L’accueil du Silence - Coralie Durin - E-Book

L’accueil du Silence E-Book

Coralie Durin

0,0

Beschreibung

« Trois ? Ce chiffre qui me poursuit dans ma vie sans jamais comprendre pourquoi. Pourtant, aujourd’hui, il est symbolique ! Eh oui, trois ans qui me séparent de cette date fatidique. Au bout du compte, je conclus qu’il est temps pour moi de guérir. Ce parcours mélange la dépression, l’acceptation de soi dans des retrouvailles si précieuses. Aucune étape ne doit être oubliée. Seul l’intérieur jouera le rôle voulu…
Alors que la journée se déroulait comme à son habitude, elle se décida à apparaître pour bouleverser la vie d’un moi qui, grâce à elle, va enfin comprendre. Après quelques conversations révélatrices de son état, elle a su se réconcilier avec son for intérieur. Cependant, ne suis-je pas plutôt celle qui avait besoin de ces retrouvailles ? Aujourd’hui, je me positionne face à vous, face à toi qui me lis, face à chaque être vivant. Je me retrouve en vous tous alors que je me place devant ce miroir pour la dernière fois. J’accepte chaque sentiment pour le renvoyer en amour, je ne prononce aucun mot.
J’écoute le silence… »

À PROPOS DE L'AUTEURE

Jeune française, Coralie Durin a su intégrer le monde des écrivains grâce à son roman Charlie rencontre le Monde. Elle revient deux ans plus tard avec L’accueil du Silence, une révélation se tournant vers un côté sombre de la société actuelle. L’écriture a depuis toujours été pour elle une passion. Ces deux premiers livres ne représentent que le début face à toutes ses idées. Le présent ouvrage dénonce, tout en aidant la société à s’exprimer, pour ainsi réaliser ce qui se passe réellement dans le monde.

Sie lesen das E-Book in den Legimi-Apps auf:

Android
iOS
von Legimi
zertifizierten E-Readern
Kindle™-E-Readern
(für ausgewählte Pakete)

Seitenzahl: 100

Das E-Book (TTS) können Sie hören im Abo „Legimi Premium” in Legimi-Apps auf:

Android
iOS
Bewertungen
0,0
0
0
0
0
0



Coralie Durin

L’accueil du Silence

Roman

© Lys Bleu Éditions – Coralie Durin

ISBN : 979-10-377-1856-3

Le code de la propriété intellectuelle n’autorisant aux termes des paragraphes 2 et 3 de l’article L.122-5, d’une part, que les copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective et, d’autre part, sous réserve du nom de l’auteur et de la source, que les analyses et les courtes citations justifiées par le caractère critique, polémique, pédagogique, scientifique ou d’information, toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite (article L.122-4). Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.

Aucune histoire n’est simple

Aucune histoire n’est complète.

Alexandria Marzano-Lesnevich,

L’empreinte, 2017

Préambule

Avant même de venir dans ce monde, le silence est le maître-mot de notre environnement. Sans un bruit, entouré de cette bulle, nous nous développons au fil des jours. Chaque détail de ce qui nous servira à marcher, parler, entendre de l’autre côté est en train de se former. Personne ne nous connaît et pourtant nous nous apprêtons à changer la vie de plusieurs personnes, notre famille. Avant même de savoir émettre un son, on savait les distinguer. Nous pouvions alors différencier ces bruits, ces voix.

Depuis cet intérieur si admirablement conçu, on a appris à concevoir son soi. Alors pourquoi tous nos sens nous mènent-ils à ne voir que ce qui nous entoure ? Pourquoi au fil du temps, la seule Vision du Monde, qui nous reste, est-elle celle de l’extérieur ? Le superflu a su remplacer l’essentiel. Et pourtant, de plus en plus de personnes essaient de se reconnecter à leur paix intérieure. Nous pensons être tous dissemblables, pour certains, être meilleurs que quelqu’un d’autre. Pourtant lorsque l’on pénètre son soi, on comprend le Monde. Nous sommes tous semblables. Nous avons tous été créés dans cet univers, cette bulle. On rêve tous de voyages, de découverte du Monde.

On a tous su affirmer que le voyage nous aide à nous retrouver. Voilà trois ans que je suis parti de mon pays, trois ans que j’essaie de me retrouver. Certes, j’ai appris énormément au fil des kilomètres parcourus. J’ai dépensé des billets, mais je reviens plus riche que jamais. Le voyage, c’est apprendre à vivre et aucun ne peut le nier. Pourtant, nous n’avons pas besoin de voyager pour nous retrouver. Seul le silence peut nous aider. Tends l’oreille. Tu l’entends ? Tu perçois cette voix qui n’appartient qu’à toi ? Tu l’entends ce souffle qui se produit dès que ton corps veut vivre ? Tu l’entends ce bonheur lorsque tu souris ? Je ne suis pas là pour juger ou dire ce qu’il faut faire ou ne pas faire.

Mais le plus que j’ai appris lors de mes voyages, ce sont ces moments de silence. Ces moments magiques où le temps d’un instant, je me suis parlé pour pouvoir ainsi m’écouter.

Chapitre 1

Le voyage de l’être premier

Pour pouvoir connaître cet éveil, il faut démêler ces racines. Premier point, nous pouvons excepter les différences de genres, de culture et de pays. Oublions tout simplement que la personne d’en face est différente de nous. Certes, elle possède des critères qui font qu’elle ne nous ressemble pas, mais elle possède les mêmes racines que nous. Dans ce premier point, il s’agit donc de retrouver ces racines. La source première de notre présence sur cette planète.

Toutefois, avant toute chose, j’aimerais résumer ce que j’ai eu la chance de comprendre au cours de ces années passées. Chaque personne connaît un parcours de vie distinct. Oublions le mal, oublions le bien, oublions les cases qui nous séparent. Pourquoi vouloir à tout prix poser des termes sur des catégories ? Délaissons-les, juste le temps d’un instant. Tout au long de ma vie, j’ai pu apprendre. J’ai appris à vivre dans une société. Pourtant, j’ai aussi appris à me séparer de cette société pour composer mon propre quotidien. Ne repoussons pas ce qui nous semble pénible, tout comme ce qui nous semble bien. Chaque moment de notre vie est un impact sur notre futur. On grandit grâce aux expériences.

Parfois, il en ressort des cauchemars, des regrets. Sache qu’au fil du temps, tu apprendras à être reconnaissant de les avoir vécus. Pourtant comment puis-je être reconnaissant de cet accident de voiture à cause d’un individu ? Mais comment puis-je remercier cet homme qui a abusé de mon corps sans aucun consentement ? Comment puis-je chérir cette personne qui m’a volé ? C’est extrêmement dur. Je ne vais pas le cacher qu’il m’a fallu quelques années avant d’y arriver. Pourtant j’ai appris à pardonner. Le pardon est essentiel pour réussir à avancer. On a tous entendu parler d’une personne qui est restée avec une personne alors que cette dernière lui avait fait du mal. Pourtant grâce au pardon, aujourd’hui, j’avance. Les pleurs, la dépression, les pensées noires ne sont plus présents. Aujourd’hui, je vis mon moment présent. Ces secondes, qui s’écoulent, sont les plus précieuses du monde, car elles me font atteindre ce chemin que j’ai tant voulu. Trop souvent attachée au passé, je n’absorbais que le mal autour de moi. Ce noir qui nous voile. Ce noir qui nous empêche de sourire alors qu’on mène une vie qui fait des envieux. Ce noir, je l’ai connu, et je ne dis pas que je ne le connaîtrais plus. Pourtant l’univers nous tend tellement de choix, que ce noir ne sera présent que si je le laisse l’être. C’est en étant solitaire et ayant éprouvé un autre moment non voulu que je m’en suis rendu compte. Lorsque tu vis dans ce noir, tu as peur, mais tu es aussi beaucoup plus exposée aux intentions malveillantes. Le jour où tu es prête à pardonner, ce jour-là, tu es prête à guérir. Le pardon peut être aussi petit que grand. Pourtant le plus vrai des pardons est celui qui vient de l’intérieur. On peut prétendre pardonner, sourire, aimer mais on ne peut pas mentir sur ce qui vient de l’intérieur. Car la vérité ne pourra se cacher comme souhaité. Faire semblant condamne le plus la personne qui le pratique. Je ne dis pas que je n’aurai plus jamais de périodes dépressives, ou même que je ne penserai plus à certains détails du passé qui m’ont détruite intérieurement. Pourtant, je me relèverai toujours, je verrai toujours le bon côté. Je remercie toutes ces personnes croisées, ces expériences vécues. Grâce à tout cet univers qui s’est mis en place autour de ma vie, je vis ce moment présent rempli d’amour en toute confiance. Si je suis sereine au fond de moi alors du bon m’arrivera. Oui, c’est si simple que ça. Oui, c’est à la portée de tous. Oui, seul notre intérieur contrôle notre vie. Si tu commences à trouver des excuses à tes rêves, alors tu n’es pas prête à vivre ton vrai destin. Si tu penses que cela va mal se passer, alors ça sera le cas. En revanche, si tu penses au positif, il viendra à toi. Si tu n’avais pas vécu, cet accident, saurais-tu aujourd’hui que tu es plus forte que tout ? Comme à maintes reprises entendu, le plus dur n’est pas de tomber, mais de se relever. C’est facile de tomber dans une dépression, de se laisser détruire par le mal connu. C’est courant de faire semblant d’être bien, de sourire alors qu’au fond de nous, on est vide. La guérison, le pardon peuvent prendre des jours tout comme des années. Le plus souvent, on éprouve le besoin de rencontrer un professionnel. Ce n’est en rien une honte. Qu’est-ce qui représente une honte après tout ? Ce mot ne devrait même pas exister ! La honte a été créée juste pour pouvoir critiquer un autre être humain en bonne conscience. Faire une erreur en public ou vivre sa vie comme on le souhaite ne devrait pas être une honte. Tout le monde doit apprendre. L’erreur est humaine. Encore une fois, personne n’est parfait. Si la perfection existait, le Monde n’existerait pas. On entretient le besoin d’évoluer. On doit accepter nos erreurs, on doit apprendre à se pardonner à soi-même également. Le pardon fonctionne pour tout. Si tu ne trouves pas le pardon en toi, la paix intérieure, comment veux-tu qu’une personne le fasse pour toi ? Revenons aux racines. Nous vivons tous sur une planète qui soi-disant tourne, d’une forme ronde. Ceci ne représente en rien l’essentiel. Nous grandissons en ayant des besoins primaires, mais avant tout, que se passait-il ?

Un jour de plus…

J’attrape à toute vitesse mes clés de la maison. Plus les minutes tournaient, plus le stress augmentait en moi. Je ne sais pas pourquoi, mais ce matin, le réveil était plus difficile que d’habitude. Je me trouve actuellement à Toronto, une ville au Canada. Elle est assez connue, il me semble bien. Un goût de vie parisienne à l’anglaise. Des immeubles immenses m’entourent alors que je marche dans ses rues les plus peuplées. Dès que je m’éloigne légèrement, je me perds dans ces ruelles canadiennes.

Les immeubles ont laissé place à des maisons colorées. Alors que la nature a su reprendre ses droits tout en y apportant une touche époustouflante. Seul le Canada peut apporter de tels paysages. Depuis à peu près un mois, je travaille pour un restaurant grec, où le salaire ne me permet de payer que mon loyer. Je résumerai cela comme une arrivée fracassante dans un espace purement réinventé par l’Homme. Cette folie urbaine m’a pourtant plus attiré que la charmante ville de Montréal. Montréal ? Que dire sur toi ? La ville la plus accueillante et la plus charmante que je connaisse, où le français a su se mélanger à l’anglais dans un parfait accord. Connaissez-vous le charme des rues piétonnes étroites ?