Insaisissables sommets - Vale Vanessa - E-Book

Insaisissables sommets E-Book

Vale Vanessa

0,0
4,99 €

oder
Beschreibung

Quand le docteur Samantha Smyth confond le mécanicien de la ville avec un patient, elle en est quitte pour une leçon qu’elle n’oubliera jamais…

Petit génie, devenue médecin à vingt-deux ans, Sam n’y connait pourtant rien aux hommes. Son univers tourne autour des stéthoscopes et des scalpels, loin de la dentelle et la séduction. Sam a l’habitude d’attirer l’attention sur son brillant esprit, pas sur son corps, mais quand Mac et Hardin découvrent qu’elle a besoin de conseils sous les draps, ils s’empressent d’exaucer ses désirs. Ils mettent du cœur à l’ouvrage et s’assurent qu’elle devienne une experte en plaisir… leur plaisir exclusif.

Mac sait qu’il ne mérite en rien la belle chirurgienne. Il travaille avec ses mains. Il est du genre rugueux, tatoué et plus âgé, mais il la désire tout de même. Lui et son meilleur ami, Hardin, ont passé des années à chercher une femme qu’ils pourraient conquérir ensemble. Hardin aspire à une vie simple et passe plus de temps avec ses livres qu’avec ses semblables, ce qui lui convient très bien. Mais un seul avant-gout de Sam et c’est plus que de la passion qui naitra pour leur femme. Un amour aussi dévorant que possessif.

Quand ils découvrent que Sam pourrait être la cible d’un tueur en cavale, ils ne laisseront rien ni personne la leur enlever. Et leur instinct protecteur atteint un niveau supérieur quand ils découvrent qu’Hardin pourrait avoir un lien de parenté avec le tueur.

 

Das E-Book können Sie in Legimi-Apps oder einer beliebigen App lesen, die das folgende Format unterstützen:

EPUB
Bewertungen
0,0
0
0
0
0
0



Insaisissables sommets

Les hommes des montagnes - 3

Vanessa Vale

Copyright © 2021 par Vanessa Vale

Ceci est une œuvre de fiction. Les noms, les personnages, les lieux et les événements sont les produits de l’imagination de l’auteur et utilisés de manière fictive. Toute ressemblance avec des personnes réelles, vivantes ou décédées, entreprises, sociétés, événements ou lieux ne serait qu’une pure coïncidence.

Tous droits réservés.

Aucune partie de ce livre ne peut être reproduite sous quelque forme ou par quelque moyen électronique ou mécanique que ce soit, y compris les systèmes de stockage et de recherche d’information, sans l’autorisation écrite de l’auteur, sauf pour l’utilisation de citations brèves dans une critique du livre.

Conception de la couverture : Bridger Media

Création graphique : Deposit Photos: EpicStockMedia; Hot Damn Stock

Obtenez Un Livre Gratuit !

Abonnez-vous à ma liste de diffusion pour être le premier à connaître les nouveautés, les livres gratuits, les promotions et autres informations de l’auteur.

livresromance.com

Table des matières

Chapitre 1

Chapitre 2

Chapitre 3

Chapitre 4

Chapitre 5

Chapitre 6

Chapitre 7

Chapitre 8

Chapitre 9

Chapitre 10

Chapitre 11

Chapitre 12

Chapitre 13

Chapitre 14

Chapitre 15

Chapitre 16

Contenu supplémentaire

Obtenez Un Livre Gratuit !

Tous les livres de Vanessa Vale en français:

À propos de l'auteur

1

SAMANTHA

Ma journée était enfin terminée. Il était temps. J’avais achevé de dicter mes comptes rendus patients. Je coupai la communication avec la salle de réveil, ravie d’apprendre que l’appendicectomie pratiquée en urgence s’était bien déroulée et que le patient se portait bien. J’avais déjà prolongé ma garde de quatre heures et je me frottai les yeux pour les remettre en place.

Je me hissai de mon bureau et levai les bras pour m’étirer. Je remplaçais un collègue des urgences, parti au Texas fêter la naissance de son premier petit enfant, sans compter mes fonctions habituelles au bloc opératoire.

Je regardai ma montre et fis le calcul rapidement. Dans vingt-trois heures et six minutes, il me faudrait revenir assurer ma prochaine garde. Je devais faire la lessive, un brin de ménage. Terminer un roman à suspense sur ma liseuse. Dormir.

Mon dieu que j’étais ennuyeuse. J’étais excitée à l’idée de finir un livre et de me coucher ridiculement tôt. Seule. Travailler plus de soixante-dix heures par semaines me faisait rêver de dormir, pas de m’amuser. Cela ne faisait que quelques mois que j’étais arrivée à Cutthroat et tous mes collègues se montraient aussi accueillants qu’attentionnés, mais je restais une curiosité. Tout le monde ne sortait pas diplômée de l’école de médecine à vingt-deux ans, ni ne terminait son internat en chirurgie à vingt-cinq.

La plupart des infirmières étaient plus âgées que moi. Les aides-soignantes aussi. Certains patients paniquaient à l’idée qu’on me laisse manier un scalpel à mon âge.

Une infirmière des urgences nommée Helen s’arrêta devant moi. « Un dernier pour la route ? » Je contemplai l’expression désolée sur son visage à l’idée de me confier un patient de plus. Pour une petite ville, nous avions eu une journée bien remplie. La pleine lune, peut-être ?

Je grognai intérieurement en attrapant mon stéthoscope sur mon bureau pour l’enrouler autour de mon cou. « Bien sûr, pas de problème. » Je pouvais bien supporter davantage. Ce n’était pas comme si mes projets de lire sur mon canapé allaient s’envoler.

« Examen de la prostate. » Elle remua le coin de sa bouche, mais ce fut son seul signe d’amusement. Nous étions des professionnels, peu importe la pathologie du patient, même si glisser mon doigt dans le rectum d’un inconnu ne faisait pas partie de mes loisirs préférés. « Son troisième de l’année. Comme tu es nouvelle, tu n’as pas encore rencontré Mr Marx, l’hypocondriaque de Cutthroat. »

Je connaissais les personnes comme lui, celles qui lisaient trop d’articles sur internet et se faisaient peur jusqu’à atterrir en salle d’opération ou qui se sentaient seules et demandaient un supplément d’attention. Un examen de la prostate me faisait pencher pour la première catégorie, espérons. « Je m’en occupe. 

— Chambre trois. »

Je me dirigeai vers la chambre en question et entrai. « Bonjour, pardon de vous avoir fait attendre. J’ai eu une urgence au bloc opératoire. Je suis le Dr—»

Je m’arrêtai net dans mes salutations habituelles à la vue du patient. Il ne ressemblait en rien à l’homme de soixante ans apeuré que j’avais imaginé. Grand, sombre et séduisant étaient les premiers qualificatifs qui me seraient venus pour décrire l’homme devant moi, mais il évoquait tellement plus. Grand, il me dépassait bien de trente centimètres. Les cheveux noirs, trop longs de quelques semaines. Rasé de près, même s’il pourrait recommencer bientôt. On aurait pu mesurer des angles avec sa mâchoire carrée. Il portait un débardeur et un jean qui le moulaient à la perfection—offrant chacun de ses muscles à la vue de tous. Il me faisait penser à Khâl Drogo, le roi Dothraki de ma série préférée, mais en plus jeune. Et son regard, pénétrant, sombre, inquisiteur était rivé sur moi.

J’ignorais d’où me venait cette déviance soudaine, mais je remarquai un tatouage sur son poignet. Noyée dans les effluves aseptisés de l’hôpital, je perçus son odeur masculine et boisée. Il sentait le mauvais garçon à plein nez—pas l’hypocondriaque—sans même avoir dit un mot. Et mon corps y répondit. S’enflamma.

De désir.

Je réalisai que j’étais là, à le reluquer… la bouche ouverte. Mes joues s’enflammèrent quand je réalisai mon attitude. Je ne reluquais jamais personne, mais encore une fois, je n’avais jamais vu un homme aussi canon auparavant. « Excusez-moi, je suis le Dr. Smyth, » répétai-je, terminant enfin ma phrase.

Un sourcil sombre remua quand il me regarda. Je me sentis nue, et mes tétons décidèrent de pointer, ce qui n’était encore jamais arrivé, ou du moins pas à cause d’un homme. Et encore moins à cause d’un patient.

« Vraiment ? »

Je levai la tête et répondit ma tirade habituelle. « Et oui. Vous me pensez trop jeune pour être médecin ? Mais ne vous inquiétez pas, vous n’êtes pas mon premier patient.

— Non, j’aurais juste pensé que le Dr. Sam Smyth serait un homme. »

Je fronçai les sourcils, en me demandant comment il connaissait mon prénom, mais il avait dû le lire sur mon badge accroché au col de ma blouse. J’approchai de l’ordinateur et affichai les données du patient, je savais ce que j’avais à faire. « Sam est le diminutif de Samantha. Descendez votre pantalon et votre caleçon, je vous prie. »

Il écarquilla les yeux. « Ça c’est nouveau, » dit-il.

Je me dirigeai vers le lavabo, et pompai un peu de savon sur mes mains en regardant par-dessus mon épaule. « Oh ?

—C’est moi qui dit ça d’habitude.

—Vous êtes médecin ? »

Il rit à cette idée. « Non. Je suis du genre à aimer prendre les décisions. » Il pencha la tête sur le côté et m’étudia, me transperçant de son regard sombre. « Mais j’aime bien l’idée que ce soit vous qui preniez le contrôle. »

Je clignai des yeux pour penser à autre chose en attrapant une serviette en papier et le regardai croiser les bras. Le coin de sa bouche remua, il prenait manifestement plaisir à me taquiner. Je ne me sentais pas du tout aux commandes de quoi que ce soit.

« Très bien, descendez votre pantalon et votre caleçon, je vous prie.

—Je n’en porte pas, » répliqua-t-il.

Je m’arrêtai, les mains à moitié sèches en digérant ses paroles avant de fixer la toile de son jean en imaginant ce qui se trouvait juste en-dessous.

Je m’éclaircis la voix et essayai de garder toute ma conscience professionnelle, bien que je sois très intéressée par l’idée de découvrir ce qu’il y avait en dessous. Et ce petit cul, wahou. Mes seules pensées suffiraient à me faire perdre ma licence. « Alors descendez votre jean. Je ferai vite.

—Avec vous ? » Il me regarda encore. « Ouais, ce sera bien trop rapide. La première fois du moins. »

La première fois. Il ne parlait pas de son examen de la prostate.

Ses mains descendirent vers sa boucle de ceinture et je le regardai la défaire, puis tirer sur le bouton et descendre la glissière. On aurait dit qu’il s’exécutait au ralenti, ses mains puissantes descendant son jean le long de ses hanches jusqu’à ce qu’il soit libre.

Nom d’un chien.

J’avais déjà vu un pénis auparavant. J’étais médecin. J’en avais même déjà vu un en érection, mais aucun n’avait ruiné ma petite culotte et asséché ma bouche comme celui-ci. Il était long, large. Et dur. Très très dur. Il pointait vers moi depuis une touffe de poils sombres. Il était de couleur rouge foncé avec une grosse tête, une petite fente à l’extrémité.

« Au fait, je m’appelle Mac, dit-il, sa voix profonde mettant fin à ma… rêverie. Je pensais que ce serait mieux de connaitre nos prénoms respectifs avant d’aller plus loin. »

Mon regard plongea dans le sien. Il ne semblait pas embarrassé le moins du monde. Mais là encore, il n’y avait aucune raison d’être embarrassé. Je me demandai comment il faisait pour marcher avec un engin pareil entre les jambes. Les parois de ma féminité se resserrèrent en imaginant ce qu’un monstre pareil pourrait faire en moi.

J’eus envie d’avancer la main et de le toucher, de découvrir si la peau tendue était aussi douce que je l’imaginais. Si je le caressais, pourrait-il jouir ?

« Mac, » répétai-je en sortant de ma rêverie.

Ce type était diabolique. Un parfait mauvais garçon. Il n’éprouvait aucune honte à exhiber sa virilité, ni son intérêt manifeste pour moi. Je pourrais lui sauter dessus et le chevaucher. Il était définitivement partant.

« Mes yeux sont plus hauts, dit-il.

— Oh merde, » murmurai-je en tournant les talons à cet homme—et à son pénis. Je n’avais aucun autre moyen de ne pas le regarder. J’attrapai une paire des gants dans une boîte accrochée au mur et les enfilai en essayant tant bien que mal de dissimuler mon embarras. Et mon excitation.

Quel genre de docteur disait merde devant ses patients ?

« Vous m’avez fait descendre mon pantalon. Comme c’est vous qui décidez—pour cette fois—qu’est-ce-que vous voulez exactement que je fasse ? demanda-t-il. Peu importe ce que vous êtes sur le point de faire, vous semblez gentille, mais ne vous inquiétez pas, j’aime bien que ça secoue un peu. »

Putain de merde. Décidément, rien ne se passait comme prévu. Concentre-toi ! Un examen de la prostate. Je me demandai si son cul était aussi ravissant que son–

« Doc ? »

Je m’éclaircis la voix. « Je vais vérifier votre prostate. Selon votre dossier, ce n’est pas la première fois. Ne vous inquiétez pas, j’ai de petits doigts. » Je les agitai devant lui pour qu’il les voie. « Les hommes disent généralement qu’ils me préfèrent au Dr Neerah. »

Il leva les mains en bouclier devant lui. « Wahou Doc, je n’ai aucune doute que je vous préférerai au Dr Neerah, comme à tout autre personne. »

J’ouvris un tiroir et en sortit un linge propre. « Tenez. Comme vous êtes… excité, il est possible que la stimulation de la prostate vous fasse éjaculer pendant l’examen. Descendez encore votre pantalon et penchez-vous sur la table d’examen.

— Vous êtes sérieuse, » dit-il sans bouger.

Je fronçai les sourcils. « Bien sûr. Il ne faut pas avoir honte de quoi que ce soit si ça arrive, Mr Marx. Je suis médecin.

— Vous avez raison. Il n’y a aucun doute que je cracherai ma lave quand vous poserez vos mains sur moi, mais je pense qu’il y a erreur.

— Oh ?

— Je ne suis pas Mr Marx. Comme je vous l’ai dit, je suis Mac. Je suis le garagiste de la ville. La personne à l’accueil m’a bien dit de venir vous attendre dans cette pièce, mais pas pour que vous mettiez votre ravissant petit doigt dans mon cul.

— Mais pourquoi n’avoir rien dit quand je vous ai demandé de baisser votre pantalon ? répliquai-je en remettant mes lunettes en place.

— Quand une jolie fille me demande de baisser mon pantalon, je m’exécute. »

Je rougis à ces mots, ressentant presque un sentiment de vanité à l’idée qu’il me trouve jolie. Ce qui était un total mensonge. Et son pénis était toujours sorti.

« Qu’est-il arrivé à Mr Marx ? » demandai-je, incertaine de la suite à donner à son commentaire.

Il haussa ses larges épaules en se remettant en place dans son jean après l’avoir remonté. « Un petit bonhomme nerveux avec une raie sur le côté ? » Il a dit à l’infirmière qu’il allait aux toilettes. Mais je crois qu’il s’est sauvé. Je me demande pourquoi maintenant que je vous ai vue, sans compter ce que vous allier faire. »

J’aurais dû me sentir totalement offensée, mais ce n’était pas le cas. D’une certaine manière, ses mots ne me rabaissaient pas. Ils me faisaient me sentir… attirante, ce qui était complètement ridicule. Je portais une blouse d’hôpital, mes lunettes, je n’étais pas maquillée et mes cheveux étaient attachés en queue de cheval depuis les douze dernières heures. Je sentais fort le savon médical et surtout, je portais des gants d’examen et un tube de gel lubrifiant.

Tout cela me rappela que, pour un homme comme lui, je n’étais pas une femme, mais une conquête. Il y avait d’autres femmes plus séduisantes travaillant à l’hôpital, des femmes plus ouvertes, ayant moins l’air intello que moi. A l’instar du Dr Knowles, le chef de la chirurgie, qui avait des vues sur moi. Et ce type, Mac ? Lui aussi semblerait-il.

Mais si le Dr Knowles me donnait envie de prendre une douche, Mac me donnait envie de lui tenir compagnie sous la douche. Et cela me frappa comme un coup au visage quand je réalisai que cela n’intéresserait pas le grand et séduisant costaud devant moi, pas plus que tout autre interaction impliquant la chirurgienne un peu débile et toujours vierge.

Il avait été excité. Par moi. Moi.

« Qu’attendez-vous de moi exactement ? demandai-je, confuse. Et je veux dire dans cette salle d’examen ?

— Je n’ai aucune idée de ce que je fais là. » Il leva les deux mains vers le plafond. « La sécurité de l’hôpital m’a appelé il y a une heure. Je pense qu’ils font des rondes régulières. Ils ont vu que votre voiture avait un pneu à plat. Ils voulaient que je prenne contact avec vous pour le réparer.

— J’ai un pneu à plat ? » répondis-je un peu bêtement. Je connaissais les types de la sécurité. Ils me raccompagnaient à ma voiture quand je terminais mon service au milieu de la nuit. Le fait qu’ils se souviennent de ma voiture et qu’ils aient remarqué le pneu crevé me rappela une nouvelle fois pourquoi j’avais déménagé à Cutthroat.

« Et vous êtes venu le réparer, compris-je enfin.

— C’est exact. Maintenant vous voulez bien lâcher ce tube de lubrifiant ? »

Je fermai les yeux et pris une grande inspiration. « Je suis foutue, » soupirai-je. La morgue était un étage plus bas, une pensée réconfortante de savoir que si je mourrais d’embarras, mon corps n’aurait pas à aller trop loin.

Mac s’avança vers moi et me prit le lubrifiant des mains. J’ouvris grands les yeux en regardant son sourire diabolique. « Bien foutue, si vous voulez l’avis d’un expert. »

2

MAC

« Putain, t’étais où ? » demanda Hardin quand je remontai dans la cabine de la dépanneuse. Son regard noir aurait effrayé la plupart des gens, mais pas moi. Tout comme sa taille. Il était taillé comme un bucheron et portait la barbe assortie.

J’étais parti assez longtemps pour que la chaleur s’échappe de la cabine et nos souffles prenaient la forme de petits nuages blancs. Nous n’étions qu’en novembre et l’hiver allait certainement être rude.

Je ris en mettant le moteur en route, tout en essayant de faire redescendre ma queue. « Tu ne me croirais pas si je te le disais.

— Essaye un peu pour voir. Je suis resté des heures sans rien foutre. »

Ce n’était pas un fana d’électronique et il utilisait rarement son téléphone portable pour autre chose que téléphoner. Je doutais qu’il sache ce qu’était une application ou, s’il le savait, il refusait farouchement de l’avouer.

« Je vois que tu as encore oublié ton livre dans ton sac à main à la maison, » rétorquai-je. Quand son regard s’assombrit encore, j’ajoutai. « Très bien. » Me retournant sur mon siège, je reposai ma main sur le volant et lui racontai toute l’histoire.

Ses sourcils étaient remontés sous la visière de sa casquette d’ici la fin de mon récit.

« Tu étais parti annoncer à un type que tu allais lui changer une roue et à la place, tu t’es retrouvé avec une femme qui voulait te titiller la prostate ? C’est toujours pour toi les bons plans, » marmonna-t-il.

Je remuai et passai la première. « Oh, tu en récolteras les fruits. Cette fille… C’est la bonne. Sans aucun doute.

— La bonne. » Il rit. Comme je ne réagis pas, il poursuivit. « Vraiment ? La bonne ? Tu penses que juste parce que tu as sorti ta bite devant elle, elle va vouloir nous prendre tous les deux ? »

Je secouai la tête. J’avais ressenti la même chose il y a vingt minutes. J’avais espéré, sans jamais vraiment m’y attendre, trouver une femme prête à se lancer dans une histoire d’amour avec deux hommes. Une nuit sauvage à cocher sur notre liste d’objectifs, certainement, mais pour l’éternité. Cy Seaborn et Lucas Mills avaient commencé une telle histoire avec Hailey Taylor, la championne de ski. Ce n’était pas une rumeur. Ils l’avaient confirmé devant moi quand j’avais dépanné le 4x4 d’Hailey il y a quelques temps. J’étais content pour eux et jaloux au possible. Pas parce que je désirais Hailey, mais parce que je rêvais de cette connexion qu’ils semblaient partager.

Je sentais dans mes tripes que la petite chirurgienne était faite pour nous, malgré le ridicule de notre rencontre. Je n’allais pas me battre avec Hardin. Il s’en rendrait compte bien assez tôt. « Tu verras. Troisième rangée, cinquième voiture en partant de la gauche. Un 4x4 Honda blanc, murmurai-je à moi-même.

— De quoi ? demanda-t-il en regardant par la fenêtre.

— C’est là que se trouve sa voiture.

— Quelle genre de personne sait exactement où elle s’est garée ? »

Je ris en pointant sa voiture du doigt pour nous arrêter devant, exactement où elle l’avait dit.

« La petite femme médecin, répondis-je. Elle est l’essence-même d’une femme. Précise. Intelligente, belle, organisée. Rigoureuse. Superbe de manière subtile. Et putain qu’elle est jeune. »

Quand la sécurité de l’hôpital avait appelé pour me dire qu’un de leurs médecins avait un pneu à plat, Sam Smyth, je n’aurais pas imaginé Sam Smyth. J’étais bien sûr pour les femmes médecins, mais celle-ci m’avait mis au pied du mur. Ma bite en avait d’autant apprécié la surprise. Et le reste de mon être. J’avais vu au-delà de ses cheveux emmêlés et de ses lunettes. Sans maquillage, elle avait cet air de fille d’à côté. Elle n’avait rien fait pour me faire bander. Aucun artifice. Je doutais qu’elle sache seulement comment flirter. Mais cette personnalité coincée, et merde, ces lunettes. C’étaient elles qui avaient transformé ma bite en tuyau de plomb dans mon pantalon. Et quand elle m’avait demandé de descendre mon pantalon, je n’avais pas hésité. Ma queue avait crié ON SORT ! bien que je n’aie eu aucune idée des raisons qui auraient pu pousser cette petite chose à vouloir mon pantalon sur mes chevilles alors que je venais changer sa roue.

« Tout l’opposé de toi, répliqua Hardin.

— Sans aucun doute. Elle est censée me—nous—retrouver ici. Elle doit d’abord rattraper un patient en fuite. »

Avant que je parte, le Dr Smyth… Sam… m’avait indiqué l’emplacement exact de sa voiture—et même le numéro d’immatriculation—avant de dire qu’elle me retrouverait sur le parking mais qu’elle devait d’abord retrouver Mr Marx. J’en déduisis que la fuite n’était pas la meilleure option pour un patient. Je réalisai que cela ne m’enchantait pas que la séduisante chirurgienne retrouve le vieux bonhomme pour lui caler un doigt dans le cul. Putain, je savais que c’était son métier, mais quand même. C’était sur moi que je voulais qu’elle pose ses mains.

Quel type voudrait se battre avec un canon comme elle ? Si elle voulait que je baisse mon pantalon, alors qu’il en soit ainsi. Point barre.

Je coupai le moteur du camion et sautai de la cabine pour constater l’étendue des dégâts, et si une rustine suffirait pour regonfler le pneu. Hardin me suivit. Je m’accroupis devant le pneu pour regarder de plus près.