Mercados del lujo, mercados del arte - AAVV - E-Book

Mercados del lujo, mercados del arte E-Book

AAVV

0,0
15,99 €

Beschreibung

¿Qué es el lujo? ¿Qué es lo superfluo? Es evidente que el límite entre lo necesario para sobrevivir y aquello que va más allá, ha cambiado sustancialmente a lo largo de la historia. Este volumen recoge veinticuatro artículos que, desde distintos puntos de vista, analizan el fenómeno del lujo en todas sus expresiones y con sus múltiples implicaciones: desde los clientes y promotores a los ejecutores de las obras; desde los espacios arquitectónicos a los libros o los pequeños objetos, sin olvidar la preocupación de las autoridades políticas por los gastos superfluos de sus vecinos. Este estudio es el resultado de un proyecto de investigación centrado en el análisis del consumo suntuario en la Baja Edad Media en el espacio geográfico que abarca de Aviñón a Valencia, fruto de dos congresos celebrados en 2010 en la Universitat de València y en la Université de Toulouse.

Sie lesen das E-Book in den Legimi-Apps auf:

Android
iOS
von Legimi
zertifizierten E-Readern

Seitenzahl: 1344

Bewertungen
0,0
0
0
0
0
0



Esta publicación no puede ser reproducida, ni total ni parcialmente, ni registrada en, o transmitida por, un sistema de recuperación de información, en ninguna forma ni por ningún medio, ya sea fotomecánico, fotoquímico, electrónico, por fotocopia o por cualquier otro, sin el permiso previo de la editorial.

 

 

© Los autores, 2015© Universitat de València, 2015www.uv.es/[email protected]

Maquetación: Textual IM

Ilustración de la cubierta: Cristo entre Pilatos,Tabla de Francesc d’Osona.Museo de Bellas Artes de Valencia

Diseño de la cubierta: Celso Hernández de la Figuera

ISBN: 978-84-370-9776-3

ÍNDICE

Mercados del lujo, mercados del arte, Juan Vicente García Marsilla.

Un autre marché du luxe, le goût des élites méditerranéennes d’Avignon à Valence aux XIVe et XVe siècles, Sophie Brouquet

PROMOTORES Y CLIENTES DEL LUJO

Élites et consommation de luxe dans le Midi à la fin du Moyen Âge, Sophie Brouquet

Clientes de calidad y mercado artístico en la Corona de Aragón me-dieval, Francesca Español Bertran

Iniciativa privada i promoció de l’art. Els retaules gòtics de Mallorca, Tina Sabater

EL LUJO DE LA MEMORIA. LIBROS Y ESCRITURA

Superficies del lujo: lectura periférica del libro renacentista, María Luisa López-Vidriero

IACTANTIÆ LIBROS QVÆRVNT. Libros de lujo en el otoño medieval, Francisco M. Gimeno Blay

El Conde Lucanor y el unicornio. El libro como elemento de osten-tación en la Zaragoza de finales del siglo XV y principios del XVI, Miguel Ángel Pallarés Jiménez

Le Pontifical de Narbonne: nouvelles recherches, Émilie Nadal

El Salterio-Libro de Horas del rey Alfonso V de Aragón: algunas re-flexiones sobre su organización textual y el programa iconográfico que lo ilustra, Josefina Planas

LOS ESPACIOS DE LA OSTENTACIÓN

Los ojos de la arquitectura. Espacios para ver y ser visto, Luis Arciniega García

De bona fusta dolrada per mans de mestre: techumbres policromadas en la arquitectura valenciana (siglos XIII-XV), Amadeo Serra Desfilis y Teresa Izquierdo Aranda

Pigments rares, matériaux précieux et procédés techniques élaborés: l’expression d’un raffinement certain dans la peinture murale mé-ridionale du XIVe siècle, Virginie Czerniak

Luxe i interior domèstic a la Mallorca dels segles XIV-XV, Maria Barceló Crespí

Quel luxe dans l’habitat civil toulousain des XIVe et XVe siècles? Les ambigüités de l’orfèvrerie, Véronique Lamazou-Duplan

LA RIQUEZA DE LOS OBJETOS

Argenters i marxants de «coses de grans preus» a la cort d’Aragó (ca. 1380-1420), Joan Domenge i Mesquida

Le corail, production et circulation d’un produit de luxe à la fin du Moyen Âge, Bernard Doumerc

La producción y el comercio de tejidos de seda en la Corona de Aragón en el siglo XV, Germán Navarro Espinach

El gusto por lo exótico. La percepción del lujo a través del registro arqueológico de la Valencia medieval, Javier Martí

L’especieria, el luxe com a ofici, Carles Vela Aulesa

Dulzores orientales para traumas postpestilenciosos. Importaciones de azúcar en Barcelona durante el bienio de 1349-1350, Antoni Riera i Melis

INTERCAMBIOS, MODAS Y CONTACTOS

À la cour pontificale d’Avignon, la chapelle du pape, Roberte Lentsch.

La novedad de lo desconocido. Las aportaciones foráneas como elemento de lujo y ostentación en los retablos medievales valencianos, Matilde Miquel Juan

Un groupe de Vierges à l’Enfant entre Languedoc et Catalogne: diffusion d’un type iconographique, Charlotte Riou

LOS LÍMITES DEL LUJO

Il disciplinamento del lusso fra Medioevo ed Età moderna: obiettivi, strumenti e confronti, Maria Giuseppina Muzzarelli

Ordenando el lujo. Ideología y normativa suntuaria en las ciudades valencianas (siglos XIV y XV), Juan Vicente García Marsilla

IntroducciónMERCADOS DEL LUJO, MERCADOS DEL ARTE

Juan Vicente García Marsilla

¿Qué es el lujo? ¿Qué es lo superfluo? Es evidente que la concepción del límite entre lo necesario para sobrevivir y aquello que va más allá, que es prescindible, ha cambiado sustancialmente a lo largo de la historia, de manera que esa frontera tiende a hacerse cada vez más borrosa. En tiempos de crisis como los que ahora padecemos se pone especialmente en cuestión la conveniencia de ciertos dispendios, que se asocian con la corrupción y el descontrol financiero, mientras al mismo tiempo, desde los «mercados» y los gobiernos, se obliga a un sector importante de la población a renunciar a bienes y servicios que considerábamos ya como derechos inalienables y que ahora parece que vuelven a ser catalogados en el apartado de «lujos» al alcance de unos pocos. En todo caso, la industria de aquello que tradicionalmente consideramos como gastos suntuarios no se ha resentido especialmente con la recesión actual, sino que, bien al contrario, la polarización de la riqueza en manos de un grupo reducido ha hecho que las inversiones en ese sector hayan incluso crecido.

Así, en nuestra sociedad actual, una vez más, el concepto de lujo ha demostrado su extraordinario dinamismo y los sociólogos y los periodistas de moda sobre todo han comenzado a hablar de un «lujo que ha perdido su esplendor»,1 en el sentido de que antes las marcas más cotizadas no salían del núcleo estricto de una aristocracia del dinero y del «estilo», mientras que la globalización del mercado ha hecho que se vulgaricen, y de esta manera se bastardee el sentido tradicional del lujo, asociado a la pericia artesanal y a la exclusividad. Ahora, la fabricación en serie, normalmente bajo aberrantes condiciones de explotación en países del Tercer Mundo, de estas marcas, las ha popularizado hasta cierto punto, de manera que lo que se compra poco tiene ya que ver con el lujo artesanal, que predominaba hasta hace sólo unas décadas, y ha pasado a ser únicamente una imagen, una ilusión de pertenencia, en realidad ya muy masificada.

La discusión sobre estos procesos demuestra, en todo caso, la actualidad del tema del lujo, y la necesidad de una reflexión sobre él desde un punto de vista histórico. Sin embargo, reducir el debate a lo meramente económico significaría empobrecerlo considerablemente, ya que en el consumo de bienes exclusivos se proyecta toda una serie de factores –sociales, políticos, de comunicación, religiosos incluso–que acaban creando una tupida trama ideológica en torno a él. Especialmente si consideramos, como hemos insinuado, que el concepto de lo lujoso es cambiante por naturaleza, que está muy relacionado con aquello que Pierre Bourdieu llamó la «distinción», la cual implica, ante posibles cambios en la estructura social, la necesidad de un «gusto» reconocido y sancionado por las elites, que diferencie a aquellos que saben gastar su dinero de los que carecen de la formación necesaria para consumir «con estilo», sobre todo porque hace poco que han llegado a ese estatus privilegiado.2 Sin duda en este aspecto, y en el de la asociación de los objetos lujosos con la destreza artesanal de la que hemos hablado, la historia del lujo se cruza con la historia del arte, y al menos en uno de sus sentidos, toda obra de arte se convierte de alguna manera en un bien suntuario. Por eso, aún en los siglos finales de la Edad Media, que constituyen el arco cronológico en el que se centran los estudios de este volumen, la arquitectura, los retablos, los libros miniados o las esculturas, por mucho que estuvieran concebidos en origen para satisfacer otras necesidades, de tipo espiritual, cultural o simplemente doméstico, llevaban implícito un cierto sentido del lujo por muchas razones.

De esta manera, y entendiendo hasta qué punto podían converger en este tema los intereses de estudiosos provenientes de distintas áreas de conocimiento, en la primavera de 2009, durante mi estancia en la Université de Toulouse-Jean Jaurès, Sophie Brouquet y yo mismo llegamos a concebir un proyecto de investigación que tuviera como objetivo los mercados del lujo y el arte en los siglos finales de la Edad Media en un ámbito espacial que había sido visto en general hasta el presente como secundario: el arco noroccidental del Mediterráneo. Como más tarde desarrollará la doctora Brouquet en este mismo volumen, se trataba de una región que había quedado tradicionalmente a la sombra de las dos grandes potencias urbanas y artísticas del período, Flandes e Italia, pero en la que tanto la abundancia de piezas como la riqueza de sus archivos demostraban la gran potencia de su peculiar mercado. De ahí surgieron dos convocatorias a congresos que reunieron básicamente a especialistas de uno y otro lado de los Pirineos. La primera en Valencia en septiembre de 2010, en el Congreso Internacional «Mercats del luxe, mercats de l’art. La Corona d’Aragó i la Mediterrània en els segles XIV i XV», y la segunda en Toulouse a finales de noviembre del mismo año, titulada «Un autre marché du luxe: le gout des élites méditerranéennes aux XIVe et XVe siècles». La conclusión, y la expresión más palpable de estos años de trabajo y discusiones, es ahora este volumen, al que han contribuido estudiosos que participaron en ambos congresos, aunque no todos por desgracia, y algunos que no pudieron estar presentes en ellos, pero que han desarrollado sus investigaciones en este ámbito y se han unido al proyecto.

En total son veinticuatro artículos que se han organizado en seis bloques temáticos. En el primero, «Promotores y clientes del lujo», se ha tratado de identificar a los protagonistas de aquel mercado del lujo, a aquellos que, por uno u otro interés, lo animaron y le dieron forma, y se han venido a perfilar las características particulares de esta región de Europa, en la que las clases urbanas tenían un papel tan destacado o más que los miembros de la nobleza en el patronazgo artístico y en la búsqueda de objetos suntuarios. Lo demuestra Sophie Brouquet en el caso occitano, centro productor de lujo, pero también importador de obras del norte, que a menudo se cambiaban por el pastel del Lauragais o por otras mercancías del Midi; y lo corrobora igualmente Francesca Español cuando se acerca a los «clientes de calidad» de la Corona de Aragón, convertidos en epicentro de la innovación artística con su deseo de asombrar a sus conciudadanos y de dejar huella de su existencia. Algo que encontramos igualmente en Mallorca, donde Tina Sabater sitúa en torno a la década de 1370 el arranque del boom de la promoción privada de retablos –una década, por cierto a la que deberemos prestar especial atención en todos los territorios de la Corona–, el cual, en las islas, vino acompañado de un giro hacia Italia, probablemente relacionado con la consolidación de las rutas mercantiles mediterráneas en estos momentos.

Un segundo bloque «El lujo de la memoria. Libros y escritura», se centra en ese sector concreto de la demanda artística y suntuaria, aquel que presenta de forma inequívoca una mayor dimensión cultural y literaria. Sin embargo, la aproximación al libro comienza, en el texto de María Luisa López-Vidriero, desde fuera, desde su lujosa encuadernación, que hacía que los tesoros del saber lo fueran también del placer estético y del refinamiento artesanal. Si abrimos ahora los volúmenes y los hojeamos, nos encontraremos con cuidadas vitelas, armónicas caligrafías y exquisitas miniaturas. Francisco Gimeno se pregunta así qué factores eran los que convertían un libro en un ejemplar lujoso, y analiza los diversos tipos de códices de alta gama que se podían obtener en el mercado tardomedieval, así como los diferentes procesos que podían llevar a su fabricación. De hecho, el siglo XV es el escenario de una transformación fundamental en la historia del libro, con el nacimiento de la imprenta de tipos móviles. Miguel Ángel Pallarés, reconocido especialista en el estudio de los primeros pasos del libro impreso en la Península, comprueba la convivencia del manuscrito y el incunable en Zaragoza, una ciudad considerablemente más alfabetizada que su entorno rural, donde los libros llegaban junto con otras mercancías de alto precio, como parte de un comercio internacional en el que participaban alemanes, franceses y flamencos, junto con los propios negociantes aragoneses. En cambio, las dos últimas contribuciones de este capítulo se centran en el estudio minucioso de alguna de estas obras exquisitas: Émile Nadal en el Pontifical de Narbona, y Josefina Planas en el Salterio-Libro de Horas de Alfonso el Magnánimo. En ambos se analiza la complejidad de la comanda de uno de estos libros y el reflejo en ellos de las redes de relación que han podido unir a artistas y clientes, así como se indagan las devociones que en ellos se reflejan y las posibles influencias en ellos de otras obras del mismo tipo.

Del universo minucioso del libro se pasa en el siguiente bloque en cambio a los grandes escenarios, a las construcciones, a los palacios y sus decoraciones, recogidos bajo el título «Los espacios de la ostentación». Aquí vemos como lo doméstico se mezcla con lo público, como la vivienda se imbrica con su entorno urbano inmediato, a través de esos «ojos de la arquitectura» a los que se refiere Luis Arciniega, las ventanas, en tanto son elementos para ver y ser visto, y dicen mucho del propietario del edificio. En su interior el lujo se muestra en primer lugar en la calidad de la construcción, y especialmente, en el Mediterráneo, en las ornamentadas techumbres de madera, oro y geometría, en las que la destreza de carpinteros y pintores se ponía al servicio del boato de la casa. Amadeo Serra y Teresa Izquierdo estudian algunos de los alfarjes y cubiertas que sobreviven, pero dan noticias de muchos más que se han perdido. En conjunto aquellas estructuras debieron ofrecer abundante trabajo a unos artistas mucho más al servicio de lo privado de lo que se podría suponer.

Algunas de aquellas viviendas disponían también de pinturas en sus paredes, que llegaban incluso a dar nombre a las estancias en los palacios más importantes. No obstante, el marco habitual de estos murales solía ser la iglesia, y en ella en los últimos siglos de la Edad Media se asiste a un enriquecimiento técnico de dichas obras, con una clara tendencia a mostrar un aspecto más suntuoso, como lo observa Virginie Czerniak en su contribución, por la que desfilan halos de santos ricamente trabajados, y personajes vestidos con lujosas ropas, todo al gusto de los comitentes occitanos que gastaban ingentes cantidades en demostrar a sus conciudadanos la potencia de su linaje.

Pero volviendo a la vivienda nos encontraremos con unos interiores que poco a poco se van «vistiendo» con muebles, tapices y un sinfín de objetos que vendrán a sustituir a la austeridad de los siglos anteriores en aquellos hogares que se lo pudieran permitir. Los ejemplos nos los proporcionan aquí Mallorca y Toulouse, dos mundos distintos aunque con numerosos puntos en común. María Barceló nos presenta en la isla una cultura material rica y multiforme, que se beneficia de la encrucijada de rutas marítimas que allí convergen, y en cuyas casas se encuentra un cosmopolita abanico de piezas venidas prácticamente de todo el mundo conocido. También en Toulouse los inventarios de los potentados denotan su riqueza, que se expresa en este caso especialmente en las joyas y otros objetos de metales preciosos, analizados por Véronique Lamazou-Duplan.

Estos panoramas del lujo doméstico detallados por los notarios nos llevan al siguiente bloque, centrado en el objeto, en esas pequeñas cosas de alto precio que demostraban el buen gusto de sus dueños. Las aproximaciones aquí son muy variadas, como corresponde al perfil científico de los autores de los artículos, desde la historia del arte a la arqueología o la historia de la alimentación, por poner sólo algunos ejemplos. Así Joan Domenge se aproxima a la corte real aragonesa y a sus joyas más preciadas, para cuya obtención se recurría ya a auténticos marchantes de «coses de grans preus», con las que a menudo se sellaban importantes momentos de la vida curial, como bodas, nacimientos de infantes o embajadas. En el mismo gran tráfico de piezas caras hay que situar el comercio del coral, que hizo la fortuna de algunas islas del Mediterráneo central, como Cerdeña, aunque en su uso se funden condicionantes económicos con otros más espirituales o supersticiosos, que convierten al coral en un remedio contra el mal de ojo y un elemento para la plegaria en los paternostres o rosarios que con él se fabricaban. Bernard Doumerc nos lo explica, sin dejar de lado el carácter ornamental de este material, cuya historia define como la de «un encantamiento».

La capacidad de esta demanda de lujo para generar nuevos sectores productivos, pero también los obstáculos que se presentaban a su desarrollo, se observan en cambio en la contribución de Germán Navarro, centrada en la manufactura sedera. Una industria que se expandió por la Corona de Aragón a través de la inmigración de artesanos genoveses que trataron de asentarse sin éxito primero en Barcelona, para acabar echando raíces en Valencia. Esta ciudad vivió así el despegue de la sedería desde mediados del siglo XV y encontraría mercados para la exportación en otras urbes, como Zaragoza, caracterizándose el sector por una continua búsqueda de nuevos diseños y de mejores calidades.

Es realmente interesante, sin embargo, comprobar a través del registro material que proporcionan las excavaciones arqueológicas la pervivencia de algunas de aquellas piezas suntuarias que nos acercan a su realidad tangible, al tiempo que abren nuevos interrogantes sobre su uso y consumo. El artículo de Javier Martí se basa de hecho en los hallazgos de época medieval que se han realizado en la ciudad de Valencia. Como el autor indica, es realmente raro que algo de mucho valor se abandonara o perdiera para que los arqueólogos puedan encontrarlo siglos más tarde. En este caso pues, el concepto de «lujo» tiene más que ver con lo exótico, con lo excepcional en el contexto del yacimiento, en lo que encajan piezas como la cerámica llegada de Oriente, piezas talladas en hueso o colgantes de azabache y cristal de roca.

Menos duraderas solían ser las sustancias que vendían los especieros, pero no menos caras. Carles Vela analiza así el entorno de la botica, repleto de mercaderías llegadas de tierras lejanas, a muchas de las cuales se les atribuían propiedades casi milagrosas. Con todo, tal y como demuestra el autor, era más el saber de estos reputados conocedores de la naturaleza, su habilidad para mezclar distintos elementos y crear medicinas, ungüentos o recetas para el público, la que hacía que su género adquiriese un valor. En ese sentido, tanto como exotismo, el especiero vendía también conocimiento. Las preocupaciones terapéuticas se retoman igualmente en el texto de Antoni Riera, pero en este caso desde el punto de vista de la Historia de la Alimentación, ligando hábilmente la historia del azúcar, un producto reputado como medicinal pero sobre todo extremadamente caro y exótico en sus inicios, con las oleadas de peste. Sin embargo, para Riera, fue más la nueva valoración de los placeres de la mesa, propiciada en parte por el trauma epidémico, que cualquier consejo de los galenos, lo que impulsó la difusión de este nuevo lujo.

El penúltimo bloque se dedica en especial a la dimensión intrínsecamente internacional del lujo, asociado a la búsqueda de novedad, a menudo llegada del exterior. Bajo el epígrafe «Intercambios, modas y contactos» se reúnen tres artículos que tienen en común esa apertura a las modas foráneas como elemento de distinción, especialmente en el mundo del arte. Roberte Lentsch reconstruye la pompa de la corte pontificia de Avignon, a la que tradicionalmente se le ha otorgado una gran importancia como motor de la innovación en el período del gótico internacional. Sobre todo la capilla, con sus paramentos y sus colores, que componían la imagen magnífica de unos papas que aspiraban a regir la Cristiandad como un estado transnacional. El artículo de Matilde Miquel se centra en cambio en la pintura, y explica cómo en la Valencia en torno a 1400 la procedencia foránea de los pintores era para ellos un plus que hacía que la clientela los buscara por sus novedades, por sus soluciones nunca vistas. La siguiente generación, formada ya por artistas locales, hará cristalizar como elementos del estilo local las aportaciones de aquellos primeros talleres, cuyas cabezas visibles en algún caso apenas pasaron unos años en la ciudad del Turia. En cambio, la aportación de Charlotte Riou, dedicada preferentemente a la escultura, se interesa más bien por la difusión de nuevos tipos iconográficos de la Virgen en Occitania, a partir de la región del Audois, que con el tiempo traspasará fronteras y llegará a Cataluña, influyendo por ejemplo en maestros como Pere Sanglada.

Para acabar, no queríamos cerrar el volumen sin hacer referencia a los límites que aquella sociedad trató de imponer al lujo, sobre todo cuando sus clases dirigentes comenzaron a temer el propio tren de vida que llevaban algunos de sus componentes. Las leyes suntuarias, surgidas por doquier en estos siglos, son, con todo, bastante más complejas de explicar y entender. Es tal la variedad de las mismas, y los numerosos factores que confluyen en ellas, que conviene ser prudente a la hora de generalizar sobre sus objetivos y hasta sobre su verdadera aplicación. Consideramos necesario en este caso recurrir a la que probablemente es la máxima especialista en estos temas en la actualidad: la doctora Giuseppina Muzzarelli, y aunque su estudio sobrepasa los límites que nos fijamos en principio para este proyecto, no quisimos renunciar a incluir aquí sus reflexiones acerca de una legislación que no entiende como un elemento retrógrado o ineficaz, sino como una vía para dirigir y controlar las nuevas tendencias consumistas. A continuación, mi propio texto analiza esas mismas leyes en el ámbito valenciano, donde confluían distintos poderes, especialmente el real y el municipal, que no siempre compartían los mismos objetivos, lo que hace especialmente interesante y compleja la dinámica que se estableció entre ambos a la hora de marcar unas pautas para el lujo.

En definitiva, se reúnen aquí aproximaciones al tema del consumo de lujo en sus orígenes medievales que se han llevado a cabo desde campos y metodologías muy dispares, como parece necesario ante una cuestión tan multiforme y rica en matices y posibilidades. El enriquecimiento mutuo que supone esta colaboración entre especialistas en aspectos históricos tan distintos creemos que ha sido considerable, y puede marcar la pauta de futuros proyectos de investigación que se concentren en la demanda de objetos y servicios con todas sus variadas implicaciones, una línea que comienza en la actualidad a ofrecer ya sus mejores frutos. En nuestro caso debemos agradecer su colaboración para que este proyecto saliera adelante a todos aquellos que nos han ofrecido su apoyo. A la Universitat de València, que, donde otros fallaron, nos ofreció una ayuda para la celebración del primer congreso, y cuyo Servei de Publicacions ha sido fundamental para gestar este volumen; al proyecto de investigación «Elites sociales y estructuras económicas comparadas en el Mediterráneo occidental (Corona de Aragón, Francia e Italia) en la baja Edad Media» HAR2008-06039, y en especial a su director Paulino Iradiel, que ha financiado parte de la publicación. Por ellos, y por la dedicación de los autores, el esfuerzo ha merecido la pena.

 

1D. Thomas: Deluxe: How Luxury Lost its Luster, Londres, Allen Lane-Penguin Books, 2007; hay traducción española: Deluxe. Cuando el lujo perdió su esplendor, México, Urano, 2008.

2P. Bourdieu: La distinction: critique social du jugement, París, Minuit, 1979; la última edición española es La distinción: criterio y bases sociales del gusto, Madrid, Taurus, 2012.

IntroducciónLE GOÛT DES ÉLITES MÉDITERRANÉENNES D’AVIGNON À VALENCE AUX XIVE ET XVE SIÈCLES

Sophie Brouquet

Si les Flandres et l’Italie ont donné lieu à de savants travaux et à de brillantes synthèses, il existe un autre marché de l’art et du luxe qui, s’il a alimenté de nombreuses recherches, n’en reste pas moins encore assez méconnu, celui de la Méditerranée occidentale. Or, les documents d’archives et les œuvres imagées sont là pour le prouver: les modes et les tendances artistiques circulent tout au long de ce grand axe qui mène des côtes de Provence et du Languedoc jusqu’à la Catalogne et au royaume d’Aragon.

C’est cette perspective centrée sur la consommation des élites en matière de luxe, les échanges et la production qui se cache derrière ce titre un peu mystérieux, mais aussi quelque peu revendicatif de un «autre marché du luxe». Revendicatif, car il souhaite faire oublier, l’espace d’un instant, la primauté historiographique de la seule Italie ou encore de la Flandre.

Un vaste programme, riche d’interrogation, en commençant par une interrogation sur le goût. Existe-t-il un goût commun à ces élites méditerranéennes ou une infinité de variations selon les modes. Et s’il y a modes, quels en sont les prescripteurs? Les cours princières n’apparaissent dans cette zone géographique que comme un élément parmi bien d’autres consommateurs, comme les religieux, les nobles ou encore les riches marchands.

Face à ces phénomènes de modes, il convient aussi de s’interroger sur la réaction des élites et de la société, en particulier au travers des critiques acerbes des prédicateurs ou aux efforts des puissances publiques, monarchies et consulats à édicter des lois somptuaires.

Par mode, esthétique et luxe, nous envisageons une acception globalisante qui ne vise pas seulement la littérature, la musique, les œuvres d’art et le costume, mais aussi bien la culture matérielle avec l’art culinaire, l’ameublement des demeures, etc.

Il s’agit en fait ici de critères de distinction des élites qui répondent aux trois principaux critères de la commande définis par Peter Burke qui sont la dévotion, le prestige et le plaisir esthétique.

Si les commanditaires sont les maîtres de ce marché, ils sont aussi dépendants des échanges et de la circulation des modes. Il est donc intéressant de traquer les circuits commerciaux, les contacts lignagers et les alliances politiques qui font circuler les modes entre les élites de cette Méditerranée occidentale chrétienne.

Enfin, il est indispensable de réserver une place importante au rôle des artisans d’art, aux relations des commanditaires avec les créateurs et à la circulation des artistes au sein de cette vaste zone géographique, tout en tenant compte de la chronologie.

Il ne fait pas de doute que d’importants facteurs historiques comme la présence de la Papauté à Avignon au XIVe siècle ou la conquête du Royaume de Naples par les Aragonais au XVe siècle ont joué un rôle considérable dans ces phénomènes de diffusion.

QUELQUES DÉFINITIONS POUR COMMENCER

Nous nous proposons, pour commencer, de nous arrêter un instant sur les notions mises en œuvre ici: le luxe et le goût.

Le dictionnaire Larousse définit comme «luxe» ce qui est coûteux, raffiné et somptueux. Le dictionnaire de latin de Félix Gaffiot, sous le terme de luxus, offre un développement plus moral, assez proche de celle de certains clercs médiévaux, associant à la splendeur et au faste, l’excès et la débauche. Cette approche n’est guère éloignée de celle du Petit Robert, qui voit dans le luxe un mode de vie caractérisé par de grandes dépenses consacrées à l’acquisition de biens superflus, le goût de l’ostentation et le du bien-être.

Consommer un produit de luxe entraîne une dépense déraisonnable, d’où le caractère coûteux, somptueux, de cette consommation. Le luxe est donc indissociablement lié aux élites. C’est d’ailleurs ce goût du luxe et de l’ostentation qui a poussé des catégories sociales extrêmement riches, en particulier les cours princières et royales, à faire appel à ces produits de luxe pour sortir de l’ordinaire qu’elles méprisent; elles privilégient l’usage de produits rares et exotiques pour se distinguer. Le luxe devient à la fin du Moyen Âge l’un des critères de la distinction, il n’est bien entendu pas le seul.

Le luxe est aussi lié au goût, cette capacité à discerner ce qui est beau ou laid selon les critères qui caractérisent un groupe, une époque, en matière esthétique selon le dictionnaire Larousse. Une définition prudente qui épargne à l’historien la notion de bon goût, invention bourgeoise du XIXe siècle, si peu médiévale.

LES HISTORIENS ET LE LUXE

Longtemps considéré comme une futilité, le luxe n’a pas trouvé beaucoup d’historiens. Il est vrai que le champ historique de la culture matérielle ne s’est véritablement développé en France que fort récemment.

L’un des pionniers de l’histoire du luxe est sans conteste Henri Baudrillart, 1821-1892 qui n’était pas un historien, mais un économiste, rédacteur en chef du «Journal des économistes» et du «Constitutionnel». Il publia en 1880, une Histoire du luxe privé et public depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours en trois volumes, vaste survol mondial dans lequel il aborde aussi bien la Grèce que Rome, le Moyen Âge français ou florentin et consacre toute une partie au luxe en France au XIVe et XVe siècle.1

Plus récemment, Jean Castarède, lui aussi économiste et diplômé d’HEC et de l’ENA, fondateur de l’Institut supérieur du goût, membre du club des Cent fondé en 1912 par Louis Forest, qui réunit les plus grands gastronomes tels que Curnonsky, Henri Gault, Christian Millau et du Comité Colbert, une association fondée en 1954 à l’initiative de Jean-Jacques Guerlain qui rassemble aujourd’hui soixante-quinze maisons de luxe françaises soucieuses de promouvoir en France et sur la scène internationale un certain nombre de valeurs, publie assez naturellement sous les auspices de ce comité une Histoire du luxe en France: des origines à nos jours en 2006.2 Il est également l’auteur d’un Que sais je? sur le Luxe, constamment réédité et en 2008 d’un ouvrage ambitieux intitulé Luxe et civilisations: histoire mondiale.3 Dans son premier ouvrage sur le Luxe en France depuis l’Antiquité, le Moyen Âge est traité au chapitre 3 comme, je cite, «une parenthèse de dix siècles entre Antiquité et la Renaissance». L’auteur aborde successivement le luxe des seigneurs et des inventions «pour privilégiés» comme l’horloge, le miroir, la chandelle, les troubadours et jongleurs. Plus tard, il évoque Avignon comme «un tournant en matière de luxe», avant d’évoquer les cathédrales et les croisades, pour finir sur «Isabeau de Bavière ou la dégénérescence du luxe». Inutile de préciser que ce n’est guère dans ce genre d’ouvrage que l’historien du Moyen Âge pourra trouver son compte.

L’histoire académique s’est fort heureusement emparée du sujet, tout récemment et davantage pour les périodes modernes et contemporaines que pour le Moyen Age. Pour la période moderne, Natacha Coquery a publié un ouvrage essentiel: L’hôtel aristocratique: le marché du luxe à Paris au XVIIIe siècle en 1998.4Le luxe en France du siècle des Lumières à nos jours est également le thème d’un colloque organisé sous la direction de Jacques Marseille, encore un économiste, à la Sorbonne les 9 et 10 décembre 1998.

La préoccupation, somme toute très récente des historiens, se caractérise par la publication cette année du premier grand colloque international intégrant le Moyen Âge, tenu à l’Institut historique allemand de Londres: Luxus und Integration: materielle Hofkultur Westeuropas vom 12. bis zum 18. Jahrhundert sous la direction de Werner Paravicini.5 Le luxe est donc un objet historique très récent pour les historiens du Moyen Âge, un objet qui n’a pas encore véritablement trouvé sa place dans la production historiographique et qui est appelé à des développements fondamentaux.

LE LUXE DES SCIENCES HUMAINES

Il est aussi un objet d’étude assez neuf pour les philosophes, comme Gilles Lipovetsky, penseur de notre société de consommation, qui, dans son ouvrage Le luxe éternel, retrace l’histoire du luxe pour mieux interroger le rapport de l’homme au temps et au soi.6

Il y rappelle que l’humain n’est pas fait que d’aspirations profondes et sérieuses! Il existe aussi le superflu, le rêve, l’excès, la frivolité, la beauté. Toujours futile, le luxe a manqué de penseurs; La Bruyère l’exprimait déjà en son temps: «Il y a une honte à être heureux à la vue de certaines misères.»

Le luxe a longtemps été affaire de moralistes plus que d’historiens: la critique morale voit dans le luxe l’expression orgueilleuse d’un désir insatiable vouant l’homme à une vie malheureuse, elle est paradoxalement rejointe par celle des politiques pour qui le luxe est le signe ostentatoire de l’oppression des élites. Mais ces critiques oublient un point essentiel: le caractère universel, anthropologique du luxe.

C’est cette dimension que Gilles Lipovetsky qualifie de «luxe éternel». Tout en étant éternel, le luxe a une histoire et cette dimension a revêtu diverses configurations au cours du temps. Même les économies dites de subsistance connaissent ce goût dépravé du gaspillage. En effet, aussi loin que nous remontions, même dans la préhistoire, il y a du luxe. L’esprit du luxe –c’est-à-dire l’esprit de dépense–commence avant même l’objet de luxe. Ces pratiques somptuaires n’ont rien de gratuit. Elles obéissent, dans les sociétés primitives, à une nécessité profonde. Nécessité sociale, tout d’abord, puisqu’il s’agit, par l’échange de cadeaux, de gagner honneurs et titres, d’assurer les liens communautaires, de substituer l’alliance à l’hostilité; nécessité cosmique, ensuite, dans la mesure où le don rituel et la prodigalité festive permettent de restaurer le lien avec les forces de l’invisible, avec l’esprit des morts.

Contre un certain matérialisme, il faut poser la religion comme l’une des conditions d’apparition du luxe. Une deuxième époque débute avec l’apparition de l’État et la hiérarchisation qu’il institue aussi bien entre les individus –les riches et les pauvres, les puissants et les dépendants–qu’entre les ordres du réel –l’ici-bas et l’au-delà. Des distinctions visibles s’établissent dans les modes de vie, de s’habiller et même de mourir. Le luxe exprime ainsi «le cosmos de l’inégalité», qu’elle soit humaine ou divine.

Il y a des êtres qui sont d’une autre essence que le commun: le luxe a pour charge de le concrétiser. Il n’est donc pas quelque chose de superflu, mais une nécessité symbolique de l’ordre inégalitaire. C’est bien une logique de l’ostentation qui fonctionne, mais, là encore, le luxe s’inscrit dans une vision religieuse. C’est pourquoi les critiques du luxe sont marginales. Elles se focalisent sur le luxe privé, celui des femmes notamment, parce que leur goût pour les fards est perçu comme une trahison de la vérité naturelle! Le luxe public, en revanche, celui que pratiquent les mécènes mérite d’être célébré, même si tel ou tel moraliste peut dénoncer l’orgueil et la vanité de la folie des grandeurs.

Vers la fin du Moyen Âge apparaissent deux séries de phénomènes. D’abord, le luxe se marie avec le goût de la culture. Il n’existe plus de prince qui ne se targue d’avoir une collection de livres, de statues, etc. Sa finalité n’est ni économique ni religieuse, mais esthétique: savourer les belles choses. Le luxe devient une forme de sensualisme dont ne rendent pas compte les passions distinctives de la reconnaissance sociale. Parallèlement à cet engouement surgit la mode au sens strict, avec son culte de l’éphémère. Contrairement au luxe, la mode n’est pas éternelle. Pour qu’elle apparaisse, il faut que la nouveauté soit devenue une valeur positive, ce qui est évidemment impensable dans le monde de la tradition. Avec la mode se met en place la première grande figure d’un luxe moderne, superficiel et gratuit, délivré des puissances du passé et de l’invisible.

DEUX LIVRES FONDAMENTAUX

Ont à mon sens joué un rôle essentiel dans l’approche du luxe pour les historiens et les historiens de l’art. Le premier n’est pas celui d’un historien du Moyen Âge, mais de l’art moderne. Simon Michael Schama, historien britannique, professeur à l’université de Colombia, puis d’Harvard, est l’un des grands spécialistes de la Hollande du siècle d’Or. Dans son ouvrage essentiel, L’embarras des richesses paru en 1987, il révolutionne l’image du XVIIe siècle hollandais en mettant en balance les impératifs contradictoires pour la bourgeoisie calviniste hollandaise de l’accumulation des richesses et de la volonté de montrer sa richesse et son pouvoir d’une part et, d’autre part, la nécessité d’afficher une vie de bon protestant calviniste.7 Il démontre combien cette contradiction interne au sein des élites hollandaises a déterminé un certain type de commandes artistiques et la floraison d’un art illustré par les personnages de Vermeer, Rembrandt, Saenredam ou Frans Hals.

Certes critiqué à juste titre sur des points précis par les historiens hollandais, cet ouvrage n’en a pas moins permis une nouvelle vision alliant l’art et l’histoire dans une perspective marquée par une connaissance parfaite des œuvres mise en rapport avec celle d’un contexte économique et politique particulier, en s’appuyant notamment sur les données économiques du marché de l’art.

En ce qui concerne la fin du Moyen Âge et la Renaissance, en Italie, Richard Goldwaithe a donné avec Wealth and the Demand for Art in Italy, 1300-1600,8 un ouvrage encore plus fondamental et qui n’est pas sans avoir inspiré les deux organisateurs du colloque de Valence et de la présente journée d’études.

S’interrogeant sur la floraison de l’art en Italie au cours de ces trois siècles, Goldthwaite décide d’adopter une démarche d’historien de l’économie, en le questionnant sur le marché de l’art, considérant la production d’œuvres comme une activité économique notable, parmi d’autres; la demande d’art devenant l’une des forces qui génèrent la culture matérielle en changeant la quantité et la nature des biens en général.

Abandonnant la spécificité de l’art pour l’intégrer dans un ensemble beaucoup plus vaste, celui de la consommation de luxe, et voulant retracer l’histoire de l’acte de consommer comme un processus interactif entre le consommateur et l’objet désiré, il propose une approche qui ne souhaite pas s’intégrer dans l’histoire de la Renaissance ou de son art, ni même du marché de l’art pris dans le sens traditionnel du rapport entre l’artiste et son commanditaire ou mécène, mais décide de partir de l’objet, de la richesse; il reprend le terme d’accumulation des richesses par les élites, qui ne va pas sans rappeler l’embarras des richesses d’un Schama. Puis, il évoque les modes de consommation et la culture matérielle de l’Église et des laïcs, la richesse est davantage évoquée dans ses propos que le luxe est pourtant il est omniprésent dans son évocation de la consommation des élites italiennes.

Flandres, Pays Bas et Italie ont trouvé leurs historiens du luxe et de la consommation d’art, peut-on en dire autant de cet autre marché de l’art que nous évoquerons ici? Tout à fait, la richesse des journées de Valence et de Toulouse a mis en avant le nombre et la qualité des chercheurs susceptibles de répondre à ces interrogations.

 

1Henri Baudrillart: Histoire du luxe privé et public depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, Paris, Hachette, 1880, mise en ligne par l’université de Toronto.

2Jean Castarède: Histoire du luxe en France. Des origines à nos jours, Paris, Eyrolles, 2006.

3Jean Castarède: Luxe et civilisations, Paris, Eyrolles, 2008.

4Natacha Coquery: L’hôtel aristocratique: le marché du luxe à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 1998.

5Werner Paravicini (éd.): Luxus und Integration: materielle Hofkultur Westeuropas vom 12. bis zum 18. Jahrhundert, München, R. Oldenbourg, 2010.

6Gilles Lipovetsky: Le luxe éternel: de l’âge du sacré au temps des marques, Paris, Gallimard, 2003.

7Simon Schama: L’embarras des richesses, une interprétation de la culture hollandaise au siècle d’Or, Gallimard, 1991.

8Richard Goldthwaite: Wealth and the Demand for art in Italy, 1300-1600, Baltimore, John Hopkins University Press, 1993.

PROMOTORES Y CLIENTES DEL LUJO

ÉLITES ET CONSOMMATION DE LUXE DANS LE MIDI À LA FIN DU MOYEN ÂGE

Sophie BrouquetUniversité de Toulouse-Jean Jaurès

Deux images de la Vierge de Miséricorde, produites en Languedoc et en Provence à près de soixante années de distance serviront ici d’introduction à une réflexion sur les élites et la consommation de luxe dans le Midi de la France à la fin du Moyen Âge. Un bien vaste sujet que je ne prétends pas traiter dans son intégralité, loin de là, mais éclairer à la lueur de quelques publications récentes.

L’une de ces images est fort célèbre, il s’agit du Retable Cadard, peint par Enguerrand Quarton en Avignon en 1452. L’autre l’est beaucoup moins, pour tout dire, elle vient d’être redécouverte grâce aux travaux de Claudia Rabel sur le Missel des Carmes de Toulouse qu’elle illustre. Elles seront le point de départ d’une réflexion sur les notions d’élites et de consommation de luxe dans les régions méridionales à la fin du Moyen Âge.

LES ÉLITES SOUS LE MANTEAU DE LA VIERGE

L’image de la Vierge au Manteau ou Vierge de Miséricorde apparait dans le troisième quart du XIIIe siècle, d’abord en Italie, puis se répand dans tout l’Occident à la fin du Moyen Âge.1 Plus présente en Provence que dans le Languedoc médiéval, elle n’y est pourtant pas inconnue. Marie s’y présente comme l’avocate de l’humanité; elle protège tous les fidèles, d’abord les religieux sur les images les plus anciennes, les membres d’une confrérie comme à Toulouse, puis la chrétienté toute entière à partir du XIVe siècle. Cette iconographie est peinte en tête des statues de confrérie ou de corps de métier qui se placent sous sa protection.

L’une des plus anciennes représentations de cette Mater omnium a été peinte sur un livre d’heures d’origine méridionale, sans doute avignonnaise, de Jean d’Armagnac réalisé avant qu’il ne devienne évêque de Mende en 1387.2Mater Omnium, certes, mais dans la réalité, sous le manteau de la Vierge, ce sont bien souvent les élites laïques et cléricales qui viennent se blottir pour rechercher sa protection. Portraits de groupe réels ou fictifs, les élites se donnent à voir et exhibent leur luxe sous la protection de Notre-Dame, comme les confrères de Toulouse.

Les confrères du Missel des Carmes de Toulouse, vers 1390-1400

Sur une autre enluminure, la Vierge étend son manteau d’un bleu profond, tenu par deux angelots aux ailes vermillon, sur un groupe d’hommes, égaux par la taille et par le costume. Seules, les couleurs vives de leurs houppelandes aux longues manches terminées en éventail et celle de leurs chevelures permettent de les distinguer.

Marie les domine de sa silhouette longiligne. La Vierge couronnée porte l’Enfant Jésus et étend sa protection sur eux avec bienveillance.3 Cette enluminure illustre un missel des Carmes, conservé à la bibliothèque nationale de Lisbonne4 et récemment identifié par Claudia Rabel comme le Missel des Carmes de Toulouse.5

Les enluminures du manuscrit ont longtemps été rattachées à la production ibérique avant de retrouver leur origine languedocienne; preuve s’il en est de la proximité des productions artistiques de cet autre marché de l’art et du luxe qu’est la côte méditerranéenne depuis la Provence jusqu’au royaume de Valence.

Le couvent des Carmes de Toulouse aurait été fondé en 1238 au sud de la ville, dans le faubourg Saint-Michel par un certain Guillaume Anesia, originaire de Toulouse, accompagné de six frères venus de Terre Sainte. Au cours de leur périple, ils auraient bénéficié de la protection d’une image miraculeuse de Marie venue du Mont Carmel. Parvenue à Toulouse, elle y fait de nombreux miracles. En 1264, le couvent est transféré intra muros dans la paroisse de la cathédrale Saint-Étienne, au cœur de la Cité dans l’ancien quartier juif, un secteur modeste, surtout peuplé d’artisans. Mais il évolue à la fin du Moyen Âge avec l’installation de notables, membres du capitoulat et parlementaires. Le couvent des Carmes est le siège de nombreuses confréries dont son église accueille les chapelles. C’est l’une d’entre elles, non encore identifiée, mais dédiée à la Vierge, qui a commandé le missel.

Le style de son enluminure peut être daté de la fin du XIVe siècle si on le compare à celui des Annales manuscrites de Toulouse, le livre consulaire des capitouls, dont les peintures sont précisément datées.

La représentation de la Vierge de Miséricorde est placée juste avant le canon de la messe, une place de choix au sein du Missel, avant les deux autres enluminures pleine page qui l’illustrent. Le groupe venu se placer sous le Manteau de la Vierge compte vingt hommes identifiés par leurs noms et dont la fonction est précisément évoquée sous l’enluminure: «S’es noms dels bayles qua an fayt far aquest missal…».

Cependant, les personnages ne sont pas du tout individualisés. L’effet choisi est plutôt celui de la représentation d’une entité collective.6 Les personnages, dont les traits sont sommairement évoqués, ne se distinguent que par l’alternance des couleurs de leur costume: rose, vert, bleu, rouge et de leurs cheveux bruns foncé et clair. Ils portent de longues houppelandes à la mode à Toulouse dans les années 1400 dont les larges manches sont plissées en éventail. Elles rappellent celle des capitouls qui apparaissent sur les enluminures attribuées à Jean Négrier dans les Annales, pour les années 1392-1393 et 1393-1394. Bien d’autres points communs les rapprochent, l’emploi de fonds losangés, les figures des anges aux ailes rouges presque identiques, les nez pointus et les grandes mains stylisées des personnages.

La composition emprunte à l’Italie la position strictement frontale de la Vierge, sa robe au tissu orné semé d’étoiles, le manteau fourré de vair et la véritable ostension du manteau étendu à l’extrême par les anges. Mais d’autres aspects n’ont rien d’italien comme la couronne que porte la Vierge qui correspond davantage à une iconographie du nord de la France.

Qui sont les commanditaires qui ont fait enluminer le missel de leur confrérie? En dépit des recherches conjointes des médiévistes toulousains, il n’a pas été permis pour l’instant de les identifier. Qui sont ces hommes qui s’affichent fièrement vêtus à la dernière mode toulousaine comme les Capitouls; un peu en retard, il faut bien le dire sur celle de Paris. En tous les cas, leurs noms n’évoquent nullement ceux des grandes familles de la marchandise et des offices au tournant des XIVe et XVe siècle. Appartiennent-ils à l’élite de la ville? Et, si c’est le cas, quelle limite inférieure convient-il d’avant attribuer à la notion d’élite?

Le retable Cadard d’Enguerrand Quarton, 1452

En revanche, il n’existe aucun doute quant à l’appartenance de Jean Cadard et de sa femme Jeanne de Moulins représentés sur le retable d’Enguerrand Quarton à l’élite, non seulement locale, mais nationale. Jean de Moussy dit Cadard est originaire de Picardie. Il est le médecin des enfants de Charles VI et particulièrement attaché au Dauphin, le futur Charles VII, dont il devient un familier. Il est présent lors de l’entrevue houleuse du pont de Montereau en 1419 où est assassiné le duc de Bourgogne Jean sans Peur. Son fils Philippe le Bon soupçonne même Cadard d’en être l’un des principaux instigateurs et exige du roi son bannissement. Dès 1423, Pierre Cadard s’établit à Avignon, sous la protection de la curie romaine. Très riche, il achète de nombreuses seigneuries dans le Comtat Venaissin, comme celle d’Oppède en 1425 et celle de Gor en 1427. Il possède aussi des immeubles en Avignon. Mais sa renommée va bien au-delà de Provence: il prête de l’argent à la municipalité de Florence, au trésor royal par l’intermédiaire de Jacques Cœur, au comte de Dunois, le bâtard d’Orléans, pour payer la rançon du duc Charles d’Orléans.

Afin d’honorer sa mémoire, son fils Pierre Cadard commande en février 1452 un retable décrit avec précision dans le prix-fait conclu avec deux peintres d’Avignon, Enguerrand Quarton et Pierre Villatte:7

…illud retabulum depingere bene et fideliter cum sufficienti fundamento seu assiz iis debitis et convenientibus cum campo auro ex auro fino et puro brunito: et in medio ymaginem gloriose Virginis Marie cum mantello coloris lazuli puri de Acre sufficientis et fidelis, que ymago communiter appellatur nostra domina de misericordia; et a latere dextro sanctum Johannem Baptistam tenentem sive presentantem figuram domini Johannis Cadardi, patris ipsius domini de Thoro, et a latere sinistro sanctum Johannem evangelistam presentantem matrem ipsius dominic de Thoro…Pro precio trigenta scutorum auri novorum tantum vero quo dictum retabulum esset bene et notabiliter factum…8

Le retable doit être installé dans la chapelle familiale, accolée à celle de Pierre de Luxembourg au couvent des Célestins d’Avignon. Ce couvent est devenu au milieu du XVe siècle le lieu de sépulture le plus recherché des élites avignonnaises. Par une sorte de paradoxe, le jeune cardinal de Luxembourg, mort en odeur de sainteté, qui avait voulu se faire enterrer dans le cimetière des pauvres de la ville, fut finalement enseveli au couvent des Célestins, un ordre voué à la spiritualité et à la pauvreté, dans une chapelle somptueuse. La sainte tombe attira bientôt les donations des Puissants: de nombreux cardinaux comme le cardinal Pierre de Foix, légat du pape, ou encore le cardinal Jean Rolin et son père Nicolas Rolin, le chancelier du duc de Bourgogne, le duc de Milan Gian Galeazzo Visconti. Les ducs de Berry, de Bourgogne, d’Orléans viennent même poser la première pierre de la chapelle le 25 juin 1394 au nom du roi Charles VI.9 Au milieu du XVe siècle, l’édifice est littéralement envahi d’œuvres d’art: peintures murales, retables et sculptures.

Pierre Cadard souhaite donc honorer la mémoire familiale en commandant au peintre le plus renommé d’Avignon un retable destiné à proclamer la gloire de ses parents pour l’éternité. Jean Cadard et sa femme Jeanne sont présentés à la Vierge de Miséricorde par saint Jean-Baptiste et saint Jean l’Evangéliste, leurs saints patrons. Sur les deux prie-Dieu sont figurées leurs armes: d’argent au chevron de gueules chargé de trois étoiles d’or et accompagné de trois merlettes de sable.

Le prix-fait précise que les deux peintres se sont associés pour le réaliser socii in hanc parte et se déclarent solidaires l’un de l’autre dans la responsabilité juridique ambosimul et eorumunterque in solidum.10 Enguerrand Quarton est déjà un artiste renommé tandis que Pierre Villatte, originaire du diocèse de Limoges, n’en est qu’au début de sa carrière. Cependant, Villatte semble apprécié de Cadard qui lui confie en 1454 la réalisation d’un autre retable.11

Le choix de deux artistes est sans doute dû au fait que le commanditaire souhaitait une réalisation rapide. Le prix-fait précise que le retable doit être installé sur l’autel de la chapelle funéraire pour la saint Jean-Baptiste, soit un court délai de cinq mois pour une œuvre de grande taille. Enguerrand Quarton s’est probablement inspiré de la Vierge au Manteau du retable peint par Jean Mirailhet une trentaine d’années auparavant.12 Comme sur celui-ci, la Vierge écarte elle-même les pans de son manteau sans l’aide d’anges. Elle abrite un peuple chrétien très hiérarchisé, divisé en clercs et en laïcs. Il ne s’agit plus ici d’un portrait de groupe réaliste mais d’une représentation idéalisée de la hiérarchie sociale avec à sa tête le pape et l’empereur.

Légèrement déhanchée, la Vierge adopte une attitude gracieuse, la tête penchée; elle est entourée des deux figures des saints Jean. L’effet monumental des trois grands volumes autonomes formé par ces figures juxtaposées sur un fond d’or est compensé par la ligne en arabesque qui les relie et les ombres qui permettent une évocation de la profondeur. Les deux donateurs émergent avec une grande individualité de la foule placée sous le manteau de la Vierge.13

Les élites affichées sous le manteau par ces deux images de la Vierge de Miséricorde semblent bien diverses, modestes et collectives pour la première, clairement identifiées et beaucoup plus renommées pour la seconde, mais elles partagent un point commun. Leur commande se fait au sein d’un monde citadin, dans des villes qui ne sont pas ou plus des capitales laïques ou ecclésiastiques, dénuées des ambitions et des influences d’une cour princière. Elles expriment néanmoins l’existence de privilégiés dont les achats entretiennent un marché du luxe, certes plus médiocre que celui des grandes métropoles, mais néanmoins fort vivace.

Les élites, une tentative de définition

La notion d’élites se trouve au cœur de l’historiographie médiévale en France depuis quelques décennies. Une production abondante ainsi que de nombreux colloques leur ont été consacrés.14

L’image dualiste d’une domination des nobles sur les campagnes et des bourgeois sur les villes semble aujourd’hui complètement dépassée et les médiévistes ont démontré que bourgeoisie et noblesse sont indissociables, qu’ils forment les notabilités urbaines. Les hiérarchies sociales ont donc été repensées comme transversales. Dans un monde aussi complexe que la ville de la fin du Moyen Âge, marquée par le brassage des populations, la notabilité traverse de nombreux groupes sociaux dominants.

Dans ces conditions, les sources permettant l’approche de ces élites sont nombreuses et diverses: textes littéraires, chroniques, actes judiciaires ou notariés, registres fiscaux, mais aussi approches archéologiques, par exemple l’étude des sépultures, ou iconographiques comme les sceaux, les portraits individuels ou collectifs, l’héraldique, mais encore le nouvel intérêt porté à la culture matérielle et aux phénomènes de mode et l’histoire des mentalités sont autant de voies d’approche qui font appel à de nombreuses disciplines: l’histoire, l’histoire de l’art, l’archéologie, l’histoire du droit ou encore l’anthropologie historique.

Peu à peu, au fil des études, s’est dessinée l’image d’élites très diverses et, en même temps, s’est formulée une interrogation sur la définition mêmes de ces élites. Une première approche historique est en effet celle de la terminologie: s’attacher à l’étude systématique des termes employés pour les décrire et tenter de cerner leur évolution dans les sources.15

Les mots ont leur valeur pour décrire le phénomène de supériorité sociale.16 Le terme d’élite renvoie à l’idée d’un choix, d’une sorte de tri au sein de la société; il définit ceux qui ont été élus, choisis, les meilleurs. Le terme de patriciat urbain est aussi fréquemment utilisé depuis quelques temps, il semble en effet beaucoup plus approprié que la qualification traditionnelle de bourgeoisie. Une autre dénomination est celle d’oligarchie qui met en avant la richesse. Mais les processus de domination sociale sont plus complexes et ne renvoient pas seulement à la supériorité économique; ils évoquent aussi des mécanismes de prépondérance dans lesquels coexistent les notions de puissance, d’argent, de pouvoir, de fonction, de naissance, de savoir-vivre et de renommée. Certes, les assises de la puissance sont avant tout sociales et économiques mais elles se conjuguent avec des marqueurs culturels, comme le mode de vie, la culture matérielle et immatérielle, l’image de soi ou encore la transmission de la mémoire.17

Cependant, tous les historiens soulignent aussi la fluidité de ces élites médiévales. Cette hiérarchie n’est pas un système de castes ni d’ordres, rien n’y est figé; elle est au contraire marquée par une extrême mobilité du groupe qui allie dans le même temps les processus de déclin et d’ascension sociale. Ceux-ci semblent accélérés au cours des deux derniers siècles du Moyen Âge par les accidents démographiques, les difficultés économiques, mais aussi l’irruption des institutions royales qui offrent de nouvelles possibilités de réussite.

L’approche sociologique et prosopographique permet de reconstituer les carrières de la naissance à l’accès à la notabilité urbaine, ainsi que les réseaux de pouvoir partagés. Les codes de la notabilité, le paraître, les marqueurs de la supériorité sociale sont autant d’approches qui ont attiré l’attention des médiévistes français au cours de ces dernières années.

Une autre voie d’approche est celle de l’anthropologie historique avec l’étude de la parenté, des familles, ou encore des rituels d’intégration ou d’exclusion comme la participation aux fêtes civiques et religieuses et les entrées royales. Elle s’intéresse aussi à la construction identitaire des élites à travers leur code d’honneur. En effet, les recherches sur la justice et la criminalité ont renouvelé cette notion. Si l’honneur blessé ressort de la criminalité médiévale, elles ont en outre révélé qu’il existe bien au Moyen Âge un code d’honneur partagé par tous, et non pas seulement réservé à la noblesse et que dans les yeux des autres, l’honneur est lié à la renommée, fama, et surtout à la commune renommée, la fama publica. La perte de l’honneur signifie la mort sociale de l’individu. Cette défense très âpre de l’honneur, cette recherche effrénée des signes et des marques d’honorabilité montrent à l’évidence que le modèle aristocratique s’est imposé aux élites urbaines à la fin du Moyen Âge.

Les historiens s’attachent donc désormais à étudier la recherche par les élites de leur propre légitimité et leur souci du consensus politique et social. Mais, dans le même temps, une attention plus grande est portée aux oppositions qui traversent les groupes dirigeants, non seulement en termes de factions et de partis, mais aussi de concurrence et de corruption.

Au centre des réflexions se trouve désormais la diversité des origines et des modes d’ascension, les modes de représentation et de transmission de la domination, l’accent se plaçant sur la discipline sociale et la discipline des mœurs, mais la question reste de savoir quel modèle est suivi et le problème de la réception par les élites urbaines d’une culture nobiliaire et courtoise fait encore l’objet d’appréciations divergentes.18

Que les patriciens n’aient pas puisé en ville, mais dans la culture nobiliaire, les modèles culturels de leur domination et de leur représentation est communément accepté, mais il est tout aussi évident que ces modèles, empruntés au registre de la culture chevaleresque, sont retravaillés par les élites urbaines et ont désormais besoin de la ville pour perdurer.

Les élites méridionales urbaines

Deux longues périodes se succèdent dans le processus de formation et de renouvellement des élites urbaines françaises au Nord comme au Sud: celle d’une ploutocratie, puis celle d’une oligarchie de notables. Ce sont d’abord les riches qui dominent les villes du XIIe au milieu du XIVe siècle, puis les dominants du pouvoir et de la culture du milieu XIVe à la fin du XVe. La rupture se situe au milieu du XIVe siècle, marqué par un profond bouleversement des élites urbaines.

La ville médiévale est d’abord patricienne; une élite de l’argent et de l’influence y monopolise les charges communales, mais ce qui fait sa domination, c’est d’abord la richesse Elle peut se définir selon quatre critères principaux: une puissance financière fondée sur le grand commerce, mais aussi le marché des rentes, le prêt et le change et l’immobilier urbain. Cette oligarchie détient le pouvoir urbain au moment même où se mettent en place les institutions municipales, aussi bien dans les villes dotées d’une commune que d’un consulat. Quelques familles se partagent le pouvoir civique, toutes étroitement liées par les alliances matrimoniales.19

En quelques décennies, entre 1348 et 1380, le paysage social est bouleversé, marqué par le passage du patriciat urbain à la bourgeoisie qui doit son appartenance à l’élite à son savoir, surtout juridique. Les grands lignages patriciens disparaissent dans la crise économique et démographique qui a engendré l’effondrement des rentes foncières, en ville comme à la campagne, le déplacement des lieux de commerce et le recul de la production industrielle. Dans le même temps, la croissance continue de l’appareil d’État favorise l’apparition de nouveaux groupes, surtout des gens de lois, officiers royaux de finances et de justice, qui doivent leur ascension à leur savoir, souvent universitaire, et pour lesquels les valeurs essentielles sont désormais celle de la connaissance, du service de l’État et de l’honneur. Les élites françaises, nobles et non nobles, se détournent progressivement de la marchandise pour se tourner vers l’appropriation des fonctions publiques, un mode d’ascension plus sûr et plus rentable, économiquement et socialement.20

C’est particulièrement le cas dans le Midi où la pénétration du droit romain est précoce. Dès avant le milieu du XIIe siècle, les écoles cathédrales de Provence et du Languedoc sont des centres d’étude du droit renommés. Cette tendance se renforce avec l’arrivée de professeurs lombards comme Osbert le Lombard à Béziers vers 1170, Rogerius à Arles ou Placentin à Montpellier dans les mêmes années. Cette diffusion du droit écrit est à mettre en rapport avec l’installation de consulats dans ces villes et la rédaction des premières coutumes urbaines. Le monde des juristes se présente sous la forme d’un groupe hiérarchisé, avec à sa base, les notaires publics attachés à un seigneur, ce n’est que vers le milieu du XIIe siècle qu’apparaissent les premiers notaires publics en même temps que les chancelleries princières comme celle des comtes de Toulouse. Il s’agit en l’occurrence de praticiens de la copie et du droit sans formation spécialisée. Au niveau supérieur se placent les véritables juristes qui ont étudié le droit canon ou civil dans le cadre des écoles cathédrales dont ils sont devenus les chanoines, pour la plupart issus de familles de chevaliers urbains, puis à la fin du XIIe siècle, des membres de la bourgeoisie marchande.

La croissance des effectifs de ces juristes au XIIIe