en cas d’intolérance au lactose.

Mon site Internet : www.cedricmenardnutritionniste.com

Sommaire

La colique néphrétique

Présentation des familles alimentaires

Les matières grasses

Quelques vinaigrettes allégées

Les viandes, poissons, œufs

Quelques idées de recettes

Conseils culinaires indispensables

Bœuf ficelle

Blanquette diététique

Bœuf mode

Blanc de dinde meunière

Filet de poisson poché

Darne de cabillaud en papillote

Bar au four

Filet de poisson au fromage blanc maigre

Filet de poisson au poireau

Salade maritime

Quiche légère

Œuf cocotte au jambon

Œuf cocotte au fromage blanc

Les féculents

Conseils culinaires indispensables

Gâteau de pâtes complètes

Lasagne de poisson

Lentilles au naturel

Purée de pois cassés (ou st. Germain)

Semoule au jambon

Riz pilaf

Semoule aux fruits meringués

Riz impératrice aux fruits

Riz complet au lait

Crêpes complètes légères sauce Mornay

Galette des rois légère

Soissons à la crème d’avoine

Les légumes verts

Conseils culinaires indispensables

Salsifis braisés

Roulades d’endives

Purée Crécy

Potage velouté

Gratin de courgettes

Soufflé de carottes

Flan de légumes verts

Potage crème de poireau

Champignons à la grecque

Petits pois à la paysanne

Tarte maritime aux aubergines

Poivrons farcis au riz

Les produits laitiers

Conseils culinaires indispensables

Entremet aux fruits

Gâteau de semoule aux fruits

Parfait au fromage blanc

Mousse glacée aux fruits

Crème légère aux œufs

Clafoutis aux pruneaux

Bavarois aux framboises

Œufs au lait

Flan au fromage blanc maigre

Crème au lait d’avoine

Petits suisses maigres aux kakis caramélisés

Velouté de fruits frais

Les fruits

Conseils culinaires indispensables

Poire râpée en gelée

Compote légère

Crème légère à la mangue

Kaki au fromage blanc

Tarte aux pommes diététique

Fraises à la crème pâtissière allégée

Fruits secs au fromage blanc allégé

Papillote de banane

Compote de fruits rouges laitière

Gâteau aux noix

Brochette de fruits frais

Un mois de menus proposés

La colique néphrétique

La colique néphrétique est une douleur vive, violente, très douloureuse (considérée comme étant l’une des plus violentes douleurs décrites en médecine), due à l’obstruction du haut de l’appareil urinaire, le plus souvent par un calcul rénal localisé entre le rein et la vessie. Il existe plusieurs types de calculs, celui qui est concerné par cet ouvrage sera exclusivement celui d’origine oxalique (dû à un excès d’acide urique sanguin ou hyperuricémie), on parle alors également de lithiase oxalique (lithiase provient du terme « lithos » en grec qui signifie « pierre »).

La colique néphrétique affecte environ 15% de la population des pays industrialisés et récidive dans plus de 50% des cas. La lithiase se manifeste en moyenne autour de l'âge de 30 à 40 ans. À noter qu'environ 80% des calculs s'expulsent spontanément avec ou sans traitement. Une prédisposition génétique semble être présente.

La diététique intervient dans des choix alimentaires judicieux : il faut éviter absolument de consommer les aliments riches en acide oxalique et de consommer de la vitamine C en excès, et il faut impérativement boire beaucoup d’eau (2,5 Litres par jour au moins).

A noter que les mesures diététiques de proposées dans cet ouvrage sont adaptées au soin diététique d’une colique néphrétique urique hors période de crise de colique.

Les règles diététiques de base

1- Les apports en eau doivent être très importants, au moins 2,5 litres par jour (cure de diurèse) et sont conseillés loin des repas. Je vous conseille Evian, Volvic ou Contrex.

2- Les apports en viandes, poissons, œufs et assimilés* devront être présents à chaque repas, même au petit-déjeuner.

3- Ne pas consommer de fromages.

4- Consommez des yaourts, fromage blanc, petits suisses... qui sont les produits laitiers hors fromage, en quantités modérées.

5- Il ne faut pas se priver de sucre et de produits sucrés !

6- Les apports en sel devront être contrôlés : pas de sel de table et ne pas resaler les aliments, en définitive : on sale normalement ses plats sans en rajouter.

7- La consommation de légumes verts et de fruits devra être importante (sauf ceux nommés au point N°8).

8- Les aliments suivants ne devront pas être consommés : chocolats, blettes, cardes, épinards, tous les céleris, rhubarbe, betterave rouge, oseille, les figues, asperge, café lyophilisé, thé, poivre, persil.

9- La consommation d’alcool sera réduite au maximum à un verre de vin par repas.

10- La consommation des agrumes (orange, pamplemousse, citron) sera limitée, pas de cachet de vitamine C.

11- Consommez des céréales complètes : pain complet, pâtes complètes, riz complets...

PRESENTATION DES FAMILLES ALIMENTAIRES

Les matières grasses

Les matières grasses regroupent les matières grasses d’origine animale, qui sont sources d’acides gras saturés, de cholestérol et pour certaines de vitamine D, et les matières grasses d’origine végétale, qui sont sources d’acides gras insaturés (oméga 3, 6 et 9), de vitamines A, K, D et E. Cependant, les huiles de palme et de coprah, (que l’on retrouve désormais pratiquement partout), apportent des acides gras « saturés » qui sont réputés pour être très athérogènes (qui bouchent les artères), d’où leur très mauvaise réputation nutritionnelle bien méritée. Parmi les matières grasses animales, nous pouvons citer : le beurre (doux et demi-sel) à 82% de matières grasses ou allégé, le saindoux, la graisse de canard, la graisse d’oie... et parmi les matières grasses végétales nous citerons : les huiles végétales, les pains de végétaline et les margarines végétales (certaines sont salées, d’autres non). Il existe des « matières grasses composées » qui sont constituées par un mélange de graisses animales et de graisses végétales. La crème fraîche sera étudiée au sein des produits laitiers. Les matières grasses végétales notamment, sont très importantes pour l’équilibre nutritionnel (sauf les huiles de palme et de coprah). Cependant, elles doivent être consommées en quantités modérées. Environ 12g de beurre doux sont conseillés quotidiennement (un micropain), mais vous pouvez également consommer de la margarine végétale de qualité (st Hubert oméga 3 sans huile de palme par exemple), dans les mêmes quantités si vous le désirez.

Concernant votre régime alimentaire associé à votre lithiase oxalique, toutes les matières grasses, qu’elles soient d’origine végétale ou animale, ne seront pas problématiques, à la condition qu’elles soient consommées avec modération. Elles seront avantageusement consommées allégées en matières grasses (pour le beurre et les margarines végétales entre autres).

1. Le métabolisme a besoin des apports vitaminiques d’un minimum de 10g d’huile végétale par jour (une cuillère à soupe). Il ne faut pas en priver votre organisme, cet apport est indispensable.

2. Le métabolisme a également besoin des apports vitaminiques d’un minimum de 10g de beurre doux par jour (une cuillère à soupe rase ou la valeur d’un micropain de beurre vendu dans le commerce, de la taille d’un domino, il est également distribué dans les restaurants et les hôtels). Il ne faut pas en priver votre organisme, cet apport est également important.

3. Le beurre demi-sel ainsi que la margarine salée seront, dans le meilleur des cas, non consommés.

4. Le beurre d’été ainsi que la crème fraîche d’été sont plus riches en vitamines, que le beurre et la crème fraîche d’hiver.

5. Les matières grasses ne font pas grossir, si celles-ci sont consommées dans des quantités raisonnables, et si celles-ci sont bien réparties au cours des trois repas principaux de la journée.

6. Je vous conseille l’huile d’olive extra vierge (notamment pour la cuisson), et l’huile de noix pour l’assaisonnement.

7. Je vous déconseille de consommer plus de deux cuillères à soupe de matières grasses au total au cours vos déjeuners, idem au cours de vos dîners. Evitez de les consommer cuites (sauf avec les légumes verts si vous désirez cuisiner ces derniers).

8. Il sera très intéressant de faire un mélange pour moitié avec de l’huile de noix, et pour l’autre moitié avec de l’huile de germe de blé pour vos vinaigrettes.

9. Il est conseillé de consommer des beurres allégés ou des margarines végétales allégées en matières grasses, mais toujours dans des quantités modérées bien entendu. Cependant, sachez que la matière grasse allégée sera, dans ce cas, également allégée en vitamines.

10. Vous pouvez couper vos vinaigrettes avec de l’eau (pour moitié), elles seront alors beaucoup plus digestes, et le goût sera quasiment le même (méthode très vivement conseillée).

11. Attention à la crème fraîche, notamment entière (qui sera étudiée au sein des produits laitiers), qui est une source alimentaire très importante en matières grasses.

12. Ne cuisinez pas dans le beurre (ni doux, ni demi-sel) ou dans la margarine végétale. Privilégiez plutôt la cuisson dans l’huile d’olive extra vierge (mais pas pour les produits carnés : viandes, poissons...)

13. L’huile d’olive extra vierge, consommée crue ou cuite (cependant pas de cuisson d’aliments carnés dans l’huile d’olive), ne pose aucun problème mais dans des quantités très modérées.

14. La mayonnaise, au regard de la quantité importante d’huile végétale qui la compose, est considérée comme un produit gras. Il est profitable d’éviter d’en limiter votre consommation.

15. Les matières grasses composées sont des composés gras qui ne peuvent être ni dénommés comme beurre, ni comme margarine végétale. Elles peuvent être issues d’un mélange de matières grasses laitières avec des matières grasses végétales. Les remarques nutritionnelles à leur sujet sont identiques à celles concernant le beurre ou la margarine végétale.

16. Ne surtout pas associer des matières grasses avec un produit sucré, comme par exemple, du beurre avec de la confiture (sur du pain par exemple...)

Quelques vinaigrettes allégées

Vinaigrette allégée : une part d’huile végétale, un quart de part de vinaigre et la moitié du volume total en eau, sel.

Vinaigrette sauce yaourt : un yaourt maigre nature non sucré, fines herbes au choix (pas de persil), une cuillère à café de vinaigre, sel.

Vinaigrette sauce fromage blanc : fromage blanc maigre nature non sucré, fines herbes au choix (pas de persil), vinaigre, sel.

Vinaigrette sauce fromage blanc à la moutarde : fromage blanc maigre nature non sucré, fines herbes au choix (pas de persil), vinaigre, une cuillère à café de moutarde, sel.

Vinaigrette Milanaise : une part d’huile d’olive extra vierge, une part d’eau, un quart de part de vinaigre balsamique, une demi-part de moutarde, sel.

Mayonnaise légère : battre un jaune d’œuf avec un petit-suisse, ajoutez une cuillère à café de moutarde, sel.

Les viandes, poissons, œufs...

Les viandes, poissons, œufs et leurs assimilés (charcuteries, mollusques, coquillages, plats confectionnés à base de viande(s), et/ou de poisson(s), et/ou d’œufs tels les quiches, les pains de poisson...) appartiennent au groupe des apports majoritaires en protéines animales. Ce groupe alimentaire apporte notamment également du fer, du zinc et de la vitamine B12... ainsi que des acides gras saturés et du cholestérol. Une bonne part (environ 100g à 120g) par déjeuner et par jour, suffit pour couvrir les besoins du métabolisme jusque 65 ans. Après 65 ans, une part supplémentaire au dîner est plutôt conseillée.

Concernant votre régime alimentaire associé à votre lithiase oxalique, les aliments de ce groupe alimentaire représentent un atout non négligeable, en effet, leurs protéines favorisent l’excrétion urinaire de l’acide oxalique. Les poissons seront beaucoup plus intéressants