Histoires de chiens - Gaspard de Cherville - E-Book

Histoires de chiens E-Book

Gaspard de Cherville

0,0
1,99 €

oder
Beschreibung

"Histoires de chiens", de Gaspard de Cherville. Publié par Good Press. Good Press publie un large éventail d'ouvrages, où sont inclus tous les genres littéraires. Les choix éditoriaux des éditions Good Press ne se limitent pas aux grands classiques, à la fiction et à la non-fiction littéraire. Ils englobent également les trésors, oubliés ou à découvrir, de la littérature mondiale. Nous publions les livres qu'il faut avoir lu. Chaque ouvrage publié par Good Press a été édité et mis en forme avec soin, afin d'optimiser le confort de lecture, sur liseuse ou tablette. Notre mission est d'élaborer des e-books faciles à utiliser, accessibles au plus grand nombre, dans un format numérique de qualité supérieure.

Das E-Book können Sie in Legimi-Apps oder einer beliebigen App lesen, die das folgende Format unterstützen:

EPUB
Bewertungen
0,0
0
0
0
0
0



Gaspard de Cherville

Histoires de chiens

Publié par Good Press, 2022
EAN 4064066307356

Table des matières

CAPORAL
CHAPITRE PREMIER
CHAPITRE II
CHAPITRE III
CHAPITRE IV
CHAPITRE V
CHAPITRE VI
CHAPITRE VII
CHAPITRE VIII
CHAPITRE IX
CHAPITRE X
CHAPITRE XI
MON PREMIER CHIEN
MATADOR
GASPARD L’AVISÉ
I
II

CAPORAL

Table des matières

CHAPITRE PREMIER

Table des matières

Des origines du Maître de Colleville.

Dans la plantureuse Normandie, la fécondité du sol triomphe presque partout des vents âpres qui atrophient la végétation dans le voisinage immédiat de la mer. Lorsque l’on quitte la petite ville de Fécamp, en suivant la vallée, on n’a pas encore perdu de vue les falaises arides et crayeuses qui servent de ceinture à l’Océan, que cette végétation accuse sa puissance; à quelques centaines de mètres à peine de cette grève de galets, elle étale toutes ses magnificences.

Les coteaux se chargent de bois épais, où dominent les hêtres au feuillage glauque, dont les troncs blancs et lisses, se détachant sur ce fond d’un vert sombre, ressemblent aux fûts de colonnes de marbre; à droite et à gauche, les champs étagent leurs moissons bariolées, et dans le fond du vallon, des deux côtés d’un petit torrent qui roule ses ondes cristallines sur un fond de cailloux, s’allongent les nappes verdoyantes des prairies.

On fait ainsi deux lieues, découvrant, pour ainsi dire à chaque pas, un nouvel échantillon des splendeurs de cette terre généreuse; alors, sur le flanc de la colline de gauche, on aperçoit le clocher quadrangulaire et les maisons pittoresquement groupées du petit village de Colleville, dont chaque façade, construite en silex et en galets, se zèbre de dessins alternativement noirs et blancs.

A deux cents pas de la dernière maison, à cinquante de la route, derrière les cimes arrondies d’un régiment de pommiers, à l’ombre desquels pousse une herbe fine et drue, un vrai tapis, se dresse une grande tour carrée, dont l’architecture atteste quelques liens de parenté avec l’église du village et dont les murs grisâtres certifient l’antiquité.

De loin, cette haute et sombre silhouette fait croire à un château; mais l’illusion s’évanouit lorsqu’on en approche. La toiture moussue s’est affaissée dans plus d’une partie; çà et là, des sillons noirâtres indiquent des solutions de continuité dans l’alignement des tuiles qui la composent; les étroites fenêtres des étages supérieurs sont brisées, veuves de leurs carreaux, à la grande liesse des pigeons qui vont et viennent du dehors à l’intérieur et de l’intérieur au dehors; les ouvertures du rez-de-chaussée sont closes, mais avec des bottes de paille. D’ailleurs, un long bâtiment neuf, aux toits d’un rouge violent, qui flanque la vieille construction, accuse nettement que l’une et l’autre ont reçu une destination agricole et économique.

Par le volet supérieur, toujours ouvert, de la porte de la première, on aperçoit le bahut et l’armoire de chêne aux ferrures luisantes, le luxe du cultivateur, et les clayons où sèchent les fromages, une de ses industries; du seuil de cette porte jusqu’au verger, le sol est couvert d’une épaisse couche de litière mise en demeure de devenir fumier, égayée de quelques flaques d’une eau roussâtre dans laquelle barbotent les canards, tandis que leurs commères, les poules, grattent et picorent sur la terre ferme; de tous les côtés, des instruments d’agriculture qui se reposent complètent le tableau.

Si la qualité actuelle de cette habitation ne peut être mise en doute, les gloires de son passé n’en survivent pas moins à sa déchéance actuelle. Au-dessus du cintre de granit qui fut la poterne, on distingue encore un vestige d’écusson qui a résisté à la double rage du temps et des vandales de 1793; sur l’angle aigu du toit, on remarque un reste de girouette. Les murs effondrés n’ont jamais d’autres parchemins.

En effet, avant de devenir une humble ferme, cette tour avait été une demeure de gentilhomme, ni plus ni moins que le château de Colleville, qui a eu la chance de rester debout au milieu des orages révolutionnaires, et qui, bien que plus d’une fois il ait changé de maître, se dresse encore aujourd’hui au sommet de la colline.

En 1748, époque à laquelle s’ouvre ce récit, la tour et le château appartenaient à deux proches parents, à l’oncle et au neveu; mais, contre l’ordinaire, c’était l’oncle qui se trouvait pourvu de la plus modeste de ces deux propriétés.

Colleville et ses énormes dépendances, ses quatorze métairies, ses bois immenses qui allaient de Valmont aux falaises, avaient le neveu pour maître.

Commençons donc par faire connaître le plus riche de ces deux personnages à nos lecteurs; la richesse est le seul ordre hiérarchique qui soit légitime à l’époque où nous écrivons.

M. Tuvache de Chastel-Chignon , seigneur de Col-leville, des Mazures et autres lieux, avait été un des plus fameux maltôtiers de l’intendance de Normandie.

Bien qu’aussi largement pourvu en noms sonores qu’en espèces sonnantes, il était, bien entendu, dubiæ nobilitatis , une locution par laquelle la politesse du temps désignait ceux dont la roture n’était rien moins que douteuse. Son père, un plumitif affamé des environs de Lavaur, était arrivé à Rouen sans sou ni maille, mais avec une de ces facondes, une de ces outrecuidances gasconnes qui suffisent aux enfants de la Garonne pour pousser partout, comme disait le grand roi Henri. D’un poste infime des gabelles, M. Tuvache, — il n’était que Tuvache alors, — était rapidement arrivé à un emploi supérieur.

A force de râcler le plancher des greniers à sel, il avait ramassé quelques centaines de mille livres. Elles lui servirent à pénétrer dans l’intimité de Jean Duval de Bourguebus, alors seigneur de Colleville et conseiller au Parlement de Normandie, un robin qui s’était donné la tâche de faire fleurir à Rouen les mœurs de la cour; il prêta généreusement son argent à ce magistrat coureur de ruelles, mais sans oublier ses sûretés.

Lorsque le conseiller mourut, laissant des affaires un peu plus qu’embrouillées et deux enfants, un fils et une fille, le Tuvache daigna accepter le fief de Colleville en remboursement de ce qui lui était dû, et il fit mieux, il proposa au tuteur d’épouser Mlle de Bourguebus, afin que le bien ne sortit pas tout à fait de la famille; en face de la ruine des enfants du conseiller, cela pouvait passer pour de la générosité.

On lui livra la jeune personne, que l’on projetait de mettre en religion, et, du même coup, le maltôtier se trouva pourvu d’une seigneurie, d’un beau placement et d’une femme qui lui donnait tous les parlementaires normands pour alliés; sans compter que son action magnanime lui valait l’admiration de ses concitoyens.

Son fils, celui qui doit figurer dans cette histoire, lui succéda dans sa charge et dans ses ambitions. Peut-être modifia-t-il, comme la voix publique l’en accusait, les antiques procédés de ses devanciers par un trait de génie, en inventant le mélange d’une espèce de sable de roche au sel de Sa Majesté ; toujours est-il que son ascension vers la fortune fut encore plus rapide que ne l’avait été celle de son père.

En 1748, outre des biens meubles considérables, il avait acquis la terre de Chastel-Chignon, en Anjou, quelques maisons à Rouen, et il avait encore arrondi le domaine de Colleville par l’adjonction de plusieurs fermes qu’il avait successivement achetées de son oncle, M. de Bourguebus, lequel, de son côté, ne suivait pas moins pieusement que le fils de sa sœur les traditions bien différentes que lui avaient léguées l’auteur de ses jours.

Ce Tuvache, IIe du nom, était de bonne heure resté veuf avec une fille unique. Cette fille avait alors dix-sept ans, il songeait à l’établir; mais la fièvre de l’enrichissement le tenait d’une façon si absolue, que, s’il se préoccupait avec quelque anxiété des bénéfices matériels qu’il pouvait tirer de cette affaire, il ne songeait pas le moins du monde à consulter les petites idées que Mlle Denise, c’était le nom de son enfant, pouvait nourrir sur cette question intéressante.

CHAPITRE II

Table des matières

Les deux Invalides.

L’histoire du propriétaire du vieux donjon, M. Romuald Duval de Bourguebus, ne ressemble guère à celle de son neveu. Il avait neuf ans lorsque son père était mort. Dans le désastre de sa fortune, après le mariage de sa sœur avec M. Tuvache, on était parvenu à lui réserver la charge de conseiller, qui pouvait lui assurer un avenir convenable.

Mais l’idéal du petit bonhomme n’était pas la robe; il manifestait pour elle une aversion singulière; l’odeur de l’écritoire lui donnait des nausées. Il voulait être d’épée, et sa vocation sur ce point était si décidée que, lorsqu’il eut quatorze ans, il fallut, bon gré mal gré, pourvoir ce précoce amant de Bellone d’une lieutenance au régiment de Navarre.

Les aspirations batailleuses de M. de Bourguebus furent servies à souhait. Entré au service en 1707, il fit, en 1709, la campagne des Flandres, sous Villars, fut blessé à Malplaquet, prit sa revanche à Denain, monta des premiers à l’assaut de Pizzighettone, suivit le maréchal de Saxe en Bohême, perdit un œil à Lauterbourg et enfin fut arrêté dans sa moisson de lauriers par un boulet qui lui fracassa la jambe dans les lignes de Laufeldt.

On transporta le blessé à l’hôpital de Maëstricht. L’amputation, jugée nécessaire, fut opérée; le héros devint un invalide.

Il supporta ses souffrances avec un mâle stoïcisme, son désastre avec une véritable grandeur d’âme.

Quelques historiens ont bien rendu la justice qui leur est due à ces héroïques soldats du passé, mais le vulgaire continue de les apprécier sous les couleurs les plus fausses.

On se figure généralement que, dans ce temps-là, on ne devait son épaulette qu’à la faveur; on juge des milliers d’officiers par quelques douzaines de colonels et de maréchaux de camp, dont les campagnes les plus productives ont eu, en effet, les antichambres de Versailles pour théâtre; volontairement ou involontairement, on oublie ces milliers de pauvres et braves gentilshommes, qui endossaient le harnais à quinze ans pour ne le quitter qu’à soixante, insoucieux du grade, pourvu qu’ils eussent l’honneur de servir le roi, versant non seulement leur sang sur tous les champs de bataille, sans grand espoir d’avancement, mais écornant leur modeste patrimoine pour suppléer à l’insuffisance de la solde.

On n’a point assez mis en relief la sublime abnégation avec laquelle, après trente et quarante ans de cette existence de dévouement patriotique, lorsque les cheveux avaient blanchi sous le casque, usés, fourbus, ruinés, éclopés, ratatinés, ces glorieux vétérans regagnaient fièrement le petit manoir paternel, avec le brevet d’une maigre pension dans leur poche, et sur la poitrine, la croix de Saint-Louis, but unique de leur ambition.

Cette récompense n’avait pas manqué au capitaine du régiment de Navarre. Elle était sans doute pour quelque chose dans la sérénité d’âme avec laquelle il envisageait la retraite, cette mort anticipée du soldat; mais comme, malgré ses cinquante-quatre ans, il avait conservé une humeur des plus juvéniles et un caractère fort impétueux; comme son infirmité l’atteignait à la fois dans sa carrière et dans son goût passionné pour la chasse, peut-être ne se fût-il pas prêté avec autant de bonne grâce aux décrets de la Providence, s’il n’avait été fortifié contre son chagrin par l’exemple et par les exhortations d’un camarade que le hasard lui avait donné.

Celui-ci était autrement à plaindre que le chevalier de Bourguebus.

Blessé comme lui à l’affaire de Laufeldt, il avait été débarrassé de son bras sur le lit voisin de celui où l’on délivrait le vieux capitaine de sa jambe.

Mais cette seconde victime des hasards de la guerre, ce n’était pas au déclin d’une carrière glorieusement remplie qu’elle se voyait condamnée à l’inaction, c’était à son aurore. M. de Tancarville (ainsi se nommait le mutilé), n’avait que vingt-sept ans; de plus, il était sans parents, sans appui, n’avait d’autre fortune que son épée, désormais brisée; son malheur le laissait sans ressources.

Il était l’unique descendant d’une branche fort déchue d’une famille illustre de la Normandie. Après un mariage assez vulgaire, son père était mort, laissant sa veuve et son fils dans une véritable indigence. Un brave homme de curé avait signalé au maréchal de La Meilleraye ce représentant d’un grand nom, qui allait se trouver réduit à conduire la charrue. Fort soucieux de la dignité de la noblesse, le maréchal avait fait élever l’enfant à ses frais, .et l’avait pourvu d’une cornette dans un régiment de chevau-légers.

Depuis lors, le jeune homme avait successivement perdu son protecteur et sa mère. Forcé d’abandonner le drapeau à l’ombre duquel il avait grandi, le régiment qui était devenu sa famille, il allait se trouver isolé dans le monde et il avait devant lui un horizon autrement sombre, autrement menaçant que ne pouvaient l’être ces loisirs de la gentilhommière, auxquels M. de Bourguebus regrettait quelquefois de se voir réduit.

Quelque amères que dussent être les réflexions de M. de Tancarville, elles n’ébranlaient pas son courage; pendant les longs mois de traitement et de convalescence, la fermeté avec laquelle il soutenait cette cruelle épreuve ne se démentit pas un instant.

Quelquefois, lorsque le roulement des tambours, les mâles accents des clairons du dehors arrivaient affaiblis dans l’intérieur de l’hôpital, on pouvait surprendre une vague expression de mélancolie dans les grands yeux noirs de l’officier; mais il maîtrisait rapidement les sensations qui débordaient de son âme.

En revanche, quand il voyait son voisin disposé à mettre la conversation sur leurs mutuelles infortunes, ce qui arrivait régulièrement trois ou quatre fois par jour, il trouvait, pour détourner ces fâcheuses impressions de l’esprit de son vieux camarade, tantôt des paroles pleines de sens et de raison, tantôt une gaieté si communicative, que le capitaine de Navarre-Infanterie tardait rarement à se mettre à l’unisson.

Non content d’apporter au rétablissement du pauvre invalide ce concours d’un ordre purement moral, plus promptement guéri que son vieux camarade, il s’était fait son infirmier et lui donnait des soins qu’un fils n’eût pas désavoués.

Il n’y avait qu’un chapitre sur lequel l’éloquence consolatrice du cornette était absolument inefficace: celui de la chasse.

M. de Tancarville était, cependant, parvenu à atténuer la véhémence du désespoir cynégétique de son ami, en étendant au chien de l’invalide l’amitié qu’il avait vouée à celui-ci; M. de Bourguebus se désolait autant de ne plus pouvoir faire chasser ce chien que de ne plus chasser lui-même.

Grâce à lui, Caporal, c’était le nom de cet animal, eut au moins sa promenade quotidienne, et le chevalier fut peut-être plus sensible à cette attention qu’à celles dont lui-même avait été l’objet.

Le vieux soldat n’était ni tendre, ni démonstratif; et cependant, bien souvent, lorsque la fièvre le clouait sur son grabat, si son regard s’arrêtait sur son jeune camarade, on voyait une larme, perlant dans le seul œil qui lui restait, descendre lentement sur ses joues tannées; un éloquent serrement de main protestait de sa reconnaissance.

Bientôt, ce sentiment se manifesta plus vivement encore. Un jour, après une longue causerie, dans laquelle il avait interrogé le cornette sur sa situation, sur ses projets après leur rentrée en France, M. de Bourguebus resta pendant assez longtemps absorbé dans de graves réflexions; enfin, relevant la tète et caressant machinalement son chien, dont le museau reposait sur le genou valide de son maître:

«Mordieu!» s’écria-t-il, «mon jeune ami, je ne vous trouve pas aussi dénué que vous me semblez le croire.

— Diable!» lui répondit le jeune homme en souriant, «je vous serai obligé, chevalier, de me confier où gisent les richesses que vous venez de me découvrir.

— C’est bien facile. Il existe de par le monde un vieux soldat auquel votre philosophie a enseigné à supporter ses misères, que vous avez veillé, soigné, pansé avec un dévouement qui peut-être a fait reculer la mort, que vous avez traité, lui et son chien, comme s’ils eussent été des frères; or, ce vieux soldat possède, là-bas en Normandie, le petit castel de Bourguebus, quelques douzaines d’acres de bonne terre et un neveu qui mesure ses écus de six livres au boisseau; n’est-il pas juste et naturel que la moitié de tout cela soit à vous?

— Même du neveu?

— Du neveu surtout», s’écria le chevalier, dont l’oeil eut un rayonnement malicieux. «Ah! mon ami, quelle terre que Colleville! Des bois où foisonnent les chevreuils, les lièvres, les lapins! des champs grouillant de perdrix !...»

Comme s’il eût compris, Caporal agita sa queue.

«Sois tranquille, Caporal», reprit le vieil officier avec une nuance d’attendrissement; «tu auras, comme nous, ta part de joie dans ce paradis terrestre.»

M. de Tancarville paraissait également fort ému, bien que son émotion n’eût certainement pas les mêmes causes; il prit la main de son vieil ami et lui dit:

«Merci de votre offre, chevalier, je ne l’oublierai jamais; mais, avant de l’accepter, soyez assez bon pour m’affirmer, sur votre foi de gentilhomme, que vous ne la déclineriez pas vous-même si vous étiez à ma place et moi à la vôtre.»

Le chevalier de Bourguebus aplatit son oreiller d’un coup de poing, en accompagnant ce geste d’une imprécation.

«Par la corbleu!» s’écria-t-il, «pour une fois dans ma vie que je cède à la fantaisie d’acquitter une dette, je joue de malheur! mais je n’en aurai pas le démenti; j’y veux penser.»

Et le digne gentilhomme y pensa si bien, en effet, que pendant les deux jours qui suivirent, il fut impossible à son jeune camarade de lui arracher une parole.

CHAPITRE III

Table des matières

Caporal.

Nous avons été assez prolixe dans la biographie des bipèdes de notre histoire; nous ne pouvons faire moins que de consacrer quelques lignes au quadrupède qui doit y figurer, et que nos lecteurs considèrent avec raison comme devant devenir un de nos plus intéressants personnages.

Sa généalogie sera courte.

C’était un véritable enfant de la balle.

Son extérieur se ressentait terriblement de l’incohérence de sa filiation, et c’était ainsi que Caporal, qui ne ressemblait à personne, ressemblait à tout le monde. Il avait emprunté au lévrier Phébus son ventre harpé, à Cascaro l’épaisseur de sa toison, au barbet de M. de Montlouis, maréchal de camp et grand chasseur de bécassines, la nuance roussâtre de son pelage, au braque d’un autre officier, la largeur de sa tête, la profondeur de son poitrail et l’inclinaison perpendiculaire de l’une de ses oreilles; d’un autre côté, par la direction du second de ses conduits auditifs, qu’il portait droit comme un loup, par sa queue abondamment fournie de poils et galamment retroussée sur son échine, il se rapprochait beaucoup d’un chien de berger qui appartenait à un employé du service des vivres,

Confessons-le humblement, cet ensemble laissait quelque peu à désirer.

Si Caporal était laid, en revanche il avait été si libéralement doué sous le rapport de l’intelligence, que personne avant moi, peut-être, ne s’était avisé de s’apercevoir de ce qui lui manquait.

Choisi dans le giron de sa mère par le caporal La Valeur, baptisé par les soldats du titre qualificatif de son maître, adopté par l’escouade à laquelle celui-ci avait l’honneur de commander, il eut une demi-douzaine d’instituteurs qui, du matin au soir, et quelquefois du soir au matin, s’occupaient de son éducation.

Et Dieu sait s’il en avait profité !

Jamais pâte plus malléable n’avait été donnée à l’homme pour la pétrir à sa guise et la façonner à sa fantaisie; Caporal retenait tout ce qu’on lui montrait.

Il savait fermer les portes, parader au port d’armes, sauter pour le roi, faire volte-face, montrer sa queue et ses alentours pour M. de Choiseul, faire le mort et ressusciter, danser le menuet, faire sa partie au jeu de la drogue; il fumait comme un Suisse, il buvait comme un templier. Jamais chien ne toucha de si près à la perfection humaine.

La distinction avec laquelle il pratiquait les arts d’agrément n’était rien auprès de la solidité de son instruction classique.

Dans ces temps-là, une administration prévoyante ne se chargeait pas de pourvoir à tous les besoins des troupes. On s’en rapportait un peu à l’industrie du soldat du soin de le faire vivre, et la pratique quotidienne de la maraude avait singulièrement développé les instincts de flibuste qui existaient en germe- chez notre animal.

Il y avait dans son ascendance assez d’aptitudes cynégétiques pour qu’il eût hérité de quelques-unes, et il résultait également de ce conflit de qualités, qu’il jouissait du privilège d’associer en lui les plus dissemblables.

C’était ainsi qu’il tenait l’arrêt aussi solidement qu’un vrai braque, sauf à happer, au départ, lièvre ou faisan, lapin ou perdrix, si l’occasion lui semblait favorable; il excellait dans ce tour de gueule; — cela ne l’empêchait pas de mener gaillardement le lièvre, ou bien un chevreuil, et même un cerf, pendant une heure, quelquefois deux, aussi droit dans sa voie que le meilleur chien courant.

Avec un pareil pourvoyeur, dans la giboyeuse Allemagne, jamais la marmite de l’escouade du caporal La Valeur ne fut exposée à murmurer la triste chansonnette de l’Eau claire.

En raison de ses états de services, Caporal jouissait de quelque considération dans le régiment de Navarre; si le colonel et lui se fussent trouvés en même temps en péril, je ne saurais trop auquel des deux on eût couru en premier.

Son maître, La Valeur, ayant eu la maladresse de se faire tuer aux avant-postes, le capitaine de la compagnie, M. de Bourguebus, recueillit cette part de l’héritage du défunt, que probablement il convoitait depuis longtemps.

Ce que M. de Bourguebus dut à son chien de jouissances cynégétiques et autres, il faudrait un volume pour le raconter. L’animal était si complètement devenu la vivante doublure de l’homme, que pas une des sensations de celui-ci ne lui échappait, qu’il suffisait qu’un pli aux muscles faciaux de l’officier traduisit sa pensée pour que Caporal devinât ce qu’il désirait.

J’ai raconté comment M. de Bourguebus, ayant pris la résolution de réfléchir aux moyens de vaincre les délicats scrupules de son jeune ami, s’absorba si bien dans ses réflexions, que pendant deux jours il resta muet.

Cet état rêveur agaçait visiblement Caporal qui, supposant probablement que son maître se laissait envahir par la mélancolie, multipliait ses démonstrations bruyantes pour attirer son attention et le distraire.

Vers le milieu du second jour, il s’absenta; au bout de dix minutes il était de retour, tenant dans sa gueule un animal au pelage d’un gris roussâtre, qu’il déposa devant le fauteuil sur lequel le chevalier était assis.

«Que nous apporte-t-il là ? demanda M. de Tan-car ville.

— Il y a trois mois, je vous eusse répondu les yeux fermés: c’est le lapin de quelque margrave; mais, ce triste séjour ne réserve pas de semblables bonnes fortunes à mon pauvre Caporal; ce n’est qu’un rat», répliqua M. de Bourguebus, en repoussant la victime avec le bout de sa canne.

Pendant que son maître parlait, le chien s’était dirigé vers la porte; arrêté sur le seuil, il poussait des abois significatifs, tantôt en regardant cette porte et tantôt en fixant sur son maître des yeux singulièrement expressifs.

«Et que veut-il de nous maintenant?

— Ah! vous n’entendez pas sa langue, mon cher ami; moi, je ne perds pas un mot de sa conversation. Caporal nous dit qu’il a découvert une garenne d’animaux semblables à celui-là, et il nous invite, le plus poliment du monde, à nous associer à la petite partie de plaisir qu’il se promet.

— Et pourquoi pas?» s’écria avec vivacité M. de Tancarville, enchanté de cette occasion de tirer le vieux gentilhomme de la torpeur dans laquelle il le voyait plongé.

«Chasser le rat? vous n’y pensez pas,» répartit le chevalier avec une moue dédaigneuse.

«Pourvu que nous ne soyons pas forcés de manger notre gibier, je ne vois pas qu’il soit plus désagréable à fusiller qu’un autre. Certes, le rat à de bons titres à être classé au nombre des animaux malfaisants, et bien que sa destruction ne soit pas aussi glorieuse que celle du sanglier de Calydon, elle a son utilité. D’ailleurs, c’est un moyen de vous démontrer qu’avec la belle jambe de bois de frêne que l’on vous a apportée ce matin, vous ferez votre partie dans un tiré tout comme un autre. Puis, ne faut-il pas, chevalier, que vous me prouviez que vous ne vous êtes pas trop avancé en me vantant votre adresse?»

Le chevalier restait irrésolu: il flottait entre la crainte de compromettre dans un divertissement peu classique sa dignité de disciple de saint Hubert, et les sollicitations qu’exerçait sur lui l’aspect d’un fusil double, suspendu, avec ses armes de guerre, au-dessus de sa couchette.

M. de Tancarville surprit un de ses regards; il détacha de leur clou le fusil et la carnassière du chevalier, et lui offrit son bras.

Celui-ci colora sa défaite par le désir de ne pas désobliger son jeune camarade, et tous les deux prirent la direction du jardin de l’hôpital, précédés de Caporal, qui éclairait le chemin.

— REGARDEZ, RÉPONDIT LE CHEVALIER, C’EST UN INVALIDE COMME NOUS. (p. 20.)

Le chien s’arrêta devant l’orifice d’un grand égout qui déchargeait dans le fossé de ceinture les eaux de la maison, et les rayonnements de ses prunelles fauves, les ondulations de sa queue, les pourlèchements auxquels il se livrait, disaient clairement: «Nous y voilà !»

M. de Bourguebus continuait de protester contre ce qu’il appelait une absurde parodie; il n’en chargeait pas moins son fusil avec un scrupule qui indiquait que, pour le gibier, du moins, la farce aurait un parfum de tragédie. Quand il eut garni de poudre les deux bassinets, il fit signe à Caporal, qui s’élança dans le souterrain fangeux.

Deux minutes ne s’étaient pas écoulées que deux énormes rats sortaient à toutes pattes de leur retraite. Le vieil officier fit feu à droite et à gauche et les culbuta tous les deux.

«Bravo!» cria le cornette.

Le chevalier se rengorgea.

«C’est uniquement pour vous être agréable,» répondit-il, en revenant à la modestie, «que je brûle de bonne poudre en l’honneur de semblables espèces.»

Cela n’empêcha pas que bientôt deux autres rats ne fussent couchés, comme les premiers, sur le revers du fossé, et la fusillade se poursuivit avec des intervalles de plus en plus rapprochés, tant le tireur apportait de promptitude à regarnir son arme de poudre et de plomb.

Malheureusement, tout s’épuise, même les rats d’un égout. Lorsque le chevalier en eut occis une vingtaine, les survivants ne se montrèrent plus, et M. de Bourguebus essuya son front baigné de sueur.

«Ouf!» fit-il, «cela finit au moment même où je commençais à me faire illusion.

— Ne vous plaignez pas, mon cher chevalier, votre chasse d’aujourd’hui aura son bouquet; après le poil, voici la plume; regardez là-haut, s’il vous plaît.»

Les yeux du chevalier avaient suivi la direction que lui indiquait son camarade; entre les branches et les feuilles, il avait distingué le plumage d’un pigeon. Il épaula rapidement; mais presque aussitôt il rabattit son arme.

«Qu’avez-vous donc?» lui demanda M. de Tancarville.

— Que j’aimerais mieux être condamné à ne jamais trouver que des oreilles de rat au bout de mon fusil, plutôt que de faire feu sur ce pauvre oiseau.

— Et pourquoi cela?

— Regardez, répondit le chevalier, «c’est un invalide comme nous.»

M. de Tancarville se baissa afin d’observer plus attentivement le pigeon, et il reconnut, en effet, qu’une de ses ailes était brisée et pendait tristement le long de son corps.

«Hélas!» dit-il, avec un soupir qui indiquait que ce spectacle le ramenait lui-même au sentiment de sa propre position, «vous lui rendez un bien mauvais service en l’épargnant: la mort immédiate ne vaut-elle pas mieux pour lui que les angoisses de la faim et la lente agonie qui l’attendent sur cette branche?

— Bast!» répliqua M. de Bourguebus, «il y a remède à tous les maux, un seul excepté, celui-là précisément que vous venez d’indiquer comme remède.»

Ils parlaient encore qu’ils entendirent le bruit d’un oiseau à l’essor, qu’ils virent un second pigeon s’abattre sur le pommier, s’approcher du blessé et dégorger dans le bec de celui-ci la nourriture que contenait son jabot.

Pendant quelques instants, les deux officiers contemplèrent en silence ce singulier spectacle.

«Voilà la réplique du bon Dieu,» dit enfin M. de Bourguebus, «et cette bestiole vous donne là un exemple qu’il serait peut-être sage d’imiter; voyez donc si ce brave éclopé croit qu’il importe à son honneur de repousser les secours que l’ami, qui a conservé ses ailes, est assez heureux pour pouvoir lui apporter.»

Le cornette sourit à l’allusion.

«D’abord, chevalier,» répondit-il, «vous ignorez s’il n’existe pas entre ces oiseaux un de ces liens qui lèvent les scrupules d’une âme fière.

— Que voulez-vous dire?

— Que la charité dont nous sommes les témoins est probablement un des bénéfices de l’union conjugale, qui légitime la résignation avec laquelle elle est acceptée; il y a toute vraisemblance que ces deux pigeons sont le mâle et la femelle.»

Le chevalier fit un brusque mouvement.

«L’union conjugale, un mariage!» s’écria-t-il avec une sorte de transport. «Je suis un grand fou de n’y avoir pas pensé plus tôt.»

En même temps, et pour témoigner da la satisfaction qu’il éprouvait, oubliant absolument que sa base avait perdu son équilibre, M. de Bourguebus voulut essayer une de ces pirouettes dans lesquelles il avait jadis excellé ; mais les temps étaient bien changés: elle ne se fût pas achevée sans dommage si son jeune compagnon ne l’eût soutenu.

«A quel vertigo cédez-vous, chevalier?» lui demanda celui-ci.

«Un mariage,» reprit le vieux gentilhomme, «voilà la solution du problème qui, depuis quarante-huit heures, martèle si cruellement ma pauvfe cervelle, que j’y avais gagné une terrible migraine.

— Bon!» dit M. de Tancarville, en éclatant de rire, «vous allez me demander ma main, et me proposer de vous suivre devant les autels?

— Quelque chose comme cela peut-être; vous le saurez quand il en sera temps. Ah! ça, répondez, quand partons-nous?

— Vous savez, chevalier, que sous ce rapport je suis complètement à vos ordres.

— Ce sera donc demain, si vous le voulez bien, mon enfant. Votre farouche délicatesse ne saurait vous empêcher de poursuivre jusqu’au bout l’œuvre charitable que vous avez entreprise en devenant l’appui et le soutien du vieil invalide; vous m’accompagnerez jusqu’à Bourguebus; vous ne refuserez pas d’y rester un mois pour présider à mon installation. Ce mois une fois écoulé, si rien ne vous retient, vous serez libre de dire un éternel adieu à votre hôte.»

M. de Tancarville ne jugea pas convenable d’insister pour que son vieil ami lui expliquât ces paroles passablement énigmatiques, et il acquiesça pleinement à ses propositions.

Le lendemain, dès l’aube, ils se mettaient tous les deux en route.

Caporal gambadait autour de la patache qui les emportait. Le chien paraissait ravi d’avoir échangé les sombres perspectives des murs de l’hôpital contre les. horizons, à perte de vue, du pays wallon qu’ils traversaient; mais ses démonstrations joyeuses n’étaient rien auprès de celles qu’une secrète satisfaction arrachait à son maître.

Tant que dura le voyage, le chevalier ne cessa guère de rire, de chanter et de se frotter les mains; il était de si belle humeur qu’il ne songea pas à donner un souvenir à la jambe qu’il laissait sur les bords du Rhin, bien que cette jambe fût, comme il le disait lui-même, la plus robuste et la mieux faite qui eût jamais chaussé la botte de cuir et le bas de soie.

Les voyageurs ne firent que traverser Paris, et le seizième jour après leur départ de Maëstricht, ils débarquaient à Fécamp.

M. de Tancarville avait désiré s’arrêter à Versailles pour solliciter le règlement de leurs pensions; mais M. de Bourguebus s’était montré intraitable.

«La belle affaire!» disait-il, «six cents livres à moi, trois ou quatre cents à vous, qu’on nous jettera d’aussi bonne grâce que l’on jette un os à un dogue affamé ! Qui vous dit que dans une quinzaine d’ans vous n’aurez pas, pour de semblables babioles, le dédain qu’elles méritent? D’ailleurs, si par hasard cette fantaisie subsistait, il sera toujours temps de venir ouvrir nos parallèles devant les coffres-forts de Sa Majesté.»

CHAPITRE IV

Table des matières

Le Châtelain et sa Fille.

Nous allons laisser l’ex-capitaine de Navarre-Infanterie et son ami le cornette des chevau-légers exécuter leur entrée dans la tour de Bourguebus, pour nous occuper du château de Colleville et de ses habitants.

Ce château, nous l’avons dit, était bâti sur le sommet de la colline à la base de laquelle s’allonge le village. C’était, à l’époque où se passent ces événements, une construction toute moderne; elle datait de la régence de Marie de Médicis et portait le cachet de l’architecture de ce temps-là. Elle se composait d’un grand corps de logis que deux pavillons, formant saillie, flanquaient à droite et à gauche, et dont les murs de briques, encadrés dans le granit, ne manquaient pas de caractère.

Un perron en forme de fer à cheval, à la rampe curieusement ouvragée, pastiche fort réduit de celui que l’on voit à Fontainebleau, conduisait au vestibule. Pendant l’été, des deux côtés de ce perron s’alignaient deux rangs d’orangers de belle taille, un grand luxe en 1748.

Le plateau sur lequel le château était assis formait terrasse; on y avait ménagé un de ces parterres aux longs parallélogrammes encadrés de buis et flanqués de buissons d’ifs bizarrement taillés dans le goût du temps.

De l’extrémité de ce parterre, on avait la perspective de six allées, qui rayonnaient de la terrasse, pour s’enfoncer en lignes droites sous les futaies séculaires du parc. En suivant la déclivité du coteau, dont la pente était assez prononcée, au-dessus des cimes verdoyantes de chênes et de hêtres que l’on dominait, on apercevait encore dans la pittoresque vallée les toits du village, son clocher, et la noire silhouette du donjon de Bourguebus émergeant au milieu de la verdure.

Colleville était donc à la fois une riante demeure et une habitation assez fastueuse.

Cependant, son élégance était beaucoup plus affectée que réelle; pour peu que l’on examinât ce beau lieu avec quelque attention, on ne tardait pas à se convaincre que, sous ce rapport, il promettait beaucoup plus qu’il ne tenait.

On remarquait çà et là, à l’extérieur, des contrastes choquants et plus souvent ces mesquins équivalents qui rendent plus saillantes les lacunes qu’ils ont été chargés de combler.

Ainsi le rez-de-chaussée paraissait entretenu avec soin et, même au dehors, l’état d’abandon des étages supérieurs s’accusait fort nettement.

Les allées étaient recouvertes d’un sable grossier, l’herbe les envahissait de toutes parts; les plates-bandes étaient négligées, garnies de fleurs communes; les feuilles jaunies des orangers attestaient l’incurie avec laquelle on les traitait; une demi-douzaine d’arbres vulgaires, taillés en boule, affichaient la prétention, mal justifiée, de remplir les vides que la mort avait faits dans leurs rangs. Les statues de marbre qui figuraient orgueilleusement aux quatre coins du parterre avaient grandement à se plaindre des outrages du temps et plus encore du manœuvre indigène qui, vaille que vaille, avait pansé leurs blessures et remplacé avec du plâtre leurs membres mutilés.

Mêmes dissonances à l’intérieur: les appartements de réception regorgeaient de meubles somptueux, tapisseries des Gobelins, glaces et cristaux de Venise, cabinets incrustés d’ivoire et d’ébène, rideaux de brocart, terres cuites de Flandre, faïences précieuses, et toutes ces richesses s’étalaient sur un plancher vermoulu qui menaçait de s’effondrer à chaque pas du visiteur; l’épaisse couche de poussière qui les couvrait donnait à soupçonner l’insuffisance de la domesticité. Enfin, il y avait dans cet entassement de belles choses une telle disparate, que l’on pouvait supposer que le propriétaire les avait acquises tout autant en raison du bon marché dont il avait pu les payer que de son goût pour elles.

Plus on avançait dans cet examen et plus s’accusait la volonté du maître de sacrifier aux apparences. Le mobilier du premier étage eût fait honte à des chambres d’auberge. L’immense cuisine, froide et nue, manquait complètement de ce déploiement d’ustensiles qui réjouit l’œil du gastronome. Il y avait huit chevaux dans les écuries; mais sous les couvertures écussonnées qui les enveloppaient, il était facile de juger qu’ils étaient avant tout des trompe-l’æil; et, en effet, les carrossiers cumulaient leur noble emploi avec des fonctions économiques et agricoles; des deux chevaux de selle, l’un était affligé d’un éparvin qui le faisait boiter, et l’autre, d’une fluxion périodique qui, durant neuf mois, le rendait à peu près aveugle.

Si j’ai insisté sur ces détails, c’est parce que, mieux que toutes les dissertations physiologiques auxquelles je pourrais me livrer, ils feront comprendre l’humeur assez bizarre du maître de Colleville. M. Tuvache de Chastel-Chignon n’était rien moins qu’un Turcaret doublé d’un Harpagon. Il offrait le phénomène de deux passions violentes et contradictoires, fusionnées dans le même individu: les appétits vaniteux du premier, la ladrerie et la cupidité du second.

Évidemment, le mélange ne s’opérait pas sans secousse: quand l’ostentation voulait se donner carrière, l’avarice résistait et lui livrait bataille.

Mais jamais le combat ne finissait, comme tous les combats de ce monde, par un vainqueur et par un vaincu: il y avait un tel équilibre dans la puissance avec laquelle ces deux sentiments le sollicitaient de droite et de gauche, que leur propriétaire, dans l’impossibilité de donner la préférence à l’un ou à l’autre, se tirait d’embarras et les conciliait à l’aide d’une de ces compositions baroques qui attestent que les passions excessives ne laissent jamais complètement saine la cervelle de celui qui les subit.

Il se décidait, je le suppose, à consacrer 10.000 livres à l’acquisition d’un service de table, destiné à éblouir tout son voisinage; mais il s’imposait à lui-même la condition de compenser cette prodigalité à force d’économie. Il se rattrapait en mettant ses gens à la portion congrue, en refusant à la toiture de son château quelques milliers d’ardoises dont elle avait besoin, et à lui-même une culotte de rechange.

Trois ou quatre fois l’an, il déployait une magnificence de fermier général pour traiter ses voisins; les fêtes de Colleville faisaient événement dans la province; mais l’ordinaire plus que bourgeois auquel il se condamnait pendant le reste de l’année était chargé de l’indemniser de cette dépense.

Sous l’influence de la double pression de son avarice et de sa vanité, M. de Chastel-Chignon avait adopté une situation mixte, fort commune aujourd’hui, fort rare alors. Il n’était oisif qu’en apparence, comme ce n’était également qu’en apparence qu’il lâchait la bride à ses désirs de briller.

Il avait le genre de vie, les habitudes d’un grand seigneur, l’existence oisive du gentilhomme, il avait fait à son orgueil le sacrifice de sa charge de contrôleur des gabelles; mais si considérable que fût sa fortune, il ne regardait pas moins comme un devoir de l’accroître sans trêve et sans relâche, et il y travaillait avec l’âpreté d’un marchand qui débute.

Secrètement, mystérieusement, il dérogeait à merci et miséricorde, se livrant en sourdine à toutes sortes d’opérations commerciales, dirigeant le trafic d’un banquier qui lui servait de prête-nom et sous le couvert duquel il agiotait sur tout ce qui se vend et sur tout ce qui s’achète: sur la morue, sur les farines, sur les immeubles et sur les denrées coloniales.

Pris comme dans un étau entre ses obligations mondaines et les soucis de ses tripotages interlopes, dominé encore par la nécessité de tenir ceux-ci dans l’ombre, le châtelain de Colleville ne pouvait que très superficiellement s’occuper de l’éducation de sa fille.

Retirée du couvent à treize ans, au moment précis où son âme, sortant des limbes de l’enfance, aurait eu besoin d’une main ferme et expérimentée pour la diriger dans le sentier qu’elle abordait, Mlle Denise poussait depuis cinq ans dans ce château, sous l’aile de Dieu, mais un peu trop à la merci du hasard.

Heureusement douée, simple, douce et sensible, il avait manqué à ses qualités natives l’appui tutélaire de la tendresse maternelle; aucune d’elles ne s’était encore développée. Ce qu’elle en accusait de plus saillant, c’était un besoin d’aimer encore vague et indéfini, mais qui, en attendant qu’il se fixât sur un objet déterminé, avait pour résultat de se répandre sur son entourage, de lui concilier l’affection de ses domestiques, de lui attirer les bénédictions des pauvres qu’elle secourait autant que la parcimonie paternelle le lui permettait.

Physiquement, elle devait passer pour agréable. Sa taille moyenne, admirablement proportionnée, était dans ces conditions qui donnent la grâce et l’élégance de la tournure. La régularité manquait à ses traits; en revanche, elle possédait toutes les perfections de détail qui la compensent: un teint éblouissant de fraîcheur, trente-deux perles dans la bouche, une véritable forêt de ces cheveux d’un blond cendré dont la nuance charmante devait s’appeler plus tard couleur des cheveux de la reine; enfin, l’extrême mobilité de son regard, tantôt doux jusqu’à la tendresse, et tantôt vif jusqu’à la mutinerie, rendait sa physionomie des plus piquantes.

Elle subissait, sans révolte, l’isolement dans lequel elle se trouvait le plus souvent à Colleville, d’abord parce qu’elle avait été façonnée de bonne heure à l’excessive autocratie de M. de Chastel-Chignon, ensuite parce qu’elle trouvait dans certaines distractions champêtres un sûr préservatif contre le plus mauvais des conseillers: l’ennui.

Par malheur, ces distractions n’étaient pas précisément celles que cultive le sexe auquel elle appartenait; elles rentraient, au contraire, dans la catégorie des plaisirs pour l’exercice desquels un jupon peut devenir un ornement fort incommode.

Les joies paisibles de l’intérieur, elle n’avait eu personne qui lui apprît à les aimer, personne qui lui révélât le charme des récréations intellectuelles; dans sa solitude, la lecture et les travaux à l’aiguille ressemblaient de bien près à une pénitence. La chasse, l’équitation, au contraire, n’avaient pas seulement l’avantage de la distraire, elles calmaient, elles étouffaient l’inquiétude de l’esprit par la lassitude du corps.

Par degrés, elle était arrivée à se livrer à ces exercices avec une sorte de passion: elle montait à cheval comme un centaure, rembûchait un cerf avec la prudence d’un piqueur consommé, elle expédiait une bécassine dans les marais de la vallée, elle culbutait un lapin dans les taillis de Colleville avec une sûreté de coup d’œil qui faisait grand honneur au père la Verdure, un vieux garde qui avait été son professeur:

Comme tous les gens que possède une idée fixe, M. de Chastel-Chignon approuvait tout ce qui ne le détournait pas lui-même du but qu’il poursuivait, à la condition sous-entendue que cela ne le forcerait pas à délier les cordons de sa bourse.

Or, si caractérisées que fussent les aptitudes cynégétiques de Mlle Denise, elle était trop inexpérimentée pour se montrer bien exigeante; elle savait se contenter du moins taré des deux coursiers. Satisfait de voir l’esprit de sa fille occupé à si bon marché, son père l’encourageait dans ses courses aventureuses, en demandant mentalement au ciel qu’elle se contentât de ces joujoux, jusqu’ à l’heure qu’il avait marquée pour lui trouver un mari.

Quelques jours avant l’arrivée de M. de Bourguebus à Fécamp, M. de Chastel-Chignon était parti pour l’Angleterre. Il avait pompeusement annoncé qu’il s’en allait chez un lord de ses amis, lequel ne pouvait se décider à courir le renard sans lui; la vérité était que son excursion cynégétique devait avoir les ruelles de la Cité, les quais de la Tamise pour théâtre, et pour objectif les balles de sucre et de coton, les caisses de muscade et d’indigo.

Comme toujours, le départ de son père laissait Mlle Denise souveraine absolue dans le château de Colleville.

CHAPITRE V

Table des matières

Rencontre en forêt

On était à l’automne.

Les froids précoces de novembre avaient dépouillé les arbres de leurs feuilles; un tapis jaunâtre couvrait la terre; ce tapis, la gelée de la nuit le glaçait d’un givre qui brillait comme une poussière diamantée, et qui avait encore l’avantage beaucoup plus positif de donner de l’adhérence au sol, sur lequel les chiens avaient à chercher ou à suivre la voie.

Le ciel était pur et sans nuages; quelques vapeurs diaphanes montaient de la vallée, en s’irisant aux feux d’un soleil resplendissant, qui embrasaient les cimes étagées des chênes.

Avec une pareille mise en scène, avec la vocation dont nous avons parlé, il y avait vraiment lieu de s’étonner que Mlle Denise de Chastel-Chignon ne fût pas en campagne.

Il suffisait, il est vrai, de l’observer, allant et venant sur la terrasse de Colleville, pour se convaincre que c’était bien malgré elle qu’elle était restée au logis.

Elle était vêtue d’une robe de drap gris, assez courte pour ne pas gêner sa marche, et sur laquelle retombaient les basques d’un surtout de drap vert, serré à la taille et largement galonné d’or. Des guêtres de peau de daim emprisonnaient sa jambe fine, et venaient rejoindre au genou, un peu au-dessus de l’extrémité de la jupe, de larges culottes, de la même étoffe que la veste; un chapeau de feutre, bas de forme et orné d’une plume, complétait ce costume mixte, mais tout féminin par la coquetterie qui avait présidé à ses détails. Un fusil à un coup, aux proportions les plus mignonnes, était appuyé contre le socle de l’une des statues.

Ce n’était certes pas au coin du feu que Mlle Denise avait entendu faire les honneurs de cette tenue de guerre; le pli significatif de ses lèvres, l’expression boudeuse de sa physionomie, disaient assez que c’était contre son gré qu’elle circonscrivait sa promenade aux quatre angles du parterre.

Elle se trouvait, en effet, dans un de ces jours de guignon, où il semble que le sort ait pris à tâche de vous accabler. Elle avait envoyé chercher le garde, le père la Verdure: mais l’heure avançait, le soleil était arrivé au milieu de sa course, et, aussi malheureuse que sœur Anne, Mlle Denise ne voyait rien venir. C’était pour elle une assez rude épreuve.

Les courses solitaires dans les bois avaient souvent sollicité son esprit aventureux; il n’avait pas fallu moins que l’interdiction formelle de M. de Chastel-Chignon pour la décider à renoncer à des expéditions de ce genre; les mécomptes du matin, la désertion de la Verdure, rendaient à la tentation toute sa puissance; elle n’y résista pas plus longtemps, et, oubliant les sages recommandations paternelles, elle se décida à faire seule une courte promenade dans les environs.

Elle passa en bandoulière le petit sac de maroquin dans lequel elle renfermait ses munitions, jeta son fusil sur son épaule, traversa le parc et se lança à travers la campagne.