Petit Manuel Indivudualiste - Han Ryner - E-Book

Petit Manuel Indivudualiste E-Book

Han Ryner

0,0
2,49 €

oder
Beschreibung

♦ Cet ebook bénéficie d’une mise en page esthétique optimisée pour la lecture numérique. ♦
«  L'anarchiste croit que le gouvernement est la limite de la liberté. Il espère, en détruisant le gouvernement, élargir la liberté. Mais la vraie limite n'est pas le gouvernement mais la société. Le gouvernement est un produit social comme un autre. On ne détruit pas un arbre en coupant une de ses branches. »
Han Ryner, philosophe individualiste et libertaire, avec son style franc et efficace nous offre un guide pratique utile à ceux qui veulent faire de l’individualisme une règle de vie.
Sous la forme d’un dialogue intérieur, l’auteur nous amène à réfléchir sur sa philosophie pratique de l’individualisme, sagesse dont le seul but est de parvenir au bonheur en se libérant de la tyrannie de la société et de ses diktats. Cet échange intellectuel se veut avant être un plaidoyer pour lutter contre toute forme d’atteinte à  notre volonté. S’inspirant de Socrate et autres philosophes antiques, il prône une libération intérieure en se délestant des conditionnements extérieurs, en écoutant ses propres besoins, en respectant chacun notre propre individualité.

Le texte est suivi d’une conférence tenue par H. Ryner en 1921 : Des diverses sortes d’Individualisme.

EXTRAIT : « J’ai adopté la forme par demandes et par réponses si commode pour l’exposition rapide. Elle n’exprime ici aucune prétention dogmatique. Il n’y a pas ici un maître qui interroge et un disciple qui répond. Il y a un individualiste qui se questionne lui-même. J’ai voulu indiquer dans la première ligne qu’il s’agit d’un dialogue intérieur. Tandis que le catéchisme demande : “Êtes-vous chrétien?” je dis : “suis-je individualiste ?” Mais, prolongé, le procédé n’irait pas sans inconvénients et, une fois mon intention marquée, je me suis souvenu que le soliloque emploie fréquemment la seconde personne. On trouvera pêle-mêle dans ce petit livre des vérités qui sont certaines — mais dont on ne peut d’ailleurs découvrir qu’en soi-même la certitude — et des opinions qui sont probables. »
 

Das E-Book können Sie in Legimi-Apps oder einer beliebigen App lesen, die das folgende Format unterstützen:

EPUB
Bewertungen
0,0
0
0
0
0
0



Petit Manuel Indivudualiste

Han Ryner

Alicia Editions

Table des matières

Notes

1. De l'individualisme et de quelques individualistes

2. Préparation à l'individualisme pratique

3. Des relations des individus entre eux

4. De la Société

5. Des relations sociales

6. Des sacrifices aux idoles

7. Des rapports de la morale et de la métaphysique

Des diverses sortes d’Individualisme

Le sage remarque que, pour exercer une action sociale, il faut agir sur les foules, et qu’on n’agit point sur les foules par la raison, mais par les passions. Il ne se croit pas le droit de soulever les passions des hommes. L’action sociale lui apparaît comme une tyrannie, et il s’abstient d’y prendre part.

H. R.

Notes

J’ai adopté la forme par demandes et par réponses si commode pour l’exposition rapide. Elle n’exprime ici aucune prétention dogmatique. Il n’y a pas ici un maître qui interroge et un disciple qui répond. Il y a un individualiste qui se questionne lui-même. J’ai voulu indiquer dans la première ligne qu’il s’agit d’un dialogue intérieur. Tandis que le catéchisme demande : “Êtes-vous chrétien?” je dis : “suis-je individualiste ?” Mais, prolongé, le procédé n’irait pas sans inconvénients et, une fois mon intention marquée, je me suis souvenu que le soliloque emploie fréquemment la seconde personne. On trouvera pêle-mêle dans ce petit livre des vérités qui sont certaines — mais dont on ne peut d’ailleurs découvrir qu’en soi-même la certitude — et des opinions qui sont probables. Il y a des problèmes qui admettent plusieurs réponses. D’autres — en dehors de la solution héroïque, qu’on peut conseiller seulement lorsque tout le reste est crime — n’ont pas de solution tout à fait satisfaisante et les à-peu-près que je propose ne sont pas supérieurs à d’autres à-peu-près. Je n’insiste pas. Le lecteur qui ne saurait point faire le départ et, acquiesçant aux vérités, trouver des probabilités analogues à mes probabilités et souvent plus harmonieuses à lui-même, serait indigne du nom d’individualiste. Faute de développement ou pour d’autres raisons, je laisserai souvent insatisfait l’esprit même le plus fraternel. Je ne puis que recommander aux hommes de bonne volonté la lecture assidue du Manuel d’Epictète. Là, mieux que partout ailleurs, se trouve la réponse à nos inquiétudes et à nos doutes. Là, plus que partout ailleurs, celui qui est capable du vrai courage, puisera le courage. A Epictète, à d’autres aussi, j’ai emprunté des formules, sans croire toujours nécessaire d’indiquer mes dettes. Dans un travail de la nature de celui-ci, les choses importent, non leur origine et on mange plus d’un fruit sans demander au jardinier le nom du fleuve ou du ruisseau qui féconde son jardin.

H. R.

1

De l'individualisme et de quelques individualistes

Suis-je individualiste ?

Je suis individualiste.

Qu'est-ce que j'entends par individualisme ?

J'entends par individualisme la doctrine morale qui, ne s'appuyant sur aucun dogme, sur aucune tradition, sur aucune volonté extérieure, ne fait appel qu'à la conscience individuelle.

Le mot individualisme n'a-t-il jamais désigné que cette doctrine ?

On a souvent donné le nom d'individualisme à des apparences de doctrines destinées à couvrir d'un masque philosophique l'égoïsme lâche ou l'égoïsme conquérant et agressif.

Citez un égoïste lâche qu'on appelle quelquefois individualiste.

Montaigne.

Connaissez-vous des égoïstes conquérants et agressifs qui se proclament individualistes ?

Tous ceux qui étendent aux relations des hommes entre eux la loi brutale du combat pour la vie.

Citez des noms.

Stendhal, Nietzsche1.

Nommez quelques vrais individualistes.

Socrate, Epicure, Jésus, Epictète.

Pourquoi aimez-vous Socrate ?

Il n'enseignait pas une vérité extérieure à ceux qui l'écoutaient, mais il leur apprenait à trouver la vérité en eux-mêmes.

Comment mourut Socrate ?

Il mourut condamné par les lois et par les juges, assassiné par la Cité, martyr de l'individualisme.

De quoi l'accusait-on ?

De ne pas honorer les dieux que la Cité honorait et de corrompre la jeunesse.

Que signifiait ce dernier grief ?

Il signifiait que Socrate professait des opinions désagréables au pouvoir.

Pourquoi aimes-vous Epicure ?

Sous son élégance nonchalante, il fut un héros.

Citez une parole ingénieuse de Sénèque sur Epicure :

Sénèque appelle Epicure « un héros déguisé en femme ».

Quel bien fit Epicure ?

Il délivra ses disciples de la crainte des dieux ou de Dieu, qui est le commencement de la folie.

Quelle fut la grande vertu d'Epicure ?

La tempérance. II distinguait entre les besoins naturels et les besoins imaginaires. Il montrait qu'il faut bien peu de chose pour satisfaire la faim et la soif, pour se défendre contre le chaud et le froid. Et il se libérait de tous les autres besoins, c'est-à-dire de presque tous les désirs et de presque toutes les craintes qui asservissent les hommes.

Comment mourut Epicure ?

Il mourut d'une longue et douloureuse maladie en se vantant d'un parfait bonheur.

Connaît-on généralement le véritable Epicure ?

Non. Des disciples infidèles ont couvert leurs vices de sa doctrine, comme on cache un ulcère sous un manteau volé.

Epicure est il coupable de ce que de faux disciples lui ont fait dire ?

On n'est jamais coupable de la sottise ou de la perfidie d'autrui.